Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 









Syrie: attentat suicide de l'EI contre la coalition menée par Washington (OSDH)


Mercredi 16 Janvier 2019 modifié le Jeudi 17 Janvier 2019 - 00:51




Un attentat suicide contre la coalition antijihadistes emmenée par Washington a fait au moins huit morts dont un militaire américain mercredi à Minbej, dans le nord syrien, a rapporté une ONG, une attaque revendiquée par le groupe Etat islamique (EI).

La mort de ce militaire américain n'a pas été confirmée par la coalition jusqu'à présent.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui dispose d'un vaste réseau de sources dans le pays, l'attentat a visé un restaurant dans le centre de Minbej, ville contrôlée par une coalition arabo-kurde où sont déployées des troupes de la coalition internationale antijihadistes.

"L'attentat mené par un kamikaze a visé un restaurant où se trouvaient des membres d'une patrouille américaine de la coalition", a indiqué à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Dirigée par les Etats-Unis, cette coalition internationale intervient en Syrie depuis 2014 contre l'EI, en soutien aux forces kurdes locales.

"Il s'agit de la première attaque suicide à Minbej visant la coalition internationale depuis dix mois", a ajouté M. Abdel Rahmane. "L'explosion visait directement la coalition", a encore souligné le directeur de l'OSDH.

L'EI a revendiqué l'attentat sur son média de propagande Amaq.

"Une attaque kamikaze menée avec une veste d'explosifs a frappé une patrouille de la coalition internationale à Minbej", a indiqué l'agence Amaq sur Telegram.

La coalition internationale soutient les Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance arabo-kurde qui mène une offensive contre la dernière poche de l'EI dans l'est de la Syrie.

L'attentat intervient après l'annonce, le mois dernier, d'un retrait des troupes américaines de Syrie.

La ville de Minbej, située dans la province d'Alep (nord), est hautement emblématique: elle est sous le contrôle d'un conseil militaire affilié aux FDS.

Après l'annonce surprise par le président Donald Trump d'un départ des troupes américaines, les FDS ont appelé fin décembre le régime syrien à déployer ses troupes aux abords de la ville, pour se prémunir d'une éventuelle offensive du voisin turc.

Déclenchée en 2011, la guerre en Syrie s'est complexifiée au fil des ans, avec l'intervention de puissances étrangère et la montée en force de groupes jihadistes. Elle a déjà fait plus de 360.000 morts.
Mercredi 16 Janvier 2019 - 14:20

afp




Nouveau commentaire :
Twitter