Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 









Les avancées réalisées depuis l'adoption de la Déclaration "MedFish4Ever" mises en évidence à Marrakech


Mercredi 12 Juin 2019 modifié le Jeudi 13 Juin 2019 - 12:05

Les progrès et avancées réalisés depuis l'adoption de la Déclaration "MedFish4Ever" à Malte en 2017 ont été mis en évidence, mercredi à Marrakech, par le Secrétaire Exécutif de la Commission générale des Pêches pour la Méditerranée (CGPM), M. Abdellah Srour.




Le Secrétaire Exécutif de la Commission générale des Pêches pour la Méditerranée (CGPM), M. Abdellah Srour.
Le Secrétaire Exécutif de la Commission générale des Pêches pour la Méditerranée (CGPM), M. Abdellah Srour.
Intervenant lors de la Conférence de haut niveau de la CGPM sur les initiatives "MedFish4Ever", M. Srour a précisé que pour assurer une gestion renforcée des pêches grâce à de meilleures connaissances scientifiques, la Commission a notamment adopté, durant ces deux années, 8 plans multi-annuels de gestion pour les principales pêcheries de la région, ajoutant qu'il a été procédé à la prise de nouvelles mesures de conservation, dont le contrôle de l'effort de pêche et la réglementation des engins de pêche, ainsi qu'à la mise en oeuvre de neuf zones de pêche réglementée.

Pour répondre à un besoin pressant, la CGPM a lancé aussi, en décembre dernier, le 1er forum international des sciences halieutiques, qui pose les jalons d'une première plate-forme régionale susceptible de contribuer au renforcement des capacités dans la région et à l'amélioration des méthodes de travail scientifiques aussi bien à terre qu'en mer.

En ce qui concerne la pêche illégale, non déclarée et non réglementée (INDNR), M. Srour a affirmé qu'il a été procédé à l'adoption d'un plan d'action régional de lutte contre ce genre de pêche, à travers le lancement d'un programme conjoint d'inspection au niveau sous-régional (lié à certains plans de gestion), soulignant que des avancées ont été également réalisées au niveau de la mise en place d'un système centralisé de surveillance des navires par satellite (SSN) et des systèmes de surveillance connexes, tout en oeuvrant à renforcer les capacités et à assurer l'assistance technique en matière d'inspection et de conception SSN.

S'agissant de la pêche artisanale, la CGPM a adopté un plan d'action régional signé par 18 pays en plus de l'Union Européenne (UE) en septembre 2018, a-t-il poursuivi, notant que ce plan, qui vise la mise en oeuvre d'actions concrètes au cours des 10 prochaines années (2018-2028) grâce à une approche participative, concerne plusieurs aspects allant de la recherche scientifique à la collecte de données sur la pêche artisanale, en passant par les mesures de gestion de la pêche artisanale, l'amélioration de la chaîne de valeur, le renforcement des capacités et du rôle des femmes, le travail décent et la protection sociale des pêcheurs...

En ce qui concerne l'aquaculture, M. Srour a indiqué que la CGPM a mis en place des centres de démonstration pour relever les défis de l'aquaculture, précisant que deux centres sont déjà en place et un troisième est en cours de lancement, faisant remarquer qu'il s'agit d'un cadre adéquat pour accompagner les pays dans le développement d'une aquaculture durable, et d'une opportunité pour l'échange des bonnes pratiques axées sur l'innovation technologique en la matière.

La CGPM a également adopté et mis en oeuvre une meilleure approche sous-régionale en vue de garantir une présence très renforcée et la proximité de la Commission dans les cinq sous-régions, a dit M. Srour, relevant que 15 protocoles d'accord ont été signés avec des organisations partenaires en vue de favoriser les synergies et les complémentarités avec ces structures, tout en assurant une assistance technique renforcée, y compris avec un projet consacré à la Mer Noire et quatre projets de la FAO en Méditerranée, ainsi qu'une bonne coopération et des échanges de connaissances entre les membres de la CGPM.

Alors que ces progrès et avancées ont été réalisés, il est nécessaire d'aller de l'avant et de persévérer sur la même voie pendant les huit années restantes et de passer à la vitesse supérieure en vue d'atteindre tous les objectifs fixés par "MedFish4Ever", a soutenu M. Srour.

Il a, dans la foulée, fait savoir que des experts, réunis dans la cité ocre en marge de cette importante Conférence, ont recommandé, entre autres, de veiller à ce que les systèmes de protection sociale soient adaptés aux spécificités du secteur de la pêche artisanale et à assurer la cohérence des politiques, de promouvoir la ratification par les parties contractantes de la CGPM et la mise en œuvre de la Convention C188 de l'OIT sur le travail dans la pêche, d’appuyer le renouvellement des générations et de renforcer le rôle des femmes dans le secteur en facilitant la formation et en faisant recours à des incitations financières ainsi qu’à des technologies innovantes.

Ces experts ont également plaidé en faveur de la mise au point d’un projet conjoint "Ceinture Bleue" en utilisant la Méditerranée comme étude de cas, afin de mettre en pratique des solutions innovantes, favoriser la résilience et de tirer partie des opportunités offertes dans des secteurs connexes, a-t-il relevé.

Et de poursuivre que dans le domaine de la pêche, ils ont appelé à développer en continu les cadres juridiques afin de les adapter au mieux aux évolutions importantes en la matière, à consolider les systèmes nationaux et régionaux de collecte de données sur les pêcheries afin d’améliorer les avis scientifiques, à renforcer la coopération entre les parties prenantes dans le cadre de l’approche écosystémique des pêches et à mettre en place des mesures de gestion communes pour soutenir la durabilité sur le plan économique, social et environnemental.

Ils ont, d’autre part, insisté sur la nécessité de mieux intégrer l’aquaculture dans la planification spatiale, de mettre en œuvre des mesures d’atténuation des interactions négatives avec l’environnement, d'améliorer l’acceptabilité sociale des produits aquacoles, de renforcer le dialogue avec les producteurs et les organisations d’aquaculteurs, de développer des mesures d’adaptation aux changements climatiques et de créer un environnement propice aux investissements dans l’aquaculture, a-t-il ajouté.
Mercredi 12 Juin 2019 - 17:33





Nouveau commentaire :
Twitter