Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 









Argent : IBP classe l’Algérie parmi les derniers les pays «non transparents»


Lundi 14 Mai 2018 modifié le Mercredi 16 Mai 2018 - 08:06




Argent : IBP classe l’Algérie parmi les derniers les pays «non transparents»
L’Algérie est classée parmi les derniers pays au monde en matière de transparence budgétaire, révèle dimanche l’enquête sur le «Budget ouvert» 2017 (OBS), menée par l’International Budget Partnership.

«L'Algérie met à la disposition du public très peu d'informations budgétaires, avec un score de 3 sur 100 de l’Indice sur le budget ouvert obtenu par l'Algérie en 2017, un score bien inférieur à celui enregistré en 2015», souligne l’enquête. Depuis 2015, l'Algérie a diminué la quantité d'informations budgétaires qu'elle met à la disposition du public «en produisant un projet de budget de l'Exécutif à des fins internes uniquement et en omettant de produire les rapports en cours d'année», précise-t-on.

En outre, l'Algérie n'a pas fait de progrès dans certains domaines et n'a pas rendu public le rapport préalable au budget, selon l’enquête sur le budget ouvert qui, explique-t-on, utilise 109 indicateurs pondérés de manière égale pour mesurer la transparence budgétaire en se basant sur des critères internationalement reconnus mis au point par les organisations multilatérales.

Ces indicateurs évaluent la mesure dans laquelle le gouvernement central met à la disposition du public huit documents budgétaires clés en ligne en temps opportun et si ces documents présentent les données budgétaires de manière exhaustive et utile. «Chaque pays est noté selon un score composite (sur 100) qui détermine son classement dans l'Indice sur le budget ouvert, la seule mesure indépendante et comparative de la transparence budgétaire dans le monde», souligne International Budget Partnership.

L'ensemble du processus de recherche a pris plus de 18 mois entre le mois d'août 2016 et janvier 2018 et a impliqué près de 300 experts dans 115 pays. La transparence à elle seule n'est pas suffisante pour améliorer la gouvernance. La participation du public dans la budgétisation est vitale pour atteindre les résultats positifs associés à une meilleure transparence budgétaire.

Sur ce chapitre, le score de 0 sur 100 enregistré par l'Algérie montre que les possibilités offertes au public de participer au processus budgétaire sont nulles.

L'enquête sur le budget ouvert examine, aussi, le rôle que jouent les assemblées législatives, les institutions supérieures de contrôle et les institutions financières indépendantes dans le processus budgétaire et la mesure dans laquelle elles assurent un contrôle efficace du budget.
Lundi 14 Mai 2018 - 08:38

Atlasinfo (avec MAP)




Nouveau commentaire :
Twitter