Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Vidéo d’une femme malade qui planifie sa mort au 1er novembre


Vendredi 10 Octobre 2014 modifié le Dimanche 12 Octobre 2014 - 19:26

Une Américaine atteinte d’un cancer en phase terminale a annoncé qu’elle prévoyait de mettre fin à ses jours le 1er novembre pour mourir avec dignité sans trop souffrir, dans une vidéo qui a ému le web.




En début d’année, à 29 ans, Brittany Maynard, qui venait de se marier, a appris qu’il lui restait six mois à vivre à cause d’un cancer du cerveau très agressif, et que son agonie serait longue et douloureuse.

«Ce qui vous vient à l’esprit quand vous apprenez qu’il vous reste si peu à vivre, c’est de dire tout ce que vous souhaitez dire à ceux que vous aimez», affirme-t-elle dans une vidéo qui avait été vue plus de 5,5 millions de fois sur YouTube.com vendredi.

Brittany Maynard, qui venait d’épouser son mari Dan Diaz quand elle a commencé à se plaindre de violents maux de tête, a déménagé de Californie pour l’Orégon, «l’un des cinq États américains ayant légalisé le droit de mourir dans la dignité» avec le Montana, le Vermont, l’État de Washington et le Nouveau Mexique, explique la page de son fonds (www.thebrittanyfund.org).

Un médecin peut par conséquent légalement lui prescrire ce dont elle a besoin pour mettre fin à ses jours comme elle le souhaite, dans sa chambre, entourée par ses proches, principalement son mari, sa mère, et sa meilleure amie.

«Je n’ai pas lancé cette campagne pour recevoir de l’attention […] Je l’ai fait parce que je souhaite un monde où tout le monde a le droit de mourir dans la dignité comme moi», affirme-t-elle sur son site, destiné à promouvoir la légalisation de l’euthanasie partout aux États-Unis, où est disponible la vidéo.

«J’ai les médicaments, je ne les regarde pas tous les jours mais ils sont là […]. C’est un grand soulagement de savoir que je n’ai pas à mourir de la façon (douloureuse) qui m’avait été prédite», ajoute-t-elle.
Vendredi 10 Octobre 2014 - 22:37

Source L'Avenir




Nouveau commentaire :
Twitter