Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





La justice espagnole "déterminée" à poursuivre la procédure engagée contre des dirigeants du Polisario accusés de génocide (Dahi Aguai)


Mardi 2 Juillet 2013 modifié le Mercredi 3 Juillet 2013 - 01:17




La justice espagnole "déterminée" à poursuivre la procédure engagée contre des dirigeants du Polisario accusés de génocide (Dahi Aguai)
La justice espagnole est "déterminée" à aller de l'avant dans la poursuite des tortionnaires du polisario accusés de génocide et de violations graves des droits de l'homme à Tindouf, a affirmé, mardi à Madrid, Dahi Aguai, président de l'Association des portés disparus au Polisario et, lui même victime de ces actes.

L'Audience Nationale, la plus haute juridiction pénale espagnole, va poursuivre le traitement de cette instruction pénale en vue de "localiser les bourreaux du polisario" et leur notifier la plainte déposée devant ce tribunal en 2007, et les présenter ensuite devant la justice pour répondre de leurs actes, a déclaré à MAP-Madrid, Dahi Aguai, une des victimes de ces exactions, à l'issuue d'une entrevue avec un responsable du tribunal central d'instruction N.5 de l'Audience nationale auquel il a notifié sa nouvelle adresse.

Il a, de même, indiqué que les responsables du tribunal lui ont assuré que la plainte poursuit son cours normal et que la police espagnole poursuit les recherches en vue de localiser les dirigeants du polisario mis en cause, notamment ceux titulaires de la nationalité espagnole, "qui seront interpellées dès qu'elles auront foulé le sol espagnol".

Aguai a appelé, à cette égard, à la "collaboration des pays du Maghreb, notamment de l'Algérie", pour arrêter ces tortionnaires et les traduire devant la justice espagnole.

"L'objectif est que justice soit faite et que les victimes voient les tortionnaires payer pour leurs actes", a-t-il dit, soulignant qu'il subira lui même prochainement des analyses médico-légales à Madrid en vue de déterminer les séquelles de ces exactions.

A rappeler que le juge de l'Audience nationale avait accepté la plainte, déposée le 14 décembre 2007 par des victimes sahraouies contre des dirigeants du "polisario" et des officiers de la sécurité et de l'armée algériennes, accusés de "génocide, torture, disparitions forcées, détention illégale et graves violations des droits de l'Homme" .

Parmi les 29 accusés dans la plainte figurent notamment l'ex-représentant du Polisario en Espagne, Brahim Ghali, (actuellement en Algérie), le "ministre" de l'information de la pseudo RASD, Sid Ahmed Batal, le "ministre" de l'éducation, Bachir Mustapha Sayed, et l'actuel représentant des séparatistes en Espagne, Jandoud Mohamed.

Les dénommés Khalil sidi Mhamed, "ministre" des colonies, Mohamed Khaddad, actuel coordinateur avec la MINURSO et ancien directeur général de la sécurité militaire, sont également accusés de torture à l'encontre de certains habitants des camps de Tindouf.

Avec MAP

Mardi 2 Juillet 2013 - 21:01






1.Posté par Ramos le 19/07/2013 14:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
N'allez pas trop vite, ce n'est qu'une décision de recevabilité de la plainte en non pas un jugement.
La cour à estimé que ces gens là peuvent déposé plainte point bare.
Après la plainte et une enquête la cour jugera si cette dernière est fondée ou pas.
Pour la le jugement et le verdict, c'est dans 20, 30 ou 50 ans si tout va bien et on arrête les éventuels coupables.
Bonne continuation ??????


Le fait n'est que : le tribunal juge recevable une plainte reste à savoir si c'est fondé, et la c'est au jugement final qu'on aura la décision.

Nouveau commentaire :
Twitter