Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Meeting de Hollande à Carcassonne : Sarkozy dénonce "la confusion des genres"


Mercredi 20 Mai 2015 modifié le Jeudi 21 Mai 2015 - 08:42

"On ne sait pas si c'est le président de la République ou le candidat à la future présidentielle qui s'exprime", lance-t-il dans une interview au "Figaro".




Nicolas Sarkozy a dénoncé mercredi "la confusion des genres", à propos du meeting que le président François Hollande a tenu la veille à Carcassonne (Aude), dans une interview au Figaro, publiée mercredi sur le site du journal et jeudi dans sa version papier. François Hollande est allé "défendre la réforme (du collège) dans une réunion qu'il a qualifiée lui-même de 'meeting électoral'. C'est dire, une nouvelle fois, à quel point il méprise les Français, en ne s'adressant qu'à des militants socialistes sur un sujet qui concerne pourtant tous les Français", a affirmé le président de l'UMP. "Et je passe sur la confusion des genres d'un président qui en est à son deuxième déplacement de ce type, dans lequel on ne sait pas si c'est le président de la République ou le candidat à la future présidentielle qui s'exprime", a-t-il poursuivi.

Dans un communiqué publié peu auparavant, Guillaume Larrivé, secrétaire national à la Réforme des institutions et député UMP de l'Yonne, avait soutenu qu'"à quelques jours du congrès du Parti socialiste, François Hollande men(ait) personnellement campagne pour tenter de ressouder sa majorité et de se relégitimer comme candidat naturel des socialistes à l'élection présidentielle de 2017". "Il doit aujourd'hui expliquer aux Français qui a financé le meeting politique de Carcassonne. Est-ce l'Elysée ? Est-ce le gouvernement ? Est-ce le Parti socialiste ? L'entrée en campagne du candidat François Hollande ne doit pas être financée par les contribuables", a affirmé Guillaume Larrivé.

François Hollande a évoqué mardi soir à Carcassonne le "chemin parcouru" depuis le début de son quinquennat et "ce qui reste à faire" d'ici 2017, dans un long discours à fortes connotations pré-électorales, partagé entre bilan et perspectives.

Mercredi 20 Mai 2015 - 22:55

Source AFP




Nouveau commentaire :
Twitter