Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr

 





"Les Infiltrés": enquête préliminaire  30/04/2010

Le parquet de Bordeaux a ouvert une "enquête préliminaire" suite à la diffusion mardi sur France 2 d'un reportage consacré à un groupuscule d'extrême droite et aux milieux catholiques traditionalistes dans lequel des propos racistes et antisémites ont été tenus.

"Suite à la récente diffusion par France 2, dans le cadre de l'émission +Les Infiltrés+, du reportage intitulé +A l'extrême droite du père+, révélateur d'agissements susceptibles d'incriminations pénales, le parquet de Bordeaux a procédé hier à l'ouverture d'une enquête préliminaire", est-il indiqué dans un communiqué parvenu aujourd'hui à l'AFP.

Ce reportage, réalisé pour partie en caméra cachée, s'intéresse à un groupuscule d'extrême droite bordelais, Dies Irae, fondé par Fabrice Sorlin, ancien militant exclu du Front national, qui a été candidat aux législatives.
L'annonce de la diffusion du film avait suscité des protestations des milieux catholiques traditionalistes, auxquels est lié ce groupuscule.
Dans le film, on voit certains de ses quelque 150 membres, plutôt jeunes et qui arborent des insignes franquistes, tenir des propos violemment anti-juifs, anti-arabes, anti-noirs.

Les journalistes s'étaient également introduits en caméra cachée dans une école catholique traditionnelle hors-contrat de Bordeaux qui relève de l'Institut du Bon Pasteur (dont le supérieur général est l'abbé Philippe Laguérie, ancien curé de l'église traditionaliste parisienne Saint-Nicolas du Chardonnet) où des élèves et des enseignants tiennent des propos très racistes.

L'évêché et la classe politique locale ont déjà condamné les propos entendus dans le reportage alors que pour M. Sorlin, celui-ci "salit encore une fois l'église catholique tout en stigmatisant la mouvance traditionnelle".



Grèce: la "survie de la nation" prime  30/04/2010

La "survie de la nation est notre ligne rouge", c'est "ce qui prime" dans les négociations avec l'UE et le FMI, a déclaré aujourd'hui le Premier ministre grec Georges Papandréou, interrogé par des députés au Parlement.

"Les mesures économiques que nous devons prendre sont nécessaires pour la protection de notre pays, pour notre survie, pour notre avenir, afin que nous puissions rester debout", a ajouté le Premier ministre.

L'accord entre Athènes, le FMI et l'UE sur les mesures d'austérité exigées de la Grèce pour débloquer l'aide financière internationale est très proche et doit être annoncé "d'ici dimanche" par le gouvernement grec, selon une source gouvernementale.
La Grèce a demandé il y a une semaine le déclenchement du plan de l'Union européenne et du Fonds monétaire international pour l'aider à faire face à la crise sans précédent provoquée par son immense endettement.

Les Européens et le FMI négocient à Athènes avec le gouvernement un programme d'austérité que la Grèce devra mettre en oeuvre en échange de cette aide.

Nouvelle attaque contre des enfants dans une école en Chine  30/04/2010

Cinq enfants d'une école maternelle de l'est de la Chine ont été blessés vendredi par un forcené qui les a attaqués avec un marteau, avant de s'immoler par le feu, a annoncé l'agence officielle Chine nouvelle. L'homme s'est aspergé d'essence en tenant deux enfants dans ses bras avant de mettre le feu, dans une école de Weifang, dans la province du Shandong, a indiqué l'agence, citant la municipalité. Des professeurs ont aussitôt attrapé les deux enfants qui avec les trois autres petits blessés ont été conduits à l'hôpital, où selon des sources médicales, ils étaient dans un état stable.

Il s'agit de la troisième attaque dans une école depuis mercredi et la quatrième en un peu plus d'un mois. Ce drame intervient alors que trois attaques au couteau visant des écoliers ou des enfants de maternelle ont été perpétrées depuis le 23 mars dans le pays, faisant huit morts et près d'une cinquantaine de blessés.


USA: les grandes lignes d'une réforme de l'immigration présentées au Sénat  30/04/2010

Les grandes lignes d'un projet de réforme de l'immigration aux Etats-Unis ont été présentées jeudi par les responsables de la majorité démocrate du Sénat américain.

Les propositions présentées jeudi, qui ne constituent pas encore un projet de loi, mettent l'accent sur la sécurité frontalière et prévoient jusqu'à huit années d'attente pour qu'un immigrant illégal puisse régulariser sa situation.

Elles ont été qualifiées jeudi par le président Barack Obama "d'étape très importante vers une refonte de notre système d'immigration défaillant".

Parmi les grandes lignes présentées mardi, figurent le recrutement de "milliers" de nouveaux agents des douanes et la création d'un corps auxiliaire pour assister la police des frontières qui compte déjà 20.000 hommes.

En outre, les travailleurs étrangers devront être munis d'une carte de Sécurité sociale biométrique.

Cette initiative des démocrates intervient après une polémique provoquée par la promulgation vendredi par la gouverneur de l'Etat d'Arizona (sud-ouest) d'une nouvelle loi visant durement les suspects d'immigration illégale.

Par ailleurs, les démocrates présentent ces propositions après que le sénateur républicain Lindsey Graham, qui a travaillé sur un projet de réforme pendant des mois avec le démocrate Charles Schumer, a annoncé la semaine dernière son retrait des négociations.

Les républicains s'opposent au projet de loi en l'état.

Le chef de la majorité démocrate du Sénat Harry Reid a reconnu jeudi lors d'une conférence de presse que "sans l'aide des républicains, nous ne débattrons pas de ce projet de loi" en séance plénière.

M. Graham estime que les velléités démocrates de faire passer la réforme de l'immigration avant le projet de loi sur le climat -- sur lequel le républicain s'est également investi -- sont une "manoeuvre politique".

Face à ce nouveau barrage législatif, la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi a déclaré jeudi lors d'une conférence de presse que le président Obama devait s'impliquer et donner "l'impulsion présidentielle" sur ce sujet.

En ce qui concerne la régularisation des quelque 10,8 millions de sans-papiers qui se trouvent aux Etats-Unis, le document présenté par les démocrates propose aux immigrants demandeurs de s'enregistrer comme "immigrants potentiels" auprès des autorités américaines. Ils devront ensuite attendre au moins huit ans avant d'obtenir un statut légal.

Une carte verte (résident permanent aux Etats-Unis) sera accordée aux titulaires de doctorats obtenus dans une université américaine.

Mais la puissante association américaine de défense des droits civiques (ACLU) a déjà émis des réserves jeudi sur les propositions des démocrates, affirmant notamment que la mesure sur la carte biométrique soulevait des inquiétudes quant aux "libertés civiques".

Parallèlement, depuis la promulgation vendredi de la loi sur l'immigration dans l'Arizona, cet Etat américain déjà ravagé par la récession, de multiples appels au boycott économique ont été lancés. Jeudi, l'ACLU et d'autres défenseurs américains des droits civiques ont annoncé qu'ils allaient contester devant la justice la loi controversée.

Marée noire/USA : les côtes touchées  30/04/2010

La nappe de pétrole échappé de la plateforme qui a sombré le 22 avril dans le golfe du Mexique a commencé ce matin à toucher les côtes de Louisiane (sud des Etats-Unis), a annoncé un responsable local.


Lula, Lady Gaga, DSK parmi les personnalités les plus influentes selon Time  29/04/2010

Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva arrive en tête de la liste 2010 des cent personnalités les plus influentes du magazine Time, dans laquelle figurent aussi l'excentrique chanteuse Lady Gaga et le directeur général du FMI Dominique Strauss-Kahn.

L'hebdomadaire américain divise son classement en quatre catégories et le président brésilien se place en tête de celle des "dirigeants".

Pour justifier sa décision de placer Lula en première position des personnalités les plus influentes au monde, Time publie un commentaire du cinéaste américain Michael Moore: "Ce que Lula veut pour le Brésil c'est ce que nous nous avions l'habitude d'appeler le rêve américain".

Le magazine explique qu'il ne s'agit pas d'un palmarès des personnalités les plus puissantes. "Il ne s'agit pas de l'influence du pouvoir, mais du pouvoir de l'influence", précise Time, qui distingue aussi l'ancienne candidate républicaine à la vice-présidence des Etats-Unis Sarah Palin.

Quant à Dominique Strauss-Kahn, à la 7e place, le magazine note que la crise financière a remis le Fonds monétaire international sous le feu des projecteurs et que son chef assume ses responsabilités "avec intuition et sans se tromper".

Outre DSK, le classement des dirigeants ne compte plus qu'une personnalité française cette année: à la 16e place, la ministre de l'Economie Christine Lagarde, le président Nicolas Sarkozy ayant quitté la liste où il figurait l'an dernier. "Son mélange de coeur et de professionnalisme font d'elle une dirigeante exceptionnelle", commente Time, dans un article signé du fondateur du Forum de Davos, Klaus Schwab.

L'excentrique chanteuse américaine Lady Gaga, 24 ans, se place en tête de la catégorie "artistes". Dans cette catégorie figurent aussi le chanteur Prince, le créateur américain Marc Jacobs, l'actrice Sandra Bullock, le réalisateur canadien James Cameron et le chef d'orchestre russe Valery Gergiev.

Dans la catégorie "penseurs", le Time cite Tim Westergren, le fondateur de Pandora, un service de découverte de musique en ligne, et Steve Jobs, le patron d'Apple.

L'ancien président américain Bill Clinton domine quant à lui dans la catégorie "héros", devant le chef de l'opposition iranienne Mir Hossein Moussavi et l'Américaine Serena Williams, numéro un mondiale du tennis féminin.

Le footballeur Didier Drogba arrive à la 10e place de ce classement. Time note que l'attaquant de la Côte d'Ivoire et de Chelsea incarnera les espoirs des Africains lors de la Coupe du monde organisée en juin en Afrique du Sud. Le magazine salue ses efforts en faveur de la réconciliation politique en Côte d'Ivoire.

Time classe aussi parmi les héros Tristan Lecomte, fondateur de la société Alter Eco qui importe et distribue en France des produits issus du commerce équitable.


Clinton met en garde Ahmadinejad  29/04/2010

La chef de la diplomatie américaine, Hillary Clinton, a mis en garde jeudi le président iranien Mahmoud Ahmadinejad contre la tentation de "détourner l'attention" de la conférence de suivi du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP), à laquelle il compte participer en mai.

"Si le président Ahmadinejad voulait venir annoncer que l'Iran respectera ses obligations en matière de non-prolifération au titre du TNP, cela serait une très bonne nouvelle et nous nous en réjouirions", a-t-elle déclaré lors d'un point de presse.

"Mais s'il croit qu'en venant, il peut détourner d'une manière ou d'une autre l'attention de cet effort mondial très important, créer une confusion qui jetterait le doute sur les intentions de l'Iran [...], eh bien je crois qu'il ne trouvera pas un public particulièrement réceptif", a-t-elle poursuivi.

La conférence s'ouvre lundi 3 mai à l'ONU à New York. Mahmoud Ahmadinejad devrait y conduire la délégation de son pays, tandis que les Etats-Unis seront représentés par Hillary Clinton.


Burqa: "consensus national" (Villepin)  29/04/2010

Dominique de Villepin, en visite aujourd'hui en Tunisie, a affirmé que le projet de loi prohibant le voile islamique intégral dans l'espace public était l'objet d'un "consensus national". Il a cependant mis en garde contre le "piège d'une instrumentalisation".

"Il y a aujourd'hui un consensus sur l'ensemble des Français pour qu'une loi ou une réglementation soit adoptée dans les services publics", a-t-il plaidé en réponse à une question sur le risque de stigmatisation pour les musulmans.

"Je suis heureux de voir que la décision a été prise de donner du temps au débat au sein des assemblées, nous avons besoin de temps pour trouver la solution qui permettra de rassembler très largement la place politique et les Français", a poursuivi l'ancien premier ministre.

Il a cependant mis en garde contre le risque de dérapage et évoqué "en exemple" la loi adoptée sous Jacques Chirac sur l'interdiction du voile et des signes religieux distinctifs à l'école.

Selon lui, le défi à travers le débat actuel en France sur le voile intégral est d'"arriver à une sortie du piège de l'instrumentalisation et de l'interprétation religieuse et confessionnelle".


L'état d'urgence décrété en Louisiane à cause de la marée noire  29/04/2010

Le gouverneur de la Louisiane, Bobby Jindal, a proclamé jeudi l'état d'urgence dans son Etat en raison de la menace que fait peser la nappe de pétrole brut échappé d'une plate-forme accidentée dans le golfe du Mexique.

La marée noire devrait atteindre vendredi soir le littoral de la Louisiane, qui compte notamment un écosystème très riche et de vastes ressources halieutiques.


Deux observateurs des droits de l'homme tués au Mexique dans l'attaque d'un convoi humanitaire  29/04/2010

Un convoi d'observateurs des droits de l'homme issus de plusieurs organisations internationales a été attaqué, mardi 27 avril, dans l'Etat de Oaxaca au Mexique alors qu'il se rendait au village de San Juan Copala, un village indien qui s'est proclamé autonome. Une Mexicaine et un Finlandais ont été tués, et quatre personnes dont deux journalistes sont portées disparues.

"Notre cortège s'est arrêté quand nous avons vu un barrage dressé par une trentaine d'hommes en civil mais encagoulés, armés de fusils d'assaut, et nous avions à peine commencé à faire marche arrière que les rafales ont éclaté", a expliqué Ruben Valencia, membre de Vocal, une ONG qui milite pour l'autodétermination des communautés indiennes. Pour le principal quotidien mexicain, La Jornada, ces hommes armés pourraient être des militants de l'Ubisort (Union du bien-être social de la région Triqui) lié au PRI, Parti révolutionnaire institutionnel, qui dirige l'Etat d'Oaxaca.

Les deux victimes, Alberta Carino, 35 ans, de l'association de développement local "Cactus", et Tyri Antero Jaakkola, 25 ans, de l'ONG finlandaise Uusi Tuuli Ry ("Vent nouveau"), faisaient partie d'une équipe internationale d'observateurs en visite dans cette région pauvre du sud du Mexique où la communauté indienne des Triquis, une ethnie d'environ 15 000 membres, a proclamé en 2007 "l'autonomie" du village de San Juan Copala et tentent de mettre en place un gouvernement indépendant fondé sur les coutumes indigènes. Le village est depuis secoué par des conflits avec les autorités et des groupes armés de villes voisines. Pour isoler la communauté, le village s'est vu couper l'approvisionnement en eau et en électricité.

NOURRITURE ET MÉDICAMENTS POUR UN VILLAGE ISOLÉ

"Nos voitures portaient des banderoles annonçant que nous formions un convoi humanitaire, et malgré cela, ils n'ont rien respecté", a affirmé M. Valencia. "Nous apportions de la nourriture et des médicaments dans ce village très isolé par des conflits internes, qui avait lancé un appel il y a deux jours aux organisations d'assistance", a-t-il souligné. "Ces deux dernières semaines, l'Ubisort a fermé l'unique accès à San Juan Copala", précise La Jornada.

Des militants italiens, belges et allemands faisaient également partis du convoi dont on est encore sans nouvelles, selon Ruben Valencia. "Nous avons couru hors de nos voitures et nous nous sommes cachés dans la montagne. Nous avons pu nous échapper du secteur pendant la nuit", pour rejoindre un village voisin, a expliqué M. Valencia.

Le parquet d'Oaxaca a confirmé mercredi dans un communiqué que "les corps de deux personnes ont été retrouvés à l'intérieur d'une camionnette" et ont décliné leurs identités. La police de l'Etat a commencé à patrouiller dans la zone mercredi après-midi. L'ambassade de Finlande à Mexico a également annoncé l'envoi d'une équipe d'enquêteurs sur place.

Raoult (UMP): ce que fait fait Copé sur la burqa "donne l'impression d'une croisade"  29/04/2010

Le député UMP Eric Raoult a estimé jeudi que le patron des députés de son groupe, Jean-François Copé, donnait un peu "l'impression d'une croisade" sur le voile intégral alors que le but n'est pas "de monter une communauté nationale contre une communauté musulmane".

"Au début, Jean-François Copé a voulu montrer une détermination. Mais il faut aussi un peu de tact et de respect", a estimé le rapporteur de la mission parlementaire sur le voile intégral, sur Radio Classique

"C?est pas des martiennes ces jeunes femmes. C?est des femmes qui sont mal dans leur voile, qui sont mal dans leur tête. Il ne faut pas les considérer comme en dehors de notre société. Ca donne un peu l?impression d?une croisade ce que fait Jean-François", a-t-il jugé.

Ce problème concerne "500, 2.000 femmes, et il faut essayer d?y trouver une solution. Et moi je suis de ceux qui pensent que la voisine de palier, elle sera plus utile que l?huissier ou le policier", a-t-il dit, estimant qu'"il ne faut pas bâcler" la loi, "il faut concerter".

"Le but, ce n?est pas de monter une communauté nationale contre une communauté musulmane. Jean-François Copé, il est président du groupe UMP, il est aussi maire de Meaux. Je serais tenté de convaincre plutôt le maire de Meaux que le président du groupe", a-t-il dit.

Questionné sur le cas du mari d'une femme voilée de Nantes, soupçonné de polygamie, M. Raoult a regretté qu'on ait fait de cet homme "une star en un week-end".

"Mais les musulmans de France ne sont pas polygames, la particularité de beaucoup de communautés musulmanes, c'est qu'elles sont bien intégrées", a-t-il fait valoir.

"On est en train de réussir un islam de France. Mais là, on a eu une sorte de précipitation, la patrie était en danger. On faisait l'UMP contre les burqas. C'est plus compliqué que cela", a-t-il ajouté
"Il faut qu'on apaise pour passer aux retraites, aux dossiers économiques européens, plutôt que de parler tous les jours de la burqa. Je pense qu?il y a aussi un intérêt politique. Je n?ai pas envie que, sans le faire exprès, on pousse les musulmans dans les bras de la gauche", a-t-il conclu.

L'armée française admet avoir tué par accident 4 civils afghans le 6 avril  29/04/2010

L'armée française a tué par accident quatre civils afghans, victimes d'un tir de missile Milan lors d'une opération franco-afghane menée contre des insurgés le 6 avril, a reconnu jeudi le porte-parole de l'état-major des armées, Christophe Prazuck.

"A notre connaissance, c'est la première fois qu'un tel événement se produit pour les militaires français", a ajouté M. Prazuck, joint par l'AFP.

Les forces de l'Otan (Isaf) avaient lancé une enquête pour éclaircir les responsabilités dans cet accident survenu le 6 avril à l'entrée de la vallée de la Bedraou dans l'est de l'Afghanistan.

L'enquête désormais "close", a précisé l'amiral Christophe Prazuck, a permis d'établir qu'"un tir de missile Milan (était) à l'origine" du décès de quatre des cinq civils touchés par des éclats de l'engin qui, au moment du tir, étaient rendus invisibles par des arbres.

"Il y a régulièrement dans la province de Kapisa (est) des combats assez durs, dans une région où la population est assez dense, avec donc des règles d'ouverture du feu très strictes qui jusqu'à présent avaient permis d'éviter un incident malheureux", a poursuivi le porte-parole.

"Polycriblées", les victimes ont été atteintes par "une explosion", avait dit l'amiral Prazuck le 8 avril en annonçant à Paris le lancement d'une enquête sur cet accident.

Un des cinq jeunes était mort sur le coup. Parmi les quatre autres pris en charge par l'armée française, trois sont morts de suites de leurs blessures et le dernier est toujours hospitalisé en Afghanistan mais désormais hors de danger.

Proxénétisme: Zahia D. affirme que les joueurs ignoraient qu'elle était mineure  29/04/2010

La jeune femme au centre du scandale de proxénétisme qui touche des joueurs de l'équipe de France de football soutient dans une interview à Paris Match que les joueurs concernés ignoraient qu'elle était mineure au moment des faits.

"Le premier a été Karim Benzema (...) mais je confirme qu'il n'a jamais su mon âge", affirme Zahia Dehar, actuellement âgé de 18 ans. Elle confirme ensuite s'être rendue à Munich pour y rencontrer Franck Ribéry: "C'était pour son anniversaire, ses 26 ans, le 7 avril 2009. Il avait réservé un hôtel de luxe à Munich, nous avons eu une relation sexuelle et il m'a payée (...) Franck Ribéry ne connaissait pas mon âge".

La jeune femme affirme avoir tout raconté aux enquêteurs qui l'ont interrogée à trois reprises. "Les policiers avaient des écoutes. Les noms de certains footballeurs avaient été prononcés ainsi que mon nom (...) c'était très clair, je ne pouvais pas nier", s'est-elle justifiée.

La jeune femme récuse le terme de "prostituée", et se définit comme une "escort girl", affirmant travailler pour son propre compte, sans appartenir à un réseau ni être sous la tutelle d'un souteneur.

Ribéry a été entendu comme témoin dans cette affaire. Le fait de solliciter des relations sexuelles avec une mineure prostituée est passible de trois ans de prison et de 45.000 euros d'amende.

Selon des sources judiciaires, Karim Benzema devrait également être entendu.

Belgique: flamands et francophones prêts à en découdre au Parlement  29/04/2010

La Belgique tient jeudi une séance au Parlement qui s'annonce mouvementée, les partis flamands voulant voter en force la suppression de droits linguistiques emblématiques des francophones dans un ultime baroud d'honneur avant les élections anticipées.

Objet du litige: l'arrondissement électoral et judiciaire bilingue français-néerlandais de Bruxelles-Hal-Vivorde, dit "BHV", que les élus néerlandophones veulent "scinder". Ce qui empêcherait les quelque 130.000 francophones vivant dans la périphérie flamande de la capitale de continuer à voter pour des candidats de leur langue aux législatives.

Le contentieux, vieux de plusieurs dizaines d'années, a déjà conduit le gouvernement à sa chute.

Dans l'attente de la convocation d'élections anticipées, le Parlement continue de fonctionner.

Tous les partis flamands menacent donc, en l'absence de solution négociée sur BHV, de voter dans l'après-midi à la Chambre, où ils sont majoritaires, une proposition de loi de scission de l'arrondissement électoral sans compensation pour les francophones.

Un tel vote a déjà eu lieu en commission de l'Intérieur en novembre 2007. Sa confirmation en séance plénière serait une première pour le pays.

Le geste serait considéré par les francophones comme une déclaration de guerre et une rupture d'un pacte implicite national qui interdit à la majorité flamande (60% des 10,5 millions de Belges sont néerlandophones) de profiter de son poids démographique pour imposer ses vues à la minorité francophone.

Côté flamand, on estime qu'il est temps de trancher au vu de l'obstruction francophone. Et à l'approche des élections anticipées, l'atmosphère n'est plus aux compromis.

Les francophones disposent toutefois d'un recours: la procédure, rarement utilisée, de la "sonnette d'alarme" qui prévoit qu'un groupe linguistique peut empêcher un vote pendant 30 jours s'il estime que ses intérêts sont menacés.

Cette manoeuvre dilatoire devrait être utilisée avant la séance plénière, prévue à 14H15 (12H15 GMT).

"Il faut à tout prix éviter un scénario à l'Ukrainienne", a dit la ministre francophone de la Santé, Laurette Onkelinx, en référence aux bagarres qui ont éclaté mardi au Parlement à Kiev lors du vote sur le maintien de la flotte russe en Crimée.

Le président de la Chambre belge, Patrick Dewael, a renforcé la sécurité, afin aussi d'éviter que se reproduisent les scènes de la semaine dernière, lorsque l'extrême droite avait chanté l'hymne indépendantiste de la Flandre dans l'hémicycle.

La limitation des droits linguistiques des francophones est devenue emblématique pour les partis flamands.

Ils estiment qu'une scission du district de BHV, situé à cheval sur la Flandre et de Bruxelles - ville très majoritairement francophone - permettrait d'enrayer la "francisation" de leur région.

Mais les francophones réclament des compensations, avec au moins le maintien des droits électoraux spéciaux pour les quelque 65.000 des leurs vivant dans les communes les plus proches de Bruxelles, ou le droit de gérer eux-mêmes des écoles ou des bibliothèques en Flandre.

Une tentative de négociation a définitivement échoué lundi, suite à la démission du gouvernement provoquée par la sortie du parti libéral flamand Open VLD, mécontent de l'impasse.

A présent, le Parlement devrait s'auto-dissoudre la semaine prochaine, ce qui ouvrira la voie à la convocation d'élections anticipées, probablement le 13 juin, puis au difficile exercice de la formation d'un nouveau gouvernement. Une chose paraît déjà probable: le pays devrait entamer sa présidence de l'UE le 1er juillet, sans véritable Premier ministre.

Irak: début lundi d'un nouveau décompte des voix à Bagdad  29/04/2010

Le nouveau décompte des voix dans la capitale irakienne réclamé par le Premier ministre Nouri al-Maliki commencera lundi, a annoncé jeudi le président de la commission électorale.

"Le nouveau décompte des voix dans la circonscription de Bagdad commencera le 3 mai et devrait durer deux semaines", a affirmé Faraj al-Haïdari lors d'une conférence de presse.

"Ceci se déroulera en présence d'observateurs européens, de l'ONU et de la Ligue arabe à l'hôtel Rachid", qui se trouve dans la "zone verte", un secteur ultra-protégé de la capitale, a-t-il dit.

La commission électorale avait décidé le 19 avril un nouveau décompte manuel dans la province de Bagdad, la plus importante du pays puisqu'elle doit répartir 70 sièges sur les 325 que compte le Parlement.

La liste du chef du gouvernement a obtenu 26 sièges et celle de son rival laïque Iyad Allawi 24. Par ailleurs, l'Alliance nationale irakienne (ANI) qui regroupe deux formations chiites conservatrices a recueilli 17 sièges et un siège est revenu au Front de la Concorde (sunnite). Les deux derniers sièges sont attribués à des minorités religieuses.

Il s'est par ailleurs montré réticent sur la tenue de nouvelles élections comme l'a suggérée la veille M. Allawi.

"C'est un sujet aux dimensions politiques qui nécessiterait une loi du Parlement. Mais je ne pense pas qu'il soit possible de tenir de meilleures élections que celles qui ont eu lieu" (le 7 mars), a-t-il dit

La précédente législature a pris fin le 15 mars et selon la Constitution l'ancien Parlement ne peut plus siéger.

"En outre, a-t-il souligné, l'organisation de nouvelles élections coûterait beaucoup d'argent et il faudrait un grand nombre de personnes pour l'organiser. Il n'est pas dit non plus que les autres groupes politiques accepteront la tenue d'un nouveau scrutin et que les électeurs, qui ont bravé des dangers (le 7 mars) pour se rendre aux urnes, iront voter une nouvelle fois".

Le Bloc irakien de M. Allawi avait affirmé mercredi dans un communiqué, "examiner l'option de demander à l'ONU, l'Union européenne et la Ligue arabe d'exercer leur droit moral et légal de protection du processus politique face aux injustices, former un gouvernement provisoire et refaire les élections sans possibilité de manipulations politiques".

Cette demande s'appuie sur le fait que l'Irak est toujours sous le Chapitre VII des Nations unies, c'est-à-dire sous le contrôle de la communauté internationale. Le pays a été placé sous ce chapitre après l'invasion du Koweït par Saddam Hussein en 1990.

De récentes décisions du département juridique de la commission électorale font craindre à M. Allawi que ses rivaux ne modifient le résultat du scrutin.

Cette instance, formée de trois magistrats, a annoncé le 26 avril l'invalidation de 52 candidats dont deux élus. Vingt-deux appartiennent à la formation de M. Allawi et parmi eux un élu. Elle doit examiner la semaine prochaine le cas de neuf autres élus, dont la majorité sont des amis politiques d'Iyad Allawi.

Au niveau national, M. Allawi est arrivé en tête des législatives du 7 mars avec 91 sièges, contre 89 à Nouri al-Maliki, 70 à l'ANI et 43 à l'Alliance kurde.

Niger: otage algérien libéré, Français toujours retenu (sources sécuritaires)  29/04/2010

Le ressortissant algérien enlevé le 20 avril par un groupe armé dans le nord du Niger a été libéré, tandis que le Français avec lequel il se trouvait est toujours retenu, a-t-on appris jeudi de sources sécuritaires nigériennes.

"L'otage algérien a été libéré" au cours des derniers jours et se trouve désormais en Algérie, a indiqué l'une de ces sources, sans plus de précision.

Confirmant cette libération, une autre source sécuritaire nigérienne a indiqué que le Français avec lequel il avait été kidnappé "est toujours détenu".

Le gouvernement nigérien avait confirmé la semaine dernière le rapt des deux hommes par un "groupe armé non identifié" dans la région frontalière du Mali et de l'Algérie, où opère le groupe Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Selon des sources proches du dossier, l'Algérien était le chauffeur du Français, qui serait septuagénaire, et les deux hommes auraient été enlevés par un groupe lié à la branche d'Al-Qaïda en Afrique du Nord.

Dans son édition de jeudi, le quotidien privé algérien En Nahar rapporte que l'Algérien a été libéré par Aqmi "dans le désert du Mali" et se trouve actuellement dans son pays.


Philippines/élections: Aquino en tête  29/04/2010

Benigno Aquino, fils de l'ancienne présidente Corazon Aquino, continuait aujourd'hui à pointer largement en tête dans les sondages à moins de deux semaines de l'élection présidentielle aux Philippines.

Dans le dernier sondage réalisé par Pulse Asia, Benigno Aquino recueillait 39% des intentions de vote, soit deux points de plus que dans le précédent sondage de Pulsa réalisé début avril.
"Avec près de 4 électeurs philippins sur 10 qui prévoient de voter pour lui, le sénateur Aquino demeure le candidat favori pour l'élection présidentielle du 10 mai", commente l'institut de sondage.

Aquino devance largement ses deux rivaux Manuel Villar, sénateur d'opposition, millionnaire ayant fait fortune dans l'immobilier et l'ex-président Joseph Estrada, renversé en 2001 puis gracié en 2007 après une condamnation à la réclusion criminelle à perpétuité pour corruption, qui recueillent tous deux 20% d'intentions de vote.

Villar perd ainsi 5 points tandis que Joseph Estrada en gagne 2.
"Nos électeurs ont basculé dans le camp des indécis et nous faisons tout notre possible pour les reconquérir", a commenté Gilbert Remulla, chef de campagne de M. Villar. "Nous pensons qu'il reste suffisamment de temps pour y parvenir".
Quelque 50 millions d'électeurs sont appelés à désigner le 10 mai plus de 17.000 élus, dont leur nouveau président, leurs députés ainsi que des élus locaux et provinciaux.

Après neuf ans de pouvoir, assombris par des rumeurs de corruption et de manipulation des votes, la présidente Gloria Arroyo ne peut se représenter mais briguera un mandat de députée.
Le sondage Pulse Asia a été réalisé auprès de 1.800 électeurs entre le 23 et le 25 avril.

Quatre ans de prison, dont deux ferme, requis contre Charles Pasqua  29/04/2010

L'avocat général, Yves Charpenel, a requis jeudi quatre ans de prison ferme dont deux avec sursis contre l'ancien ministre, poursuivi devant la Cour de justice de la République dans trois dossiers de malversations financières. Il a également réclamé 200 000 euros d'amende et une interdiction de ses mandats électifs.

L'aide dépasserait les 100 milliards d'euros  29/04/2010

Pour endiguer au plus vite une crise grecque sur le point de gangrener la zone euro, les dirigeants européens se mobilisent, poussés par le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque centrale européenne (BCE).

Dominique Strauss-Kahn, directeur général du FMI, a d'abord tenté de calmer le jeu, mercredi 28 avril. "Il ne faut pas trop croire ce que disent les agences de notation", a-t-il recommandé. Standard & Poor's venait juste de dégrader la note souveraine de l'Espagne de AA +à AA, après avoir abaissé la veille celles de la Grèce et du Portugal. Dans la même journée, le patron du FMI et celui de la BCE, Jean-Claude Trichet, ont fait le déplacement à Berlin pour rencontrer, dans l'urgence, la chancelière Angela Merkel et les parlementaires allemands. Objectif: mettre la pression sur le pays le plus réticent pour débloquer les fonds du plan de sauvetage de la Grèce.

"Chaque jour perdu est un jour où la situation empire et empire", a expliqué M. Strauss Kahn. Il y a une "absolue nécessité pour l'Allemagne de décider rapidement", a renchéri M. Trichet. "Il est évident que les négociations entre le gouvernement grec, la Commission européenne et le Fonds monétaire international doivent être accélérées", a reconnu la chancelière allemande.

A l'issue de ces rencontres, les députés allemands ont affirmé que les sommes nécessaires pour sauver la Grèce approcheraient 100 à 120 milliards d'euros d'ici fin 2012. Jusqu'ici seul le montant de 45 milliards d'euros avait été évoqué officiellement.
Selon les sources européennes l'aide à la Grèce pourrait être débloquée dès le vendredi 7 mai.

"COMME LE VIRUS EBOLA"

Mais ne sera-t-il pas trop tard ? Après le "mardi noir", la tension sur les marchés reste vive. Les places financières en Europe, en proie à une forte volatilité, ont à nouveau terminé dans le rouge mercredi. Et l'euro est tombé jusqu'à 1,3115 dollar, un nouveau plus bas depuis un an.

Surtout, le scénario tant redouté d'une diffusion de la crise grecque aux "maillons faibles" de la zone semble se concrétiser. Sous la pression des marchés, le Portugal et l'Espagne sont à leur tour confrontés à une montée du coût de leur dette. Les inquiétudes naissent aussi en France. Selon un sondage BVA pour Canal+ rendu public jeudi 29 avril, 75% des Français estiment que le pays pourrait connaître une situation de crise comparable à celle de la Grèce.

"La contagion est déjà en marche", a affirmé Angel Gurria, secrétaire général de l'OCDE, visiblement adepte d'une solution radicale: "C'est comme le virus Ebola. Lorsque vous réalisez que vous en souffrez, il ne vous reste plus qu'à vous couper une jambe", a-t-il averti.


Hewlett-Packard rachète Palm pour 1,2 milliard de dollars  29/04/2010

Le groupe informatique américain Hewlett-Packard (HP) va racheter le pionnier des assistants numériques Palm, en difficultés, pour quelque 1,2 milliard de dollars en numéraire, ont annoncé mercredi les deux groupes dans un communiqué commun.

Les actionnaires de Palm, créateur d'un système d'exploitation réputé pour les téléphones portables, webOs, recevront 5,70 dollars pour chacun de leur titre, soit une prime de près de 23% sur le cours enregistré peu avant la clôture de la Bourse mercredi, précise le communiqué.

"La combinaison de la puissance financière et de la présence mondiale de HP avec la plate-forme sans égale webOs renforcera la capacité de HP à mieux participer aux marchés très rentables et en pleine expansion des +smartphones+ et des appareils mobiles connectés", font valoir les deux groupes.

Palm tentait depuis un an de se relancer avec les téléphones Pre et Pixi, pour lesquels il a créé le système d'exploitation webOS. Mais les ventes sont restées décevantes, et le groupe a encore perdu 22 millions de dollars entre novembre et janvier, deux fois plus que lors du trimestre précédent.
Des rumeurs d'acquisition agitaient le marché depuis plusieurs semaines.

1 2 3 4 5 » ... 28