Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 








Le Maroc s'engage à prendre toutes les mesures pour l'opérationnalisation réussie du Fonds Africa50 (Boussaid)


Lundi 1 Septembre 2014 modifié le Mardi 2 Septembre 2014 - 21:45

Le Maroc s'engage à prendre toutes les mesures et dispositions nécessaires, en vue de la mise en place et de l'opérationnalisation du Fonds Africa50 dans des conditions optimales, afin d'assurer son succès et son rayonnement, a affirmé, lundi à Rabat, le ministre de l'Economie et des finances, Mohamed Boussaid.




Mohamed Boussaid
Mohamed Boussaid
"Le Maroc compte, au-delà de l'aspect hébergement, jouer un rôle important pour assurer le bon démarrage et l'opérationnalisation réussie du fonds Africa50", a assuré M. Boussaid lors d'une réunion avec une mission de la direction de la Banque africaine de développement (BAD), qui est en visite au Royaume pour annoncer l'accomplissement des formalités relatives à la constitution juridique du Fonds et à l'établissement de son siège social à "Casa Finance City" (CFC).

Dans ce cadre, le ministre s'est félicité de la décision prise par la BAD de retenir le Maroc et en particulier CFC pour héberger ce Fonds, au terme d'une évaluation rigoureuse des offres présentées par neuf pays africains membres de la BAD, notant que l'offre présentée par le Royaume a mis en avant sa stabilité politique, économique et sociale, ainsi que ses avancées réalisées en termes de réformes institutionnelles et structurelles.

Il a, à cet égard, précisé que l'offre marocaine a été appuyée par l'engagement du Roi Mohammed VI en faveur du développement en Afrique et de la mise en place de partenariats mutuellement bénéfiques et des projets de développement économique, humain et social.

La domiciliation du Fonds Africa50 au Maroc vient également consacrer l'attractivité et la réussite de la place de CFC en tant que centre financier régional et international, devant jouer un rôle clé dans l'intégration financière et le développement économique et social du continent, a-t-il poursuivi.

"Le grand challenge devant le fonds est d'intéresser les institutions internationales, non régionales, à lever la somme nécessaire pour la capitalisation initiale cible du Fonds qui s'élève à 3 milliards de dollars, et qui sera portée à long terme à 10 milliards de dollars", a estimé le ministre.

Ce Fonds vise à doter le continent africain d'un mécanisme de financement innovant permettant d'accroître la mobilisation de ressources à grande échelle et d'attirer des financements privés pour résorber le déficit en infrastructures du continent Africain.

Pour sa part, le vice-président de la BAD chargé des finances, Charles Boamah, a mis en avant le rôle que joue le Fonds Africa50 dans le développement des infrastructures en Afrique, relevant que le Fonds vise à attirer des investissements de sources variées, provenant notamment des Etats africains, des institutions financières internationales et régionales, des fonds de pensions, des fonds souverains et d'entités du secteur privé.

M. Boamah a, dans ce sens, salué le rôle majeur qu'a joué le Maroc dans l'implantation du Fonds à CFC, en facilitant les procédures et en offrant toutes les conditions nécessaires pour son installation, précisant que la phase suivante consiste à effectuer des visites aux pays africains pour la levée de 3 milliards de dollars.

Le Fonds Africa50 sera établi comme une société financière à vocation commerciale avec sa propre structure de bilan, de gestion et de gouvernance, alors que ses opérations seront réalisées à travers une branche d'activité de développement de projets, centrée sur la préparation et la réalisation de projets d'infrastructure bancables, et une branche d'activité de financement de projets, à travers l'offre d'une gamme complète de produits de financement pour soutenir le secteur des infrastructures en Afrique.

La structure de l'actionnariat du Fonds Africa50 a été conçue de manière à fournir une proposition d'investissement attractive pour les investisseurs. A ce titre, le Fonds Africa50 émettra trois catégories d'actions qui seront allouées aux Etats africains, aux institutions de financement régionales et internationales de développement et autres institutions financières publiques, ainsi qu'aux sociétés privées et aux particuliers.

Le fonds Africa50 est un nouveau instrument créé à l'initiative de la BAD, dont le principe avait été entériné par les ministres des Finances africains lors des Assemblées annuelles de la BAD en mai 2013 à Marrakech, qui est dédié au financement des infrastructures dans le continent africain.
Lundi 1 Septembre 2014 - 17:36





Nouveau commentaire :
Twitter