Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 









Tanger, métamorphose à grande vitesse


Samedi 17 Novembre 2018 modifié le Mercredi 21 Novembre 2018 - 22:23

Reliée à Casablanca par le premier TGV africain, la vieille cité populaire du Maroc a connu, en une quinzaine d’années, un développement spectaculaire.




Tanger, métamorphose à grande vitesse
Al-Boraq, le premier TGV africain, inauguré jeudi en présence d’Emmanuel Macron, est la dernière touche royale apportée à la transformation de Tanger. Ce train place désormais la grande ville de la pointe nord du Maroc à une heure vingt de sa capitale politique (Rabat) et deux heures dix de sa capitale économique (Casablanca). Carrefour entre l’Atlantique et la Méditerranée et entre l’Europe et l’Afrique, objet de toutes les attentions de Mohammed VI depuis son accession au trône, en 1999, la cité a vécu une mue à marche forcée.

En dix ans, Tanger a changé de visage. La vieille ville de plus d’un million d’habitants, industrielle, décatie et vétuste, est devenue une station balnéaire avec sa corniche et son port tout neuf. Et véhicule aujourd’hui une image de quartier d’affaires.

«Depuis 2010, trois projets financés par le gouvernement, d’un investissement total d’un milliard d’euros, visent à mettre Tanger au niveau des villes européennes voisines», explique Ahmed Ettalhi, élu municipal du Parti de la justice et du développement (PJD, musulman et conservateur) et président de la commission de l’urbanisme. Amélioration de l’infrastructure routière, ajout de cinq hectares d’espaces verts, réhabilitation du port historique en port de plaisance et de pêche… Tanger se voit désormais en concurrente des villes espagnoles Málaga et Algésiras, qui lui font face de l’autre côté du détroit de Gibraltar. «Des voies et des tunnels ont été construits afin de résoudre les problèmes d’embouteillage. Mais une grande partie des quartiers périphériques n’ont pas bénéficié de ces infrastructures, alors que 60 % de la population vit dans des zones sous-équipées», déplore l’élu local.

Croisière

Cet été, les touristes ont pu arpenter la marina. De nouveaux restaurants et hôtels commencent à s’installer et la plus grande fontaine d’eau éclairée du Maroc - 107 mètres de long - devrait bientôt y voir le jour. «Nous souhaitons classer les sites et monuments historiques de la ville afin d’être inscrits au patrimoine universel de l’Unesco», poursuit Ahmed Ettalhi. Tanger est l’une des villes les plus anciennes du Maroc, elle a été pendant mille cinq cents ans la capitale diplomatique du royaume. Cité cosmopolite, elle a attiré des artistes de tous horizons, Delacroix ou Matisse, et a été le repaire sulfureux et romantique des écrivains Paul Bowles, William S. Burroughs, Jean Genet ou Mohamed Choukri. «C’est pour l’instant la quatrième destination touristique du pays. Nous voulons dépasser Casablanca, annonce Ahmed Ettalhi, qui mise sur un boom du tourisme de croisière. Notre objectif est que la ville devienne une tête de ligne, c’est-à-dire un départ de croisière. Cela demande une augmentation de la capacité litière, ainsi que des liaisons aériennes à travers le monde.» Entre janvier et septembre, les hôtels de Tanger ont cumulé plus d’un million de nuitées, soit 10 % de plus que l’année précédente.

La ville mise aussi sur le développement portuaire. Tanger Med vient de dépasser Port-Saïd, en Egypte, pour devenir le premier port à conteneurs d’Afrique. Les travaux de cette gigantesque zone de 1 000 hectares ont commencé en 2002. Quinze ans plus tard, les chiffres donnent le vertige, alors que le port s’est installé dans la région la plus pauvre du pays. Connexion avec 186 terminaux à travers le monde, 3,3 millions de conteneurs manutentionnés en 2017, transit de 7 millions de passagers, exportation d’un million de véhicules… Et le Maroc voit encore plus grand : l’ouverture de l’extension Tanger Med II, en janvier 2019, permettra de monter à 9 millions de conteneurs, avec l’ambition de devenir le premier port de Méditerranée. «Le trafic de transbordement de conteneurs connaît une croissance régulière au niveau du détroit de Gibraltar», explique Loubna Ghaleb, directrice stratégies de Tanger Med. Avec plus de 100 000 bateaux qui le traversent tous les ans, le détroit est le deuxième point de passage le plus fréquenté du commerce maritime mondial.

«Eoliennes»

Pour créer ce hub portuaire international, Tanger Med a implanté une zone industrielle afin de drainer de l’activité dans la région. «Mais cela reste une économie portuaire offshore, nuance Paul Tourret, directeur de l’Institut supérieur d’économie maritime. Tanger Med n’est pas devenu une grande plateforme industrielle, seuls Renault-Nissan et Siemens se sont vraiment installés, pour les éoliennes.»

Il y a aussi l’écosystème automobile. Avec 340 000 voitures Dacia – la marque bon marché de Renault – fabriquées chaque année, l’usine de Tanger est devenue le premier site du groupe en Afrique. Selon Marc Nassif, directeur général de Renault Maroc, 90 % de cette production est exportée. Depuis 2014, la filière automobile est devenue le premier secteur d’exportation du royaume. Renault se veut le symbole de l’écosystème automobile développé au Maroc, qui cherche à attirer sous-traitants nationaux et internationaux, autour d’une usine locomotive. Le constructeur affirme avoir acheté pour un milliard d’euros de pièces produites au Maroc en 2017 et créé plus de 14 000 emplois chez ses fournisseurs. «Des métiers à forts enjeux et des technologies nouvelles», facteurs «d’intégration locale», a expliqué en mars le ministre du Commerce. Renault va bientôt devoir se frotter à son concurrent PSA, qui s’installe dans la même logique à Kénitra, à 200 kilomètres de là.

Samedi 17 Novembre 2018 - 12:27

Par Théa Ollivier, Libération




Nouveau commentaire :
Twitter