Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Les médecins préconisent de mettre Liliane Bettencourt sous curatelle renforcée


Mardi 14 Juin 2011 modifié le Mardi 14 Juin 2011 - 12:58

Etape intermédiaire avant la mise sous tutelle, la curatelle renforcée revient à ne plus laisser à la milliardaire le loisir de gérer ses dépenses. Les conclusions des experts médicaux mandatés par la juge des tutelles de Courbevoie – dont Le Monde a pu prendre connaissance – vont dans le sens des requêtes de la fille de Liliane Bettencourt.




Les médecins préconisent de mettre Liliane Bettencourt sous curatelle renforcée
Ils avaient été mandatés à l’automne par la juge des tutelles de Courbevoie (Hauts-de-Seine) Stéphane Kass-Danno pour évaluer l’état de santé mentale et physique de Liliane Bettencourt. Les trois experts médicaux, qui n’ont toutefois pas examiné directement la milliardaire, ont rendu leurs conclusions il y a quelques jours.
Selon le journal Le Monde, qui en livre les grandes lignes, les médecins concluent à une "altération conjointe des facultés mentales et physiques" de la milliardaire, atteinte d’une "maladie cérébrale", écrivent-ils. L’information est confirmée par une source proche du dossier.

Dépenses strictement contrôlées

Les experts préconisent un placement de l’héritière du groupe L’Oréal sous curatelle renforcée. Une étape intermédiaire avant la mise sous tutelle, mais qui ne laisse plus aucune liberté à la personne protégée dans la gestion de ses ressources et surtout de ses dépenses.

Ces conclusions vont dans le sens des déclarations des avocats de sa fille : Françoise Bettencourt-Meyers estime que la vieille dame est "manifestement instrumentalisée" par son entourage.

Six mois après avoir enterré la hache de guerre, mère et fille se déchirent de nouveau.
L’ire de Françoise Bettencourt-Meyers vise cette fois le nouveau mandataire financier de sa mère, Me Pascal Wilhelm, qu’elle accuse de conflit d’intérêt. L’avocat a investi au nom de Liliane Bettencourt 140 millions d’euros dans la société de jeux en ligne de Stéphane Courbit, dont il a été l’avocat.

Mardi 14 Juin 2011 - 12:56





Nouveau commentaire :
Twitter