Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Réunion de haut niveau: reprendre la relation France-Maroc "avec la même densité et la même intensité qu'auparavant"




La 12e réunion de haut niveau France-Maroc, prévue à Paris ce 28 mai, sera certainement différente. Elle viendra clore une année de brouille entre Rabat et Paris. "Cette rencontre est destinée à remettre sur pied le partenariat d’exception entre la France et le Maroc avec la même densité et la même intensité qu’auparavant", indique l’un des conseillers du premier ministre à Atlasinfo.

Par Hasna Daoudi




Relations bilatérales et coopération économique sont à l'ordre du jour de ce séminaire intergouvernemental qui réunira Manuel Valls et son homologue marocain Abdelilah Benkirane, ainsi qu’une douzaine de ministres marocains et huit ministres français.

Cette réunion de haut niveau est l’occasion de "dépasser les difficultés des mois précédents et de redémarrer la coopération bilatérale". "C’est cela l’esprit et l’objectif de cette réunion", répète-t-on à Matignon, précisant que la relation a repris dans tous les secteurs. "Nous pourrons constater jeudi que les différents moteurs de la coopération bilatérale sont en train de se rallumer les uns après les autres", assure-t-on encore.

Pour Matignon, il s’agit à la fois d’une rencontre de "renouveau" et de relance de la coopération bilatérale avec de "nouvelles perspectives pour donner plus de substance à la relation bilatérale".

Quant au paramètre confiance, indispensable dans une relation de grande proximité, "il a été rétabli", selon Matignon, « lorsque le roi Mohammed VI et François Hollande se sont vus à l'Elysée début février dernier et ont décidé de tourner la page des difficultés du passé et de reconstruire la relation".

Trois visites de ministres français au Maroc, Bernard Cazeneuve, Laurent Fabius et Manuel Valls, ont accompagné cette réconciliation.

Maroc-France-Afrique

Dans cette relation de renouveau et de perspectives nouvelles, la réunion de haut niveau va accorder une large place à la coopération entre le Maroc, la France et l’Afrique. "Nous avons décidé des actions conjointes dans des pays tiers notamment en Afrique", explique-t-on à Matignon. "Les deux pays ont des relations anciennes avec le continent africain. S.M le roi est en ce moment en Afrique. Nous allons unir les atouts français et les atouts marocains dans notre relation avec l’Afrique pour bâtir des projets communs", insiste-t-on.

Pour cela, "nous allons tracer le cadre, les modalités et le financement pour ce type de projets. Une fois le cadre défini par les Etats, les chefs d’entreprises français et marocains pourront développer des projets conjoints".

Selon Matignon, "l’objectif est d’identifier assez vite des projets que des entreprises marocaines et françaises pourraient porter ensemble en Afrique". Le forum économique franco-marocain, en marge de la réunion de haut niveau, permettra aux chefs d’entreprises des deux pays de parler coopération bilatérale et aussi coopération avec des pays tiers, ajoute-t-on.

Pour donner corps à cette coopération triangulaire, un accord sera signé entre les gouvernements français et marocain "qui mettra en place un facilité financière à hauteur de 25 millions d’euros pour financer les projets conjoints et répondre ensemble à un marché dans un pays africain".

Ce champ d’action doit englober les domaines de l’énergie, des infrastructures, de l’exploitation des matières premières ou du numérique. "Il y a d’énormes potentialités de coopération pour nos deux pays"».

Formation des cadres religieux

Autre domaine novateur qui sera acté lors de cette réunion de jeudi, la formation des cadres religieux qui fait cruellement défaut à la France.

Une déclaration d’intention sera signée jeudi portant sur "un certain nombre d’initiatives communes dans le domaine de la formation des imams, de la prévention de la radicalisation et de la lutte contre les phénomènes de radicalisation".

"Le Maroc a une expérience et une expertise particulières dans ce domaine. Il y a là un terrain pour bâtir des choses ensemble parce que le Maroc peut apporter beaucoup à la France au moment où nous sommes en train de réfléchir à la meilleure organisation de l’islam de France", explique l’un des conseillers du Premier ministre, rappelant la mise en place par le roi Mohammed Vi du nouvel institut de formation des imams de Rabat qui accueille déjà une cinquantaine d’étudiants en provenance de France.

Accord dans le domaine spatial

Résolument décidés à explorer de nouvelles thématiques dans leur coopération bilatérale, la France et le Maroc s’apprêtent aussi à signer un accord de coopération spatiale entre le Centre nationale français des études spatiales et son homologue marocain. "Cela prouve que notre relation est capable de franchir un palier sur le plan technologique", assure-t-on à Matignon. Cet accord porte sur des échanges d’ingénieurs et d’informations dans le domaine spatial et la recherche scientifique.

La conférence sur le climat ne sera pas non plus oubliée lors de cette réunion de haut niveau. La France préside cette année la COP21 et le Maroc en prendra la présidence l’année prochaine. "Il a été décidé de mettre en place une coordination très forte entre la France et le Maroc sur ces deux présidences", selon Matignon.

Le dossier relatif au projet de l’ouverture d’une usine Peugeot Citroën, au Maroc sera, lui aussi, évoqué entre les responsables des deux pays.

Le coup d’envoi de cette réunion est donné ce mercredi soir avec notamment un entretien entre Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’investissement et l’Economie numérique, et Emmanuel Macron, ministre de l’Economie, de l’industrie et du Numérique.

Jeudi matin, d’autres entretiens bilatéraux sont également au menu des ministres, dont Bernard Cazeneuve et Christiane Taubira et leurs homologues marocains, Mohamed Hassad et Mustapha Ramid, avant l’entretien de Manuel Valls et Abdelilhah Benkirane prévu à 11H00, suivi d’une réunion plénière avec tous les ministres à Matignon et de la signature d’une vingtaine d’accords.

Abdelillah Benkirane doit par ailleurs être reçu par le président François Hollande vendredi matin à 9:30.

« Il faut vraiment qu’on revienne à ce même état d’esprit qui existait avant la crise, à cette relation d’une proximité exceptionnelle. C’est ce lien que nous voulons retisser avec le Maroc à l’occasion de cette réunion de haut niveau », résume Matignon.


Mercredi 27 Mai 2015 - 13:08



Mercredi 27 Mai 2015 modifié le Mercredi 27 Mai 2015 - 15:22

Nouveau commentaire :
Twitter

France | Maghreb | Atlas Eco | Société | Sport | Culture & Médias | International | Religion | Environnement | Opinion | Décryptages | Informations légales | Sience & Santé | Lu dans la presse | Fil direct | Les indiscrets | Atlas des livres | Opinions | Entretiens