Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Béji Caïd Essebsi élu président de la Tunisie


Lundi 22 Décembre 2014 modifié le Lundi 22 Décembre 2014 - 18:13

L'ex-Premier ministre tunisien Béji Caïd Essebsi a remporté la présidentielle avec 55,68 % des voix, devant le président sortant Moncef Marzouki, a annoncé lundi l'Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE).




Béji Caïd Essebsi élu président de la Tunisie
M. Caïd Essebsi a obtenu plus de 1,7 million de voix au second tour de dimanche, contre plus d'un 1,3 pour son rival (44,32 % des suffrages), a déclaré à la presse le président de l'instance, Chafik Sarsar. Le taux de participation s'est établi à 60,1 % des inscrits.

Béji Caïd Essebsi devient ainsi le premier président de la Deuxième République.

En remportant la présidentielle, M. Caïd Essebsi réalise un doublé après la victoire de son parti Nidaa Tounès aux législatives de fin octobre.

Sa formation doit former le prochain gouvernement et s'atteler rapidement à constituer une coalition stable, faute de majorité absolue au Parlement. Elle devra composer avec les islamistes d'Ennahda, qui restent la deuxième force politique du pays et n'avaient pas présenté de candidat à la présidentielle. M. Caïd Essebsi va devenir le premier chef d'Etat tunisien élu librement depuis l'indépendance en 1956.

Le président américain Barack Obama l'a félicité, affirmant que son pays avait «hâte de travailler étroitement» avec lui. Le chef de l'État égyptien Abdel Fattah al-Sissi a également félicité le vainqueur.

Ancien ministre du père de l'indépendance Habib Bourguiba, président du parlement au début des années 1990 de Zine El Abidine Ben Ali, M. Caïd Essebsi est revenu sur le devant de la scène politique à la faveur de la révolution. Il a occupé pendant plusieurs mois le poste de premier ministre, organisant les premières élections libres qui ont porté les islamistes d'Ennahda au pouvoir. Il a ensuite bâti son parti sur le rejet des islamistes et le rétablissement du prestige de l'État, selon la tradition bourguibienne.
Lundi 22 Décembre 2014 - 17:43





Nouveau commentaire :
Twitter