Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Quelque chose est pourrie…Partout


Jeudi 27 Novembre 2014 modifié le Samedi 29 Novembre 2014 - 12:11




Cherif CHEBIHI HASSANI
Cherif CHEBIHI HASSANI
CE n’est pas étranger à la nature humaine. Elle se dissimule et s’attarde parmi nous, depuis qu’Adam a mangé la pomme défendue. Elle se rampe et glisse sa voie par des ruelles et des allées, des avenues et des boulevards, n’épargnant personne. Comme le serpent Satan, elle expectore et vomit son venin parmi nous, sans se soucier de la classe, de la race ou de la position sociale. Sa contagion ne connaît pas de bornes. Tous ont été victimes de son appât, le noble et le puissant, le faible et le mollasson.

Nous sommes tous friands de citer la fameuse déclaration de Lord Acton : « Le pouvoir corrompt et le pouvoir absolu corrompt absolument ». Est—ce que c’est la somme de tous cela ? Et les impuissants ? Sont-ils immunisés, ou succombent-ils aussi à son attrait ? La pyramide de la dépravation et de la malhonnêteté commence du bas vers le haut ou du haut vers le bas ? Les subalternes indignes regardent au plus haut point et suivent l’exemple, ou c’est l’inverse ? Le pouvoir corrompt-il seulement le vénale, ou nous sommes tous des vénaux ?

La corruption est généralement associée aux gouvernements, et à la politique, mais elle envahit toutes les branches de notre société. La plupart des gouvernements exercent une certaine forme de corruption. Pourquoi ? Parce qu’ils peuvent ! Avec autant de pouvoirs législatifs entre les mains de quelques individus, la tentation d’utiliser les moyens illégitimes pour leur profit personnel, devint irrésistible. Devrions-nous par conséquent se comporter de la manière si nous sommes à leur place ? La réponse est un retentissant « oui ». Car tous les gouvernements promettent l’intégrité, jusqu’à ce qu’ils saisissent le pouvoir. Le pouvoir de l’intégrité a été conféré par la nature sur quelques-uns. La tendance à la corruption a été généreusement dispersées à croître follement et abondamment.

Le détournement du pouvoir gouvernemental, va nécessairement de pairs avec les forces de police. La brutalité policière assure la sécurité des pratiques illégales sans opposition apparente. Le silence de l’opposition peut exister, mais la police veut s’assurer de ce silence. La corruption engendre de maintes formes tant qu’elle prospère dans les climats favorables. La corruption implique à la fois donateur et preneur. Les crimes comme le trafic de drogue, le blanchissement d’argent, l’extorsion, l’assassinat, et j’en passe. La corruption est estimé à plus de § 1 milliard par an, à travers le monde. D’autres formes de corruption sont le détournement de fonds et de fraude électorale. Ce dernier, interdit partout, est également pratiquée partout.

Les hommes puissants encouragent le copinage. Ils veulent s’entourer d’hommes aussi riches et puissants, les aidant et diminuant. Bientôt, ils se tournent vers leurs enfants, eux aussi doivent partager le pouvoir. Le népotisme est une conséquence naturelle du pouvoir extrême parmi les chefs de gouvernements, ou toute autre autorité que ce soit un club, une organisation ou une société. Lorsque la tête est pourrie, le reste suit par la suite. Y a-t-il un pouvoir sans corruption ? Y a-t-il quelques privilégies qui se tiendrait élevés, qui défaut d’odeur, l’évitent, en gardant le nez et les mains propres et les poches vides ?

Le pouvoir ne corrompt que quelques-uns, la faiblesse corrompt le plus grand nombre. La haine, la rudesse, l’intolérance, les soupçons sont toutes des faiblesses. Rempli d’ennui, nous bâillons, tournons nos journaux, fermons les yeux et restons amorphes. L’apathie abonde. Nous sommes coupables de ne rien faire – avec véhémence – Le principal complice de la corruption est notre indifférence.

De l’Argentine au Zimbabwe la corruption est endémique dans chaque pays. Les chefs d’Etats de Suharto à Mobutu, souillent les pages de l’histoire. Une organisation basée à Berlin, « Transparency International »garde l’œil sur la corruption dans le monde entier. Sur une échelle de 1 à 10, le Cameroun est le pays le plus corrompu du monde, marquant 1/10. Le Danemark est le seul pays qui a un score parfait de 10/10, suivie de la Finlande, la Suède, le Canada, l’Irlande, le Singapour, les Pays-Bas, la Norvège et la suisse. Je suppose que quelque chose est pourrie « un peu partout, c’est juste une question de degré.

N’y a-t-il rien que nous puissions faire pour contrôler l’épidémie de la corruption ? Le meilleur outil pour lutter contre la corruption, est l’information. Le public doit être informé suffisamment tôt pour avorter le monstre bébé, avant qu’il grandisse et nous dévore. Les médias ont une responsabilité majeure de nous tenir informés. La transparence vantée si souvent par le candidat Obama a été remplacée par la nébulosité du Président Obama. La transparence est l’ennemi de la corruption.

Selon les philosophes et les anthropologues, le gouvernement a été bien décrit au 14ème siècle par l’écrivain arabe Ibn Khaldoun. Il avait écrit : « Un gouvernement est une institution qui présente l’injustice, autre que telle qu’il se commet. » Est-ce une condamnation de gouvernement lui-même en tant qu’institution, ou de l’homme lui-même qui a une disposition de pourriture.

Devrions-nous au Maroc se sentir réconforté que le phénomène de la corruption du gouvernement n’est pas exclusif à nous ? George Bernard Shaw a affirmé catégoriquement que le pouvoir n’est pas pour les hommes corrompus. « Les imbéciles », cependant, s’ils arrivent dans une position de pouvoir, corrompt le pouvoir. »

La corruption prend avantage de la pauvreté ! Tant que les pays sont pauvres la corruption est répandue. Faut-il éradiquer la pauvreté, la corruption pourrait bien perdre sa ligne de vie principale.

La corruption est l’autorité, plus de monopole, moins de transparence.
Anonyme.
Jeudi 27 Novembre 2014 - 20:17

Cherif CHEBIHI HASSANI