Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Maroc utilisation erronée du terme islamiste par la presse


Mercredi 30 Novembre 2011 modifié le Mercredi 30 Novembre 2011 - 19:45




Au Maroc, comme dans toutes les démocraties, le Chef de l’Etat, et conformément à la Constitution et aux pouvoirs qui lui sont conférés, a nommé le leader du parti arrivé en tête des législatives Premier Ministre.En conséquence, il n’y a rien à redire, la loi fondamentale du pays et la volonté du peuple marocain ont été pleinement respectées. Depuis, une certaine presse française fait, de la victoire du Parti Justice et Développement, une drôle de confusion en utilisant une terminologie erronée. Je parle notamment des termes « d’islamistes modérés » et de «reconstruction démocratique » ;

S’agissant d’islamistes modérés, ces journalistes devraient savoir que les Marocains sont, à la très grande majorité, musulmans sunnite de rite malikite, et non islamistes. Ce dernier vocable, fortement empreint de sous entendus, est usité uniquement à des fins politiques et idéologiques hautement critiquables, mais aussi commerciales.Par ailleurs, ils devraient également savoir qu’au Maroc, le Roi est le Chef religieux et qu’en vertu de ce titre, il est le seul protecteur et garant des pratiques religieuses Nul autre personne ne peut prétendre ou dicter une ligne de conduite religieuse sans son consentement.

En conséquence, les démocraties, occidentales et leur peuple devraient être rassurés, le Maroc ne tombera pas dans l’obscurantisme et l’intolérance prônés par les groupes intégristes.Le Parti de la Justice et du Développement en a d’ailleurs donné des gages et affirmé que tous les accords économiques, diplomatiques, sécuritaires et politiques seront respectés.

Les droits de la femme seront également préservés et qu’il n’était nullement question de remettre en cause le statut personnel de la femme et d’appliquer la charia.Enfin, l’autre terme utilisé avec désinvolture par cette même presse française est celui de reconstruction démocratique. Il me semble que ces journalistes auraient du savoir que le Maroc n’est pas dans une phase de reconstruction démocratique, mais plutôt dans celle d’une consolidation, n’en déplaise aux mauvaises langues.

Mercredi 30 Novembre 2011 - 19:36

Par Farid Mnebhi