Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Maroc: 21% de femmes députées dans le nouveau Parlement


Jeudi 13 Octobre 2016 modifié le Vendredi 14 Octobre 2016 - 09:00

La nouvelle chambre basse du Parlement au Maroc, issue des élections législatives du 7 octobre, comptera 21% de femmes, un chiffre en légère progression.




Au total, 81 femmes ont été élues députées sur un total de 395 sièges, a rapporté l'agence de presse MAP. Soixante-et-onze d'entre elles ont été désignées par un système de quota, et dix autres ont été normalement élues dans des circonscriptions locales.

Le Parlement sortant, issu des législatives de 2011, comptait 67 députées, soit 17% de femmes.

Les législatives du 7 octobre ont vu la victoire des islamistes du Parti justice et développement (PJD), à la tête du gouvernement de coalition depuis 2011, devant le Parti authenticité et modernité (PAM, libéraux).

Le PAM, qui se posait en rempart contre les islamistes et en défenseur de la parité, a obtenu 26 députées, dont cinq élues dans des circonscriptions locales. Il s'était fixé comme objectif de faire entrer une trentaine de femmes au Parlement. Vient ensuite le PJD, avec 24 députées, dont quatre élues localement.

A l'issue des élections, le Premier ministre Abdelilah Benkirane (PJD) a été reconduit dans ses fonctions par le roi Mohammed VI, qui l'a chargé de former un nouveau gouvernement de coalition.

La Constitution ne fixe pas de délai pour former ce nouveau gouvernement. L'ouverture de la législature du nouveau Parlement est prévue vendredi dans la capitale politique Rabat, en présence du souverain.

Les législatives ont été marquées par une bipolarisation de la scène politique entre le PAM et le PJD, et ont vu le déclin de tous les autres partis.

Le Premier ministre, dont le parti a obtenu 125 sièges, aura besoin du soutien de quatre partis pour former sa nouvelle majorité, selon les estimations. La presse locale spécule depuis plusieurs jours sur les tractations en cours et possibles membres de cette future coalition.

Autre conséquence de ces législatives, la démission du chef du parti du Rassemblement national des indépendants (RNI), Salaheddine Mezouar, ministre des Affaires étrangères dans la majorité sortante et dont la formation est en net recul.

Jeudi 13 Octobre 2016 - 19:47





Nouveau commentaire :
Twitter