Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





L'Algérie au bord du gouffre, selon le quotidien français Sud Ouest


Lundi 21 Novembre 2016 modifié le Jeudi 24 Novembre 2016 - 20:12

L'Algérie est au bord du gouffre, écrit le journal français Sud Ouest, soulignant que la faillite menace ce pays.




L'effondrement des cours du pétrole a de lourdes répercussions sur l'économie du pays
L'effondrement des cours du pétrole a de lourdes répercussions sur l'économie du pays
"Balance commerciale en fort déficit, réserves vidées par la chute des cours du pétrole : le pays est dans l'obligation de réformer", relève la publication, ajoutant que l’Algérie n’a plus les moyens de poursuivre le système généralisé de subventions qui coûte à l'État environ 27 milliards d'euros par an.

Le lait, les céréales, les carburants, l'électricité, l'eau, le logement, le gaz, les médicaments, le sucre, l'huile de table, les soins et l'éducation sont largement subventionnés, relève l’auteur de l’article, notant que cette politique est très coûteuse.

À partir de 2017, le pays aura du mal en effet à trouver l'argent pour combler le déficit budgétaire, et dès 2019 il n'aura pas plus de devises pour payer ses importations, explique la publication, faisant observer que les réserves de change, qui étaient de 121,9 milliards de dollars fin septembre, s'épuiseront d'ici à 2019, au rythme actuel des importations.

Depuis 2014, les recettes des exportations des hydrocarbures ont été divisées par deux, dégringolant de 58,4 milliards de dollars à 27,1 milliards de dollars en 2016, poursuit le journal, ajoutant que dans le même temps, les importations ont légèrement baissé, passant de 58,6 milliards de dollars en 2014 à 47 milliards de dollars prévus en 2016.

En 2017, les dépenses de l'État seront de 57 milliards d'euros pour des recettes prévisionnelles de 47 milliards d'euros, selon la publication qui note que face à cette situation, le pouvoir n'a pas beaucoup de solutions, d’autant plus qu’il ne veut pas recourir à l'endettement extérieur et veut éviter à tout prix de se tourner vers le FMI, avec son lot de mesures antisociales et leurs conséquences sur la stabilité politique.

Il ne veut pas non plus s'attaquer à l'économie informelle, qui représente 40 pc de l'économie réelle, ni toucher aux subventions au risque de mécontenter la population, écrit le journal, estimant que le gouvernement base toute sa stratégie sur une hausse des prix du pétrole.

Lundi 21 Novembre 2016 - 10:08





Nouveau commentaire :
Twitter