Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Emmanuelle Cosse (EELV) "mitigée" sur la vente de Rafale à l'Egypte


Vendredi 13 Février 2015 modifié le Vendredi 13 Février 2015 - 20:02




Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV), s'est dite vendredi mitigée au lendemain de l'annonce de la vente d'avions de combat Rafale à l'Egypte, s'interrogeant sur la pertinence d'une telle vente au régime du président Abdel Fattah al Sissi.

"Je suis très mitigée", a-t-elle dit sur France Info. "Je pourrais dire: 'Oui c'est formidable pour les comptes publics et pour Dassault'" Aviation.

Mais "le sujet c'est : est-ce que vraiment l'Egypte aujourd'hui dans la difficulté économique et sociale dans laquelle elle est, une Egypte qui, il y a une semaine n'a pas hésité à tirer sur les manifestants et notamment des personnes qui ont été au coeur de la révolution, est-ce que vraiment la priorité aujourd'hui en Egypte c'est d'acheter 24 Rafale ?", a-t-il poursuivi.

La responsable écologiste a par ailleurs une nouvelle fois fustigé un "ratage industriel" pour l'avion de combat polyvalent.

"Trente ans pour vendre 24 Rafale", a-t-elle souligné. "Il y a un an, j'ai traité le Rafale de 'ratage industriel français'. Je le maintiens, je pense qu'on peut s'interroger sur pourquoi est-ce que l'on a autant investi dans cet avion qu'on n'a jamais réussi à vendre jusque-là".

La France a annoncé jeudi avoir conclu avec Le Caire un accord pour la vente de 24 Rafale, d'une frégate multimissions et de missiles, pour un montant de plus de 5 milliards d'euros.

L'Egypte est confrontée à une insurrection islamiste basée essentiellement dans la péninsule du Sinaï. Le groupe djihadiste Ansar Baït al Makdis a prêté allégeance à l'organisation Etat islamique fin 2014.

Mais la répression des autorités contre les islamistes, qui touche également les militants laïques et libéraux, est dénoncée par les défenseurs des droits de l'homme.

Vendredi 13 Février 2015 - 12:04





Nouveau commentaire :
Twitter