Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr




Alain Juppé et la nouvelle équation tunisienne


Par Nicolas Marmié





Alain Juppé et la nouvelle équation tunisienne
Comment rattraper un train manqué ? En prenant le suivant. Dans la dernière ligne droite présidentielle de 2012, le Quai d’Orsay et son amiral, Alain Juppé, vont tenter de recoudre une complicité franco-maghrébine mise à mal par les bouleversements du Printemps arabe. Avant Rabat, c’est à Tunis, le 5 janvier, que le chef de la diplomatie française va tenter, après une première visite en avril, de faire oublier plus de 20 ans de compromissions françaises avec le régime Ben Ali, longtemps présenté comme « rempart » contre l’islamisme radical.

Realpolitik oblige, de François Mitterrand à Nicolas Sarkozy, en passant par Jacques Chirac, Paris n’avait pourtant ménagé aucun effort pour louer les acquis du bilan économique (tourisme, agriculture, banque, nouvelles technologies) et social (éducation, droits de la femme) présenté par le successeur de Bourguiba. Mais, même martelée à chaque retrouvailles franco-tunisiennes, la propagande sur la « marche en avant » du régime Benaliste n’a pas résisté à l’insolente corruption du clan présidentiel ni à l’exaspération de la rue tunisienne, totalement bridée dans sa liberté d’expression et condamnée à un simulacre d’expression démocratique complètement verrouillée par l’appareil du RCD (rassemblement constitutionnel démocratique). Ce régime est devenu « une insulte à l’intelligence du peuple tunisien » martelaient il y a encore un an les opposants au clan Ben Ali devenu autiste dans son Palais de Carthage.

Et la presse occidentale (anglo-saxonne en particulier) n’a pas manqué de souligner la « cécité absolue » de la France, partenaire diplomatique, économique, commercial et culturel privilégié de la Tunisie, quant à l’état de pourrissement avancé du régime. Les maladresses de Michèle Alliot-Marie, l’ex-ministre française des Affaires étrangères, sur le fameux « savoir faire » français en matière de maintien de l’ordre dès le début de la révolution tunisienne tout comme sa proximité douteuse avec le clan Ben Ali, avaient précipité sa propre chute et rendu incontournable son remplacement au Quai d’Orsay par Alain Juppé. Revenu dans ce ministère où il a gardé de nombreux alliés de l’ère Jacques Chirac, le maire de Bordeaux doit maintenant, après une première visite en avril, renouer avec le nouvel exécutif tunisien dominé par les islamistes d’Ennhada. Fin octobre, Alain Juppé avait conditionné l'aide du G8 à la Tunisie au respect des valeurs démocratiques. "Nous allons mettre en place une aide économique massive à la Tunisie (..) nous l'apporterons dans la mesure où les lignes rouges ne seront pas franchies. Je pense que c'est important d'avoir cette conditionnalité", avait-il ajouté, en citant le respect de l'alternance démocratique, des droits de l'homme, et de l'égalité hommes-femmes.

"Nous n'avons pas besoin d'une telle parole pour respecter les droits de l'Homme. Cela fait partie de nos valeurs et de notre religion et les Tunisiens n'acceptent pas les aides conditionnées", avait sèchement rétorqué Rachid Ghannouchi, patron d’Ennhada.

Le président tunisien Moncef Marzouki n’avait quant à lui pas manqué l’occasion pour appeler à la « fin de l’esprit colonial » et tacler Paris sur sa « mauvaise compréhension du monde arabe ».

Bref, si Alain Juppé veut renouer durablement avec Tunis et son régime islamiste issu des urnes, il devra aller plus loin cette fois-ci que de belles phrases sur « le rôle pionnier » de la Tunisie en matière de transition démocratique. Il lui faudra aussi démontrer sa sincérité, et celle du président Sarkozy, de mettre en place un partenariat sincère, authentique mais, surtout, lucide.

Mardi 3 Janvier 2012 - 14:07



Mardi 3 Janvier 2012 modifié le Mercredi 4 Janvier 2012 - 12:51


1.Posté par Pascal Hilout, né Mohamed le 03/01/2012 16:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Comme du temps de Ben Ali, parions que rien ne changera à la diplomatie française : quel que soit le bilan économique et social des nouveaux dirigeants tunisiens, la France n'en dira que du bien. Ce ne sont plus nos affaires ou, plutôt, business as usual ! En bon français : les dirigeants changent, les affaires continuent.

Mais n'oublions pas que les Tunisiens ont maintenant le choix démocratique et espérons qu'ils travailleront leur pays et ne chercheront pas à quitter le navire, dès la première occasion, pour Lampedusa.


2.Posté par Homme libre le 05/01/2012 13:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il est temps que les politiciens français assument leur responsabilité et passe à la concrétisation de leur promesse au lieu de jouer sur les mots (islamiste, islamisme nanani et nanana ....).
Mr Juppé ni Sarko ne seront pas les bons interlocuteurs pour donner des leçons au Docteur Marzouki (vu son parcours) et à la Tunisie (droits de la Femme instaurés depuis l'indépendance) sur les droits de l'Homme ou de la Femme. Trop tard il falait le faire avant, avant le départ de ZABA.
Il faut savoir ce qu'on veut et laisser les autres décider leur avenir.


3.Posté par Pascal Hilout, né Mohamed le 05/01/2012 14:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est étonnant de lire les propos de "Homme Libre" disant "Il est temps que les politiciens français assument leur responsabilité et passent à la concrétisation de leur promesse au lieu de jouer sur les mots..."

Mais cette n'est que mots et en ne sait rien de concret de ce que seraient ces promesses. Et pourquoi donc c'est toujours la France qui doit faire ceci ou cela ? La Tunisie et le Maroc, par exemple, indépendants depuis plus d'un demi-siècle ne seraient-ils pas capable de décider par eux-mêmes et agir comme la Chine et l'Inde qui étaient autrement plus pauvres, du temps où j'avais étudié leur géographie au tout début des années 70.
Mais peut être que entre indépendants et libres, donc capables d'action sans soutien venant d'ailleurs, il y a un grand pas que les Femmes et leurs Enfants libres n'osent pas encore franchir.

Yes you can Homme Libre !

Nouveau commentaire :
Twitter

France | Maghreb | Atlas Eco | Société | Sport | Culture & Médias | International | Religion | Environnement | Opinion | Décryptages | Informations légales | Sience & Santé | Lu dans la presse | Fil direct | Les indiscrets | Atlas des livres | Opinions | Entretiens