Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





COP21 : la délégation marocaine fortement mobilisée à Paris


Dimanche 29 Novembre 2015 modifié le Lundi 30 Novembre 2015 - 09:56




Pavillon du Maroc à la COP21@Atlasinfo
Pavillon du Maroc à la COP21@Atlasinfo
La participation marocaine à la 21e session de la Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP21) s'est bien préparée et a pris toutes les mesures pour réussir ce pari qui se tiendra à Paris du 30 novembre au 11 décembre.

La délégation marocaine, comprenant 250 participants, a été fortement mobilisée pour défendre, à la capitale française, un accord universel juridiquement contraignant, "où les pays industrialisés doivent défendre les pays en développement et où il n'y a pas de gagnants ou de perdants", selon les termes de la ministre chargée de l'Environnement, Hakima El Haite.

"Nous soutenons fortement la France", avait dit clairement Mme El Haite à l'ouverture d'une réunion de coordination de la délégation marocaine, il y a cinq jours à Rabat.

La délégation, composée de ministres, plusieurs institutionnels et opérateurs économiques, d'un comité interministériel de négociations représenté par 20 négociateurs, de nombre de parlementaires et de 30 associations de la société civile se rend à Paris avec une "orientation claire" et fait preuve d'un engagement sans faille en faveur du développement humain.

Tous les détails ont été examinés pour réussir cette mission possible pour le Maroc, pays hôte de la COP22 en 2016. La ministre marocaine l'avait d'ailleurs confirmé : "Pour nous, un Paris réussi veut dire un Marrakech réussi".

Les négociateurs marocains sont appelés à respecter "l'Appel de Tanger, pour une action solidaire et forte en faveur du Climat". Ainsi, en ce qui concerne l'ambition pré-2020, le Maroc appelle à une ratification urgente et une mise en œuvre effective des engagements de la deuxième période dans le cadre du protocole de Kyoto (2013-2020). En matière d'atténuation, les questions liées à la différentiation, aux circonstances nationales et au droit au développement durable doivent être nécessairement prises en considération.

S'agissant du transfert de technologies, le Royaume reconnait l'importance du développement et du transfert de technologies dans l'atténuation des émissions et l'adaptation aux changements climatiques et met l'accent sur la nécessité d'accélérer et d'intensifier les efforts visant la mise au point de technologies écologiquement rationnelles et de leur transfert aux pays en développement.

Pour ce qui est du renforcement des capacités, le pays appelle à la mise en place d'un mécanisme international de renforcement de capacités permettant de répondre réellement aux besoins des pays en développement dans tous les domaines liés aux au changement climatique, lit-on au "livret du délégué".

En matière de financement, le Maroc appelle à la définition d'une feuille de route claire comprenant des objectifs annuels et un objectif à court terme, ainsi qu'une répartition géographique équitable et estime que les ressources mobilisées par les pays développés doivent aller au-delà de 100 milliards de dollars/an.


S'agissant des moyens de mise en œuvre, l'accord doit indiquer clairement l'objectif, les principes et la portée d'un système de monitoring, reporting et de vérification (MRV) pour le soutien fourni par les pays développés et permettant d'établir la conformité par rapport aux objectifs fixés.

En ce qui concerne la transparence, le Maroc soutient la mise en place d'un système différencié de MRV des actions entreprises pour la lutte contre le changement climatique.

A part les négociations, la délégation marocaine est décidée à communiquer sur la politique environnementale nationale et sur le modèle économique du Maroc orienté vers les secteurs d'avenir tels que les énergies renouvelables, la gestion intégrée des ressources en eau, les éco-industries, les bio-industries, les déchets ainsi que les économies circulaires.

Des sessions de travail en B to B, des side-events, des journées thématiques et un site web dédié sont prévus par le Maroc lors de la COP21. Trois pavillons Maroc ont été aménagés au Parc des expositions "Le Bourget". Il s'agit d'un pavillon en zone bleue (délégations officielles) pour communiquer sur la participation du Maroc à la COP21 et valoriser la politique du Royaume en faveur du développement durable.

Il y a aussi un stand COP22 pour informer et communiquer sur l'organisation de la COP22 et dévoiler le logo officiel de la prochaine COP qui aura lieu à Marrakech. Ce stand est un espace unique, composé d'un écran panoramique et reflète l'originalité du Royaume en conciliant avec dextérité des rituels ancrés et des inventions technologiques remarquables.

L'ensemble du stand est construit à partir d'un module préfabriqué et démontable, constitué d'une plaque de terre crue sur l'extérieur et d'un écran sur la face intérieure, selon le ministère chargé de l'Environnement.

Son enveloppe extérieure est composée de blocs de pisé disposés à claire-voie, synonyme de tradition et de transparence. A l'intérieur est déployé un grand écran support d'une programmation vidéo mettant à l'honneur la contribution du Royaume à lutter contre le changement climatique.

Un autre pavillon Maroc existe à la galerie des solutions (secteur privé). C'est un grand espace interactif qui s'étale sur 184 m2 et dont la majorité est dédié à l'exposition par l'utilisation d'outils de communication modernes et innovants. L'exposition est répartie sur 8 thèmes : industrie, énergie, agriculture, eau, habitat, transport, finance-climat et environnement.

La COP21, qui connaîtra la présence de plus de 150 chefs d'Etat et de 40.000 participants, doit adopter le nouvel accord international sur le climat qui fixe un objectif de réchauffement limité à 2 C en 2 100.


Dimanche 29 Novembre 2015 - 16:01

Avec MAP




Nouveau commentaire :
Twitter