Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 









Dix ans de prison à l'encontre de la mère d'un jihadiste français devenu «émir» en Syrie


Mercredi 4 Juillet 2018 modifié le Jeudi 5 Juillet 2018 - 09:18




Dix ans de prison à l'encontre de la mère d'un jihadiste français devenu «émir» en Syrie
La Cour d'appel de Paris a condamné la mère d'un jihadiste français devenu «émir» en Syrie où elle s'est elle-même rendue trois fois, à une peine de dix ans de prison assortis d'une période de sûreté des deux tiers pour association de malfaiteurs à visée terroriste mais aussi financement du terrorisme.

La Cour a confirmé mardi la peine maximale prononcée, en octobre 2017, en première instance à l'encontre de cette femme de 52 ans surnommée «Mamie jihad» par les médias.

Christine Rivière a été condamnée également pour financement du terrorisme, pour avoir «transféré ou fait transférer des fonds ou des biens à destination de combattants en Syrie».

Elle avait été interpellée, le 2 juillet 2014, au domicile de son aîné alors qu'elle s'apprêtait à repartir en Syrie après trois précédents voyages.

Son avocat avait estimé que se trouvait au coeur du dossier «une relation fusionnelle et nocive» entre mère et fils.

«Il y avait une dimension psychiatrique et psychologique qu'on aurait voulu faire entendre, mais ces arguments ont été balayés», a déploré l'avocat à la sortie de l'audience.

Lors de l'instruction, Christine Rivière avait déclaré avoir effectué ses séjours en Syrie, entre l'été 2013 et le mois d'avril 2014, pour rester auprès de son fils, Tyler Vilus.

Arrêté en juillet 2015 en Turquie et aujourd'hui détenu en France, le fils est soupçonné d'avoir connu en Syrie des membres de la cellule qui a planifié et commis les attentats sanglants du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis.

Depuis janvier 2015, une vague d'attentats «jihadistes» sans précédent a fait 246 morts en France. Le dernier en date, une attaque au couteau dans le quartier de l'Opéra à Paris le 12 mai, a fait un mort.

Vendredi dernier, Le tribunal correctionnel de Paris avait condamné à sept ans de prison une ressortissante française qui avait séjourné en Syrie au printemps 2015 avec trois de ses enfants et y avait épousé un membre de l’organisation terroriste Etat islamique (EI).

Mercredi 4 Juillet 2018 - 20:23





Nouveau commentaire :
Twitter