Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




La ville de Paris crée un Institut des cultures d'islam


Jeudi 3 Juin 2010 modifié le Samedi 5 Juin 2010 - 08:14

Dans le quartier de la Goutte d’Or, des espaces culturels et deux salles de prière viseront à privilégier la diversité de l’islam




La ville de Paris crée un Institut des cultures d'islam
En raison de ses origines tunisiennes, Bertrand Delanoë souhaitait doter la capitale d’un lieu de découverte et de réflexion sur « les » cultures musulmanes, qu’elles soient arabe, subsaharienne ou asiatique.

Tout comme la préfecture de Paris, il désire par ailleurs « apporter une réponse adaptée à l’indignité des conditions d’accueil des croyants dans le XVIIIe arrondissement et aux troubles à l’ordre public qu’occasionne la prière dans la rue », comme le résume l’exposé des motifs de la délibération que vient de voter le conseil de Paris.

Deux objectifs donc qui devraient trouver une solution simultanée avec le futur centre culturel musulman. Faute d’un terrain suffisamment grand, le choix a été fait en 2006 d’un double bâtiment : l’un situé rue Stephenson, l’autre rue Polonceau, à la place de l’actuelle mosquée El Fath, à quelques dizaines de mètres l’un de l’autre dans ce quartier de forte présence musulmane qu’est la Goutte d’Or.

Depuis 2006, l'ICM organise déjà plusieurs manifestations

Chacun de ces deux bâtiments – plus de 1 200 m2 au total – comprendra un grand espace culturel dédié aux expositions, conférences et ateliers et une salle de prière. Confiée à l’architecte Yves Lion, la construction des bâtiments coûtera 22 millions d’euros à la mairie de Paris, dont 6 millions, correspondant à la partie cultuelle, devront lui être remboursés par l’association musulmane locale.

Depuis 2006, une « préfiguration » de cet espace culturel a vu le jour dans une ancienne école maternelle située non loin de là. Sous le nom d’Institut des cultures musulmanes (ICM), elle organise diverses manifestations comme les Veillées du Ramadan ou, en ce moment, le festival « Barbès l’Africaine ».

«Un endroit où parler de l’islam sans polémique»

Pour « plus de souplesse » – notamment lui permettre de lever des fonds – et pour lui donner un visage, le maire de Paris a souhaité transformer ce service de la direction des affaires culturelles de la ville en une association loi de 1901. La présidence en a été confiée à Hakim El Karoui, 39 ans, cofondateur avec Rachida Dati du Club XXIe siècle, destiné à promouvoir la diversité. Au passage, l’ICM devient « Institut des cultures d’islam » (ICI) ces initiales permettant d’insister sur l’ancrage français de ces dernières.

C’est ce changement de statut ainsi qu’une subvention de fonctionnement de 650 000 € (auxquels s’ajoutent 46 000€ de subvention d’équipement) qu’a adoptés le conseil de Paris.

« L’idée du maire est de créer un endroit où parler de l’islam sans polémique, fait valoir Hakim El Karoui. Il s’adresse donc à la fois aux musulmans, qui connaissent mal leur culture, et au grand public pour qu’il connaisse mieux sa composante musulmane ».

«Décloisonner les pratiques»

Côté cultuel, une Association des musulmans de l’ouverture (AMO) a été créée en juillet 2009 pour porter le projet de mosquée. Une convention est en préparation entre l’ICI et l’AMO, précisant leurs obligations réciproques, comme par exemple la possibilité pour la deuxième de louer les espaces de la première pour s’agrandir lors de la prière du vendredi, ou à l’inverse l’obligation pour elle d’ouvrir sa salle de prière aux visiteurs occasionnels.

« Les confréries soufis, qui souhaitent promouvoir une vision plus spirituelle de l’islam, sont très intéressées par le projet depuis le début, rapporte la directrice de l’ICI, Véronique Rieffel. Pour l’association El Fath, l’urgence est surtout de trouver un nouveau lieu de culte et la cohabitation était au départ plutôt vécue comme un passage obligé. Mais cela évolue, nous le constatons déjà ».

Cette cohabitation, qui fait à ses yeux « tout l’intérêt du projet », justifie notamment la décision de la mairie de Paris de ne pas attribuer un site à chacune des deux structures pour « décloisonner les pratiques ». Quant au président de l’AMO, Moussa Niambélé, il se dit lui aussi convaincu qu’un « musulman peut aller voir une exposition sur le rayonnement de l’islam dans le monde sans renier sa foi. » La première inauguration – celle du bâtiment de la rue Stephenson – est prévue pour 2013, juste avant la fin du second mandat de Bertrand Delanoë.

Anne-Bénédicte HOFFNER
Jeudi 3 Juin 2010 - 20:15





Nouveau commentaire :
Twitter