Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Guinée-Bissau: limogeage du chef d'état-major, meneur du putsch de 2012


Mardi 16 Septembre 2014 modifié le Mardi 16 Septembre 2014 - 13:47

Le président bissau-guinéen José Mario Vaz a limogé le chef des armées, le général Antonio Indjai, meneur du coup d'Etat d'avril 2012 et recherché par les Etats-Unis pour trafic de drogue, a-t-on appris mardi de source officielle.




"Le général Antonio Indjai est limogé de ses fonctions de chef d'état-major", indique un décret présidentiel daté de lundi et parvenu mardi à l'AFP.

Le nom du successeur du général Indjai, 57 ans, et à la tête de l'armée depuis mai 2011, est attendu mardi, a affirmé à l'AFP une source à la présidence.

Le général Indjai était depuis quelques années l'homme fort de l'armée de Guinée-Bissau, un pays où les militaires jouent un rôle important dans l'appareil d'Etat.

En avril 2012, il avait renversé le gouvernement du Premier ministre Carlos Gomes Junior entre les deux tours de l'élection présidentielle.

M. Gomes, alors candidat du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée-Bissau (PAIGC), premier parti du pays, qui a dirigé la guerre d'indépendance contre le Portugal, était sur le point de remporter le scrutin, selon les observateurs.

La transition démocratique, ouverte après le putsch d'avril 2012, s'est achevée en mai 2014 avec l'élection, au second tour, de José Mario Vaz, face à Nuno Gomes Nabiam, considéré comme le favori de la hiérarchie militaire.

Dans son rapport final sur ce scrutin, remis la semaine dernière, la mission des observateurs de l'Union européenne (UE) a recommandé la révision de la carte électorale pour assurer une égale représentation de la population, ainsi que l'"indépendance administrative et budgétaire" de la commission électorale.

Le général Indjai avait également en avril 2011 destitué par la force le chef d'état-major de l'armée, José Zamora Induta, et fait arrêter pendant plusieurs heures Carlos Gomes Junior.

Il a été inculpé en avril 2013 aux Etats-Unis pour complicité de narco-terrorisme, ce dont il se défend.

D'autres responsables de l'armée de Guinée-Bissau ont également été inculpés aux Etats-Unis pour trafic de drogue dont l'ancien chef d'état-major de la marine, José Bubo Na Tchuto, arrêté par des agents de l'Agence anti-drogue américaine et en attente d'un procès dans ce pays.

La Guinée-Bissau, ex-colonie portugaise de 1,6 million d'habitants, est abonnée aux coups d'Etat depuis son indépendance du Portugal en 1974.

L'instabilité politique et la pauvreté y ont facilité l'implantation de trafiquants de drogue, avec la complicité présumée de hauts responsables de l'armée.
Mardi 16 Septembre 2014 - 13:46

AFP




Nouveau commentaire :
Twitter