Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Pays-Bas: Le parti anti-islam de Geert Wilders espère deux fois plus de députés


Lundi 7 Juin 2010 modifié le Lundi 7 Juin 2010 - 09:50




Pays-Bas: Le parti anti-islam de Geert Wilders espère deux fois plus de députés
Sa vidéo de campagne montre des avions atterrissant les uns derrière les autres: "les vannes sont grandes ouvertes", commente à propos de l'immigration le député néerlandais Geert Wilders, sur fond de musique anxiogène.

"Nous sommes confrontés chaque jour à l'immigration de masse: foulards, burqas, minarets, criminalité... cela n'arrête jamais", se lamente le chef de file du Parti pour la liberté (PVV).

Présent depuis 2006 à la chambre basse du Parlement où il détient neuf sièges sur 150, le PVV devrait voir son nombre de députés doubler, selon les sondages, lors des élections législatives anticipées mercredi, et pourrait entrer dans un gouvernement de coalition.

"Wilders a une grande influence sur ces élections", souligne le politologue Martin Rosema, de l'université de Twente.

Ses prises de position sur la tolérance multi-culturelle, longtemps sujet de fierté aux Pays-Bas, ont "contraint les autres partis à adopter une position plus stricte sur l'insécurité et l'immigration", explique-t-il.

Le PVV, qui se dit "en croisade contre l'islamisation des Pays-Bas", était arrivé en tête aux élections municipales du 3 mars à Almere, ville de 190.000 habitants voisine d'Amsterdam, et deuxième à La Haye, les deux seules villes où il s'était présenté.

Mais le parti de M. Wilders s'est finalement retrouvé dans l'opposition dans les deux villes. Les autres partis se sont ligués pour former des coalitions sans lui, une situation qui, selon les analystes, pourrait se reproduire à l'échelon national.

Geert Wilders, 46 ans, affirme que 40% des prestations sociales du pays sont versées à des immigrants non-occidentaux et que les Marocains d'origine commettent cinq fois plus de crimes et de délits que les Néerlandais de souche.

"Ce dont les Pays-Bas ont besoin, c'est de mettre un terme à l'immigration en provenance des pays musulmans", répète le député qui souhaite un impôt sur les foulards.

Vingt pour cent des 16,5 millions d'habitants des Pays-Bas sont d'origine étrangère. "Il y a un nombre important d'électeurs pour lesquels l'immigration est la question la plus importante", estime Philip Praag, professeur de sciences politiques à l'université d'Amsterdam.

"Ils croient que les gens d'origine turque ou marocaine et de religion musulmane font du tort à la société. Ils les considèrent comme une menace", poursuit-il.

Geert Wilders, qui doit être jugé à l'automne pour incitation à la haine raciale et discrimination envers les musulmans, fait campagne pour l'interdiction du foulard dans les services publics et l'arrêt de la construction des mosquées.

Donné premier ou deuxième dans les sondages il y a quelques mois, le PVV a chuté à la quatrième place, victime indirecte de la crise économique qui est désormais au coeur des préoccupations de ses compatriotes.

Geert Wilders continue pourtant de défendre ses thèmes favoris. Dans un récent débat télévisé, il a été applaudi à tout rompre en affirmant qu'une diminution de l'immigration permettrait d'éviter une réduction des prestations sociales, de réduire le déficit public et la criminalité.

Seul membre de son parti, qu'il contrô le entièrement, le député à la chevelure blonde décolorée a été durant la campagne publiquement critiqué par un des députés qui a dénoncé sa manière "anti-démocratique" de gérer le parti.


Lundi 7 Juin 2010 - 09:38

Avec agence




Nouveau commentaire :
Twitter