Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr




"Les Rebelles du Foot": quand le football devient une arme politique


Par Lucile Marbeau


En pleine coupe de l’Euro 2012, Arte Editions sort un documentaire engagé :« Les Rebelles du Foot ». Eric Cantona y raconte le destin de cinq grands joueurs qui, à un moment de leur vie, ont utilisé le football comme arme de résistance. Rencontre avec les réalisateurs et trois de ces héros du ballon rond.




"Les Rebelles du Foot": quand le football devient une arme politique
Pendant toute l'après-midi de mardi, trois anciennes stars du foot se sont livrées au jeu des interviews dans un restaurant parisien pour présenter« Les Rebelles du Foot », un documentaire réalisé par Gilles Rof et Gilles Perez. « L’idée de ce film est de parler des valeurs du foot, au moment où ce sport est dominé par un esprit mercantile et financier » explique le réalisateur Gilles Rof. Un avis partagé par Predrag Pasic, ancienne figure du ballon rond yougoslave : « Je vis difficilement l’évolution du football aujourd’hui. Le business a écarté les valeurs de ce sport, car désormais, c’est l’argent qui est roi ».


Dans le documentaire, on rencontre Predrag Pasic dans son pays natal, la Bosnie-Herzégovine. Pendant la guerre civile qui a déchiré sa patrie dans les années 90, il a refusé de quitter sa ville Sarajevo, malgré le siège, malgré les bombes. Sa carrière de footballeur était alors derrière lui et il s’était tourné vers une nouvelle passion : l’art. Mais confronté à la souffrance des enfants de sa ville en guerre, il décide de reprendre le ballon. « J’ai ouvert une école, où se retrouvaient toutes les communautés, serbes, croates et musulmanes. De bouche à oreille, en quinze jours, je me suis retrouvé avec 300 enfants ! » raconte-t-il. « C’était extraordinaire. Par le biais du football, on leur a appris à vivre ensemble et à agir comme une équipe, quelle que soit leur nationalité. C’est vraiment le ballon qui a permis de les tenir ensemble. Ils avaient un rêve, de devenir footballeur et ce rêve était comme une lumière au bout du tunnel ».

Depuis, plus d’une vingtaine d’entre eux sont devenus professionnels. Et l’engagement de Predrag Pasic ne s’est pas arrêté avec la fin de la guerre. Aujourd’hui encore, il utilise le football comme un outil de réconciliation dans un pays encore meurtri et divisé. Il a crée six écoles à travers toute la Bosnie, où les différentes communautés vivent dans des entités séparées. « Il y a des échanges entre les écoles. J’essaye de casser les frontières car malheureusement, encore aujourd’hui, la société est divisée entre communautés » explique-t-ilavec tristesse.


Carlos Caszely

Carlos Caszely, ancienne figure du foot chilien, a lui combattu la dictature d’Augusto Pinochet qui a sévi dans son pays de 1973 à 1990. Butteur champion de l’équipe nationale chilienne et du plus grand club chilien le Colo Colo, il a compris que sa notoriété pouvait devenir une arme politique. Il sera le seul de ses coéquipiers à ouvertement critiquer le régime. « Je n’ai pas hésité un instant à quitter le Chili. Je n’aurais pas pu alors dire tout ce que j’ai dit à l’époque. J’étais la voix du peuple qui souffrait » explique-t-il. Lorsqu’en 1988, Augusto Pinochet organise un référendum pour se maintenir au pouvoir, Carlos Caszely enregistre un clip de campagne avec sa mère pour appeler à voter « non ». Sa mère y raconte comment elle a été arrêtée et torturée par le régime. « Ce clip fut une libération pour ma mère. Elle a pu dire les choses publiquement et j’ai senti que ce fut une forme de thérapie » confie-t-il. La prise de position publique de l’icône nationale eut un grand impact sur les Chiliens. Elle aurait convaincu près de 7% des indécis à voter non. Deux ans plus tard, le dictateur quitte le pouvoir. Pour autant, le pays peine encore aujourd’hui à confronter les crimes de l’ancien régime militaire. Malgré une plainte déposée, les tortionnaires de la mère de Carlos Caszely n’ont jamais été poursuivis. « C’est le cas pour la majorité des victimes de la dictature » dénonce-t-il. Le documentaire rend d’ailleurs hommage aux disparus et victimes du régime en rappelant un funeste épisode du coup d’Etat militaire de Pinochet le 11 septembre 1973 : la transformation du stade de la capitale Santiago en vaste camp de rétention et de torture. Des milliers d’opposants y avaient été emportés, beaucoup n’en sont pas ressortis vivants. Le stade reprendra par la suite sa vie du ballon, comme si de rien n’était. Dans le film, Eric Cantona ne décolère pas : « le football n’a pas à devenir complice des dictateurs ».


Rachid Mekloufi

Plus proche de l’Hexagone, « Les Rebelles du Foot » raconte aussi une page de la guerre d’Algérie : la création en 1958 de la première équipe nationale algérienne par le FLN. Rachid Mekloufi a participé à l’aventure. Il témoigne : « Le FLN estimait que la guerre d’Algérie n’était pas connue par le peuple français. Pour la faire connaître, la meilleure solution trouvée était de faire partir les bons footballeurs algériens jouant en France. Et nous l’avons fait sans réfléchir : on nous appelait à apporter une pierre à la révolution algérienne ». Rachid Mekloufi était alors depuis quatre ans en France. Agé de 22 ans et étoile montante du foot français, il jouait au club de l’AS Saint-Etienne comme dans l’équipe de France. Le FLN lui a envoyé deux joueurs, originaires de Sétif comme lui, pour le convaincre de quitter la France avec eux, dès le lendemain. D’après Rachid Mekloufi, le seul but du FLN était alors de frapper les esprits français avec la disparition de joueurs emblématiques. L’équipe, elle, se constituera une fois les footballeurs arrivés à Tunis. « On a commencé à jouer ensemble. On a fait ce qu’on savait faire de mieux » se souvient Rachid. « C’était une grande équipe ! Si on avait pu faire une coupe du monde, on serait allé loin ! On avait la technique, le physique, la volonté etune cause politique ». Pendant quatre ans, jusqu’à l’indépendance de l’Algérie en 1962, les joueurs sillonnent le monde pour faire connaître la cause algérienne : la Libye, la Jordanie, l’URSS, la Yougoslavie, la Chine, le Vietnam… Rachid Mekloufi rencontre alors des grandes figures internationales. Ho Chi Minh, l’artisan de l’indépendance vietnamienne, l’a marquél e plus, pour sa modestie et sa tenue. Cette expérience unique a changé la vie de Rachid Mekloufi : « Quand je suis parti avec l’équipe du FLN, je n’avais rien dans la tête. Joueur professionnel, je ne pensais alors qu’à aller à la pêche, au cinéma, en boîte de nuit. Mais grâce à mes coéquipiers de l’équipe algérienne, qui étaient des anciens, j’ai appris à raisonner, à jouer, à faire des conférences ! C’était une autre approche de la vie ». Une fois l’indépendance acquise, Rachid Mekloufi revient dans son ancien club à Saint-Etienne. Personne ne lui pose de questions. Les fans du club, eux, ne lui en veulent pas. Ce qui compte, c’est qu’il continue à marquer des buts.

Socrates...et Didier Drogba


Les deux autres joueurs auquel le film rend hommage sont le brésilien Socrates, décédé pendant le tournage et Didier Drogba, icône contemporaine de la Côte d’Ivoire. Les réalisateursdu film ont tranché parmi une douzaine d’histoires. L’une d’entre elle concerne l’Ukraine, où se déroule actuellement l’Euro 2012. Pendant la Deuxième guerre mondiale, l’équipe ukrainienne de la ville de Kiev, sous occupation nazie, a battu à deux reprises l’équipe allemande. « Les joueurs ont été raflés et internés en camp de concentration où certains sont morts » raconte Gilles Rof. « Là encore, ils ont poussé le jeu du footballeur au-delà d’une simple performance sportive pour s’inscrire dans la politique et la résistance. Une très belle histoire, mais dont il ne reste plus de témoins ! ». Et l’espace d’un instant, Gilles Rof et Gilles Perez se prennent à rêver de voir la politique investir à nouveau le gazon ukrainien. Et si l’équipe espagnole profitait de l’Euro pour dénoncer le règne des banques ?


« Les Rebelles du foot », 92 mn, coproduction Arte Editions, 13 productions, Canto Bros

DVD en vente. Diffusion sur Arte le 15 juillet dans le cadre du programme « Summer of Rebels »


Atlasinfo.fr
Mercredi 20 Juin 2012 - 21:31



Mercredi 20 Juin 2012 modifié le Jeudi 21 Juin 2012 - 22:18

Nouveau commentaire :
Twitter

France | Maghreb | Atlas Eco | Société | Sport | Culture & Médias | International | Religion | Environnement | Opinion | Décryptages | Informations légales | Sience & Santé | Lu dans la presse | Fil direct | Les indiscrets | Atlas des livres | Opinions | Entretiens