Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Le Maroc appelle à ne pas diffuser l'identité des personnes ciblées par des jihadistes


Vendredi 27 Février 2015 modifié le Samedi 28 Février 2015 - 21:00

Le Maroc a appelé vendredi la presse à ne pas diffuser l'identité de personnes visées par des "menaces terroristes" après qu'un hebdomadaire a décidé de retirer des kiosques son dernier numéro pour ce motif.




"Certains organes de presse ont publié des informations comportant des noms et des données sur des personnalités visées par des organisations terroristes, ce qui constitue une menace contre leur vie", indique le ministère de la Communication dans un communiqué.

Le ministère appelle "à ne pas diffuser les noms et les données privées de personnalités nationales (...) objet de menaces terroristes", arguant notamment que cela est "contraire au code de la presse et de l'édition et aux lois en vigueur", d'après la même source.

L'hebdomadaire Al-Michaal avait publié jeudi un communiqué annonçant le retrait des kiosques de son dernier numéro comportant une couverture sur "les personnalités marocaines visées" par le groupe État islamique (EI), et son remplacement par un nouveau tirage sans ce dossier.

"Nous avons été contactés par des personnes concernées par ce dossier et des amis d'Al-Michaal nous alertant des risques éventuels que cela faisait peser sur leur sécurité", a expliqué dans un communiqué le directeur de l'hebdomadaire Driss Chahtane.

Nous "avons décidé de retirer des kiosques ce numéro en toute responsabilité", a-t-il poursuivi.

Selon plusieurs médias marocains, la police a arrêté une personne affirmant être membre de l'EI et qui est l'auteur de menaces de morts proférées à l'encontre d'une journaliste marocaine travaillant pour le journal satirique français Charlie Hebdo -- visé par une attaque de jihadistes en janvier--, et de son mari installé au Maroc.

Le Maroc fait partie des pays les plus touchés par les ralliements de ressortissants aux organisations jihadistes, dont l'EI. Il a lancé l'an dernier un dispositif de sécurité, nommé "vigilance", et complété sa législation antiterroriste.

Vendredi 27 Février 2015 - 17:15

Source AFP




Nouveau commentaire :
Twitter