Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





John Kerry appelle à soutenir la conférence de Paris sur le climat


Jeudi 12 Mars 2015 modifié le Vendredi 13 Mars 2015 - 10:19

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a exhorté la communauté internationale à fixer des objectifs ambitieux pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, prévenant les détracteurs du changement climatique que jouer avec l'avenir de la Terre était risqué.




"Nous disposons de neuf petits mois pour nous rassembler autour d'un accord qui nous engagerait sur la bonne voie", a déclaré M. Kerry, évoquant la conférence de l'ONU sur le climat prévue du 30 novembre au 15 décembre à Paris (COP 21).

"Il n'existe pas de Planète B", a-t-il ajouté, devant le centre de réflexion Atlantic Council à Washington.

Les pays, qui ont mission d'essayer de limiter la hausse de la température mondiale à deux degrés Celsius par rapport à l'époque pré-Révolution industrielle, doivent préciser avant le 31 mars leur engagement en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Les Etats-Unis, qui génèrent 12% des émissions mondiales, ont l'intention de les réduire de 26% à 28% en 2025, par rapport à leur niveau de 2005.

"Si nous échouons, les générations futures ne vont pas et ne devraient pas pardonner à ceux qui ignorent ce moment", a relevé M. Kerry, défenseur de la protection de l'environnement depuis longtemps. "Depuis maintenant des décennies, la science nous le crie".

"Les futures générations vont juger nos efforts, pas simplement comme une politique qui a échoué, mais comme une conséquence historique d'un échec collectif et moral".

"Et elles voudront savoir comment les dirigeants du monde ont pu être aussi aveugles, ou aussi ignorants, ou aussi idéologiques, ou aussi dysfonctionnels et, franchement, aussi têtus pour que nous ne soyons pas parvenus à agir face à des connaissances qui ont été confirmées par autant de scientifiques dans autant d'études sur une si longue période", a-t-il poursuivi.

Tentant de convaincre les sceptiques, M. Kerry a brandi un argument économique sur la nécessité de développer des sources d'énergie alternatives comme l'éolien et le solaire.

"L'énergie propre n'est pas seulement une solution pour le réchauffement climatique. Devinez quoi? C'est également l'une des plus importantes opportunités économiques de tous les temps", a-t-il relevé, estimant que les investissements dans le secteur énergétique allaient atteindre 17.000 milliards de dollars d'ici 2035. Le marché est actuellement de 6.000 milliards pour 4 à 5 milliards d'utilisateurs, a-t-il ajouté.

"Jouer avec l'avenir de la Terre elle-même alors que nous connaissons parfaitement le dénouement va au-delà de la négligence; c'est tout simplement complètement immoral et c'est un risque que personne ne devrait prendre", a relevé M. Kerry.

Jeudi 12 Mars 2015 - 18:42

Source AFP





1.Posté par jipebe29 le 13/03/2015 11:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
John Kerry ferait mieux de se renseigner sur les données d'observation: depuis 18 ans, la TMAG (température moyenne annuelle globale) est stable, alors que, sur cette période, nous avons émis près de 50% de toutes nos émissions de CO2 depuis le début de l'ère industrielle. Rien que ces faits avérés réfutent les thèses du GIEC, et donc les absurdes politiques climat-énergie qui en sont les conséquences néfastes. S'imaginer que les énergies intermittentes sont une bonne solution relève de l'incompétence... Voici les chiffres à connaître (pour la France): Le facteur de charge annuel des éoliennes est de 23%, leur empreinte au sol est forte, et elles ne contribuent que pour 2% à la production nationale, pour 5000 éoliennes qui dénaturent nos régions et massacrent la biodiversité. Quant au solaire, son facteur de charge est de 13% et il ne contribue qu’à hauteur de 0,8% à la production nationale.

Nouveau commentaire :
Twitter