Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr

 





Sept militaires vénézuéliens réfugiés au Brésil depuis samedi  25/02/2019

Quatre soldats vénézuéliens ont fait défection, lundi, au Brésil, portant à sept le nombre de militaires ayant préféré traverser la frontière, depuis samedi, plutôt que de servir le régime de Maduro.

Ces chiffres ont été confirmés par l'équipe de communication de l'opération Acolhida (Opération accueil), une initiative lancée en 2018 par le gouvernement brésilien pour accueillir des milliers de Vénézuéliens fuyant la crise politique, économique et sociale dans leur pays.

Selon la cheffe de la communication de l'opération, colonel Carla Beatriz, "trois soldats ont réussi à traverser la frontière entre samedi et dimanche, tandis que quatre autres ont procédé de la même manière aujourd'hui".

Les militaires vénézuéliens arrivés au Brésil ont été envoyés aux postes de tri de l’opération Acolhida, a-t-elle fait savoir, en précisant qu’ils sont traités de la même manières que les autres réfugiés qui ont fui le Venezuela pour s'échapper de la grave crise politique, économique et sociale que connait le pays caribéen.

Une fois toutes les procédures administratives terminées, les militaires seront transférés vers la ville de Boa Vista, capitale de l’Etat de Roraima, qui compte onze refuges.

Les réfugiés pourront par la suite être transférés vers d’autres États du pays pour commencer une nouvelle vie.

En plus des soldats qui appartiennent à la Garde nationale bolivarienne (GNB), l'une des quatre branches des forces armées vénézuéliennes chargée à maintenir l'ordre à l'intérieur du pays, un policier municipal a pris le même chemin accompagné de sa femme et de ses trois enfants.

La frontière entre les deux pays est fermée depuis jeudi, sur décision de Nicolas Maduro afin de bloquer l'entrée au Venezuela d'un convoi d'aide humanitaire.

Zimbabwe: Mnangagwa de retour, arrestations dans l'entourage de Mugabe  17/11/2017

L'ancien vice-président zimbabwéen Emmerson Mnangagwa, dont l'éviction a provoqué mercredi le coup de force de l'armée contre le régime du président Robert Mugabe, est rentré au Zimbabwe, a-t-on appris vendredi dans son entourage.

"Oui, il est de retour" depuis jeudi, a rapporté sous couvert de l'anonymat à l'AFP une source proche de M. Mnangagwa, lié aux militaires qui retiennent M. Mugabe en résidence surveillée.

M. Mnangagwa avait fui le Zimbabwe dans la foulée de son éviction le 6 novembre, mais avait promis de défier le président Mugabe et son épouse Grace, sa rivale pour la succession à la fonction suprême.

De son côté, l'armée, qui contrôle la capitale Harare, a annoncé vendredi avoir arrêté plusieurs proches du président, se félicitant de "progrès significatifs" dans son opération de purge au sein du parti au pouvoir de la Zanu-PF.

"Nous avons mis la main sur plusieurs des criminels, tandis que d'autres sont toujours en fuite", a indiqué l'armée dans un communiqué publié dans le journal d'Etat The Herald.

"Nous sommes actuellement en discussion avec le commandant en chef (Robert Mugabe) sur la prochaine étape et nous vous informerons de l'issue des ces discussions dès que possible", a-t-elle ajouté.

Lors de discussions jeudi entre le président et le chef de l'armée, le général Constantino Chiwenga, M. Mugabe, 93 ans dont 37 au pouvoir, a refusé de démissionner.

"Entretemps, nous appelons la nation à rester patiente et pacifique le temps que nous menions notre opération", a conclu l'armée dans son communiqué.

Dans la nuit du 14 au 15 novembre, des officiers ont annoncé être intervenus contre les "criminels" de l'entourage du président Mugabe, une allusion directe à la faction du parti au pouvoir, la Zanu-PF, qui soutient la Première dame.

Grace Mugabe, 52 ans, était entrée en guerre ouverte contre M. Mnangagwa pour la succession de M. Mugabe, le plus vieux chef d'Etat en exercice de la planète. Elle avait obtenu de son mari qu'il le limoge. (afp)

Yémen: des avions émirati et saoudien livrent une aide humanitaire à Aden  24/07/2015

Deux avions, l'un émirati, l'autre saoudien, ont livré vendredi de l'aide humanitaire à l'aéroport d'Aden, la grande ville du sud du Yémen qui a encore connu des bombardements attribués aux rebelles chiites Houthis.

L'avion émirati a atterri à l'aube et a été suivi à la mi-journée par un appareil saoudien. Il s'agit des troisième et quatrième appareils à atterrir à Aden depuis la réouverture symbolique de l'aéroport mercredi après quatre mois de guerre.

Le premier a livré une aide médicale du Croissant-Rouge des Emirats arabes unis avant de repartir, et le second des médicaments destinés à des malades souffrant de cancers, a précisé un responsable de l'aéroport.

Jeudi, cette installation vitale a encore été la cible de roquettes tirées par des Houthis au moment où un avion saoudien était sur le tarmac. L'appareil n'a pas été touché, selon des responsables yéménites.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, trois civils ont été tués et 57 blessés dans des tirs de roquettes sur Aden, a indiqué le responsable des services de santé de la ville, Al-Kahdr Lassouer.

Ces tirs provenaient, selon des sources militaires, des environs nord de la ville où les Houthis restent présents après avoir été chassés d'Aden par les forces progouvernementales.

Les positions rebelles au nord d'Aden ont subi durant la nuit des raids de l'aviation de la coalition commandée par l'Arabie saoudite, ont indiqué des sources tribales, faisant état de onze morts parmi les Houthis.

Ailleurs, les avions de la coalition ont frappé durant la nuit des positions rebelles à Omrane, au nord de la capitale Sanaa et à Dhamar, dans le centre du pays, selon des habitants.


Nucléaire iranien: l'embargo sur les armes restera effectif pendant cinq ans (Lavrov)  14/07/2015

Les sanctions internationales sur les ventes d'armes à l'Iran resteront effectives pendant encore cinq ans malgré l'accord historique sur le nucléaire iranien, mais des livraisons d'armes seront possibles avec un accord de l'ONU, a annoncé mardi le chef de la diplomatie russe.

"Il y a un compromis entre l'Iran et les partenaires occidentaux que nous avons soutenu (...). Cinq ans, mais au cours de ces cinq ans, les livraisons d'armes à l'Iran seront possibles si elles sont approuvées et vérifiées par le Conseil de sécurité de l'ONU", a déclaré Sergueï Lavrov.

Mélenchon quitte la tête de son parti pour "fédérer le peuple"  22/08/2014

Mélenchon quitte  la tête de son parti pour "fédérer le peuple"
PARIS, 22 août (Reuters) - Jean-Luc Mélenchon a annoncé vendredi sa décision de quitter la co-présidence du Parti de gauche en même temps que Martine Billard dans le cadre d'une réorganisation visant à favoriser la formation d'un mouvement pour une VIe République.

L'ancien candidat à la présidentielle de 2012 a précisé lors de l'université d'été du parti, à Grenoble, qu'il se mettrait "en pointe" de ce combat visant à "fédérer le peuple".

"Nous n'acceptons pas que la gauche et toute espérance soient enterrées en même temps que François Hollande, le fossoyeur de la gauche et de nos projets pour l'avenir", a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

Le député européen s'est dit frappé par le fait que les Français aient "massivement décidé" de laisser Marine Le Pen gagner les élections européennes de mai dernier alors que "la presse annonçait sa victoire sur tous les tons".

"Si nous n'arrivons pas à mettre le peuple en mouvement, le pire est à craindre", a-t-il dit, précisant chercher un "dispositif gagnant" permettant de sortir de "l'impasse" dans laquelle se trouve selon lui la gauche.


Le président tchétchène inaugure la plus grande mosquée d'Israël  23/03/2014

Le président tchétchène Ramzan Kadyrov a inauguré dimanche la plus grande mosquée d'Israël dans un village près de Jérusalem dont les habitants disent descendre de musulmans du Caucase.

La nouvelle mosquée, qui s'étend sur 3.200 m2, peut accueillir plus de 3.000 fidèles. Seule la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem-Est, dont l'annexion par Israël n'est pas reconnue internationalement, est plus grande.

Le lieu de culte, situé dans la village arabe israélien d'Abou Ghosh, porte le nom du père de l'actuel président, l'ancien chef d'Etat Akhmad Kadyrov, tué dans une attaque à la bombe en 2004.

"Les Tchétchènes ne peuvent déclarer librement leur nationalité que depuis 11 ans, grâce à Ahmad Kadyrov, qui a rédigé la Constitution tchétchène et nous a permis de dire au monde que nous sommes musulmans", a déclaré le président.

La Tchétchénie a participé à hauteur de 6 millions de dollars (4,3 millions d'euros) à la construction de cette mosquée, qui a coûté 10 millions de dollars (7,2 millions d'euros).

Des villageois, à pied ou à cheval, ont agité des drapeaux tchétchènes à l'arrivée de M. Kadyrov, qui s'est joint aux fidèles pour une prière dans la mosquée.


Une courte majorité de Suisses approuve une initiative de la droite "contre l'immigration de masse"  09/02/2014

Une courte majorité de Suisses a approuvé, dimanche par référendum, une initiative de la droite "contre l'immigration de masse" visant à réintroduite des quotas d'immigrés abandonnés en 2007 après la conclusion des accords de libre-circulation avec Bruxelles.

"L'initiative de l'Union démocratique du centre, UDC, a passé le premier écueil. La majorité des cantons l'a acceptée", a indiqué l'Agence suisse ATS qui fait état de 50,4 pc de voix favorables, "avec une marge d'erreur de 1 point".

Les résultats provisoires hors Berne et Zurich font ressortir une différence de 38.032 voix en faveur du projet de l'UDC, le plus influent parti d'extrême droite en Confédération helvétique.

Le nouveau régime d'immigration s'appliquerait aussi aux frontaliers comme aux requérants d'asile, de sorte que les Suisses aient la priorité sur le marché du travail.

Mettant en péril le principe de la libre-circulation qui sous-tend tout le cadre partenarial avec l'UE, ce changement d'attitude envers les immigrés suscite déjà une levée de boucliers de la part de Bruxelles et des voisins européens, mais également l'inquiétude des minorités dans un pays connu pour sa tradition d'accueil.

"Sans libre-circulation des personnes, la Suisse n'aurait pas un accès privilégié au marché intérieur européen", avait mis en garde le chef de l'exécutif européen, José Manuel Barroso dans des déclarations à la presse helvétique lors d'un récent déplacement à Berne.


Attentat de Marrakech : La France se félicite de l'arrestation de trois suspects et salue l'efficacité de la police marocaine  06/05/2011

Bernard Valero, le porte-parole du ministère français des affaires étrangères.
Le gouvernement français s'est félicité vendredi de l'arrestation de trois suspects, dont le principal auteur présumé de l'attentat de Marrakech du 28 avril qui a fait 16 morts, dont huit français, et salué le professionnalisme et l'efficacité de la police marocaine.

"Nous nous félicitons que l'enquête sur l'attentat de Marrakech, qui a coûté la vie à seize personnes dont huit de nos compatriotes, ait déjà permis d'identifier des suspects, dont le principal acteur présumé", a affirmé le porte-parole du ministère français des affaires étrangères, M. Bernard Valero.

"Nous saluons le professionnalisme et l'efficacité de la police marocaine dans cette affaire et nous soulignons la qualité du travail qui a été mené dans le cadre d'une coopération avec les services français", a-t-il ajouté au cours d'un point de presse.

Il appartient maintenant à la justice marocaine d'établir les responsabilités des personnes détenues et de se prononcer", a encore dit M. Valero.

Les autorités marocaines avaient annoncé jeudi soir que trois suspects ont été arrêtés jeudi soir à Safi, dont le principal auteur présumé de l'attentat à l'explosif perpétré dans un café de Marrakech, faisant 16 tués et 21 blessés.




Nétanyahou en Egypte pour une reprise des négociations israélo-palestiniennes  03/05/2010

Le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, se rend lundi matin en Egypte pour discuter avec le président Hosni Moubarak d'une reprise attendue des négociations israélo-palestiniennes, suspendues depuis la dernière guerre de Gaza fin 2008. "La rencontre aura lieu à Charm el-Cheikh", indique le bureau du premier ministre, sur le littoral égyptien de la mer Rouge.

Israéliens et Palestiniens se préparent à la reprise de leurs pourparlers après le feu vert de la Ligue arabe à l'ouverture de négociations indirectes entre les deux parties, sous l'égide des Etats-Unis. Dans ce contexte, l'émissaire américain pour le Proche-Orient, George Mitchell, est attendu lundi soir en Israël pour une nouvelle série de navettes entre Jérusalem et Ramallah, le siège de l'Autorité palestinienne, selon les médias israéliens. M. Mitchell doit rencontrer le président Abbas vendredi à Ramallah, en Cisjordanie, selon le négociateur palestinien Saëb Erakat. Le comité exécutif de l'OLP se réunira le lendemain pour entériner la reprise des discussions, a-t-il précisé.

Il s'agit uniquement, à ce stade, de pourparlers indirects, dits "de proximité", via le médiateur George Mitchell, tant les positions des deux camps sont éloignées, en particulier sur Jérusalem. Ils sont censés durer quatre mois. Selon le quotidien israélien Haaretz, M. Nétanyahou souhaite soulever, dès le début des négociations, des exigences sécuritaires concernant la démilitarisation d'un futur Etat palestinien, dont Israël entend garder le contrôle des frontières et de l'espace aérien.

Egypte : l'ambassade du Liban menacée  03/05/2010

L'ambassade du Liban au Caire a demandé aux autorités égyptiennes d'assurer sa protection, après avoir reçu des menaces d'un inconnu promettant de venger le lynchage d'un Egyptien par des villageois libanais, a affirmé une source gouvernementale libanaise.

"L'ambassadeur du Liban Khaled Ziadé a demandé aux autorités égyptiennes d'assurer la protection de l'ambassade" après cet appel reçu dimanche, a précisé la même source sous couvert de l'anonymat. L'inconnu promettait de venger la mort de Mohammad Moslem, un Egyptien soupçonné d'avoir tué un couple âgé et leurs deux petites-filles dans une localité libanaise et lynché par les habitants jeudi. Il "a immédiatement raccroché après avoir proféré ces menaces", a précisé le responsable.

Mohammad Moslem, 38 ans, a été poignardé à mort avant d'être pendu à l'aide d'un croc de boucher par une foule déchaînée jeudi au moment où il arrivait sur les lieux de la reconstitution du meurtre du couple et des deux petites-filles, âgées de sept et neuf ans, retrouvés poignardés à leur domicile la veille à Ketermaya (25 km au sud-est de Beyrouth). Le lynchage, dont les images crues ont été diffusées par les télévisions locales, a soulevé une vague de condamnations dans le pays, dont le président de la République libanaise Michel Sleimane.


Grèce: accord conclu avec l'UE et le FMI  03/05/2010

La Grèce s'est entendue avec l'Union européenne et le Fonds monétaire international (FMI) sur des mesures d'austérité, ce qui va permettre le déblocage d'une aide financière internationale, a déclaré aujourd'hui un haut responsable gouvernemental à Athènes.

"Nous nous sommes entendus sur un accord avec l'UE et le FMI", a dit ce responsable à Reuters, sous le sceau de l'anonymat.

Le Premier ministre grec, George Papandréou, devait présider dans la matinée de dimanche un conseil des ministres et annoncer les grands axes de cet accord.



Les Bourses européennes en baisse  03/05/2010



Malgré l'accord européen d'aide à la Grèce, les places européennes ont ouvert à la baisse.

A Paris, le CAC 40 perd à l'ouverture 0,53% à 3.796,79 points. A Francfort, l'indice Dax recule de 0,21% à 6.122,76 points. La Bourse de Londres est fermée.


Gallois renonce à 1,14 M€ de salaire  03/05/2010

Le président exécutif du groupe européen EADS Louis Gallois renonce à la part variable de son salaire pour 2009, qui se serait élevé à 1,14 million d'euros, selon un document publié par EADS en vue de son assemblée générale. "Louis Gallois a formellement renoncé à ce qui aurait été sa part de rémunération variable de 1.141.250 euros au titre de 2009", selon le communiqué d'EADS. C'est la deuxième année qu'il ne va pas toucher, à sa demande, sa part de variable, rappelle EADS.

Par conséquent, Gallois va toucher 900.000 euros pour 2009, comme en 2008. EADS doit tenir son assemblée générale le 1er juin à Amsterdam.


Afghanistan: 176e soldat de l'Otan tué  03/05/2010

Un soldat de l'Otan dont la nationalité n'a pas été révélée a été tué hier par une bombe artisanale dans le sud de l'Afghanistan, a annoncé l'Otan. La force internationale de l'Otan (Isaf) n'a donné aucune précision sur les circonstances de sa mort, se contentant d'indiquer que le soldat avait été tué par une bombe artisanale.

Londres avait également annoncé la mort dimanche d'un soldat britannique, tué dans une explosion près de Sangin, dans la très dangereuse province du Helmand.

176 soldats étrangers ont péri dans le cadre de la guerre en Afghanistan depuis le début de l'année, après une année 2009 de très loin la plus meurtrière pour les forces internationales en huit ans de guerre contre les rebelles talibans, avec 520 morts, selon un décompte établi à partir du site internet indépendant icasualties.org.

Les effectifs des forces internationales, actuellement fortes de quelque 130.000 soldats, doivent passer à 150.000 d'ici à l'été et seront à plus des deux tiers américains.



Un enfant retrouvé noyé à Marseille  03/05/2010

Un enfant de neuf ans a été retrouvé noyé hier soir à Marseille, a-t-on appris aujourd'hui auprès des marins-pompiers de la ville. Le corps de la victime a été découvert dans l'Huveaune, une rivière qui se jette dans la mer.

L'enfant jouait avec un camarade à proximité du Parc Bel Ombre, dans le quartier de La Pomme, dans le XIe arrondissement, lorsqu'il aurait fait une chute accidentelle, précise-t-on de source proche de l'enquête.

Les plongeurs du Bataillon des marins-pompiers ont retrouvé l'enfant vers 20h, à 400 mètres de son point de chute initial.


La retraite à 63 ans en 2030 ?  03/05/2010

D'après le site du journal Le Monde, l'hypothèse de base sur laquelle travaille le président de la République dans le dossier de la réforme des retraites, serait de repousser l'âge légal de départ à 61 ans en 2015, 62 en 2020, puis 63 en 2030. Les générations nées à partir de 1967 devraient alors attendre l'âge de 63 ans pour avoir le droit de partir en retraite.

En pratique, la barrière des 60 ans pourrait être conservée pour des raisons politiques, mais un système dissuasif serait alors mis en place pour les gens qui envisagent un départ anticipé avant 61, 62 puis 63 ans. Le ministre du budget Eric Woerth ne serait toutefois pas favorable a une telle option, d'après le site du quotidien.

Quant à la réforme Fillon, qui prévoit d'allonger la durée de cotisation-retraites d'un trimestre par an, elle devrait être maintenue.

L'âge légal de la retraite est fixé à 60 ans depuis 1983. C'est l'âge minimum que le salarié doit atteindre pour pouvoir prendre sa retraite. S'il n'a pas suffisamment cotisé, il subit une décote de sa pension. Il peut aussi travailler plus longtemps. L'âge de la mise à la retraite d'office a été reportée en 2009 à 70 ans.

L'âge moyen en France de liquidation des droits à la retraite est aujourd'hui de 61,5 ans.


Polanski: "Je ne peux plus me taire"  03/05/2010

Roman Polanski, assigné à résidence dans l'attente d'une éventuelle extradition, brise le silence dans un texte publié sur le site de La Règle du jeu, la revue de BHL.

"Je ne peux plus me taire": tel est le titre du texte que Roman Polanski rend public ce soir par le biais du site de La Règle du jeu, la revue de Bernard-Henri Lévy.

Polanski avait déjà transmis à BHL une lettre d'arguments à la fin de l'année dernière. Cette nouvelle défense devrait aussi être publiée demain dans des quotidiens suisses et européens. Voici comment La Règle du Jeu présente ce texte à quelques heures de sa mise en ligne sur son site:

"Dans ce second texte, beaucoup plus long, beaucoup plus argumenté et adressé à l'opinion publique, le cinéaste assigné à résidence à Gstaad développe les raisons qui feraient de son extradition aux Etats-Unis un déni de justice et de droit. Ce texte, dans lequel Roman Polanski brise véritablement le silence qu'il s'était imposé depuis sept mois, s'intitule "Je ne peux plus me taire"."

Des talibans pakistanais revendiquent l'attentat raté à New York  02/05/2010

Un groupe de talibans pakistanais, Tehrik-e-Taliban, a revendiqué l'attentat raté à la voiture piégée à New York , découvert samedi, dans une vidéo diffusée sur Internet, selon le centre de surveillance des sites islamistes

GB: campagne intense des candidats avant un scrutin qui s'annonce serré  02/05/2010

Des sondages serrés qui font planer la menace d'un Parlement sans majorité absolue poussent les trois principaux partis britanniques en lice au branle-bas de combat, à l'approche des législatives du jeudi 6 mai abordées en favoris par les conservateurs.

Une série de sondages publiés dans les journaux dominicaux confirment l'avance des conservateurs, crédités de 35% à 38% des intentions de vote, tandis que le Labour récolte entre 23% et 29%, et que les libéraux-démocrates (Lib Dems) reculent légèrement entre 25% et 29%.

Les enquêtes d'opinion suggèrent un renforcement de l'avance des Tories sans pour autant accorder à aucun parti la majorité absolue de 326 députés à la chambre des Communes, laissant présager un gouvernement de coalition.

Tout comme ses adversaires, le leader conservateur David Cameron a multiplié les déplacements à la faveur d'un long week-end de trois jours en Grande-Bretagne, en vue d'obtenir l'écart le plus large possible avec ses adversaires, qui lui permettrait de gouverner seul.

"On ne considère rien comme acquis et j'ai devant moi quatre jours très, très intenses, pour essayer de remporter cette élection de façon décisive", a-t-il déclaré dimanche dans une interview à la BBC.

Le Premier ministre sortant Gordon Brown est passé à l'offensive contre le leader des libéraux-démocrates Nick Clegg qui menace de reléguer le Labour à la troisième place.

Les Lib Dems ont connu un spectaculaire bond dans les intentions de vote après la bonne performance de M. Clegg lors de débats télévisés, bouleversant le traditionnel duel Labour-Tories. Ils marquent toutefois un léger recul dans les derniers sondages.

"Il est question de l'avenir de notre pays. Pas de désigner celui qui va être le présentateur d'un nouveau jeu télévisé", a déclaré M. Brown au journal Observer, ironisant sur l'aisance de son adversaire devant les caméras.

Il a aussi ridiculisé les propositions des Lib Dems sur les impô ts et l'immigration en estimant qu'elles avaient été élaborées à la va-vite à la fin d'un dîner, "au dos d'une enveloppe".

Le Premier ministre a par ailleurs mis en garde contre la menace pour les services publics que représente selon lui le programme des conservateurs, qualifié de "film d'horreur".

Mais les travaillistes font face à la tâche difficile de convaincre les électeurs de continuer à leur faire confiance pour un quatrième mandat après 13 ans de pouvoir. Et la gaffe de fin de campagne de M. Brown, piégé par un micro alors qu'il qualifiait de "sectaire" une veuve retraitée, risque de lui aliéner une partie de l'électorat.

La veuve, Gillian Duffy, qui a toute sa vie soutenu le Labour, a déclaré au Mail on Sunday qu'elle s'abstiendrait cette fois de voter.

"Je suis vraiment désolée pour ce qui s'est passé, mais c'est vous le perdant (dans cette affaire), pas moi", a-t-elle déclaré à M. Brown lorsque le Premier ministre lui a rendu visite pour présenter ses excuses.

Bravant la pluie battante, Gordon Brown a fait du porte à porte dimanche dans le sud de Londres.

Pendant ce temps, Nick Clegg menait campagne dans le nord de l'Angleterre, traditionnel bastion travailliste, en promettant le "changement".

"Vous n'avez pas trahi le Labour. C'est le Labour qui vous a trahis", a-t-il assuré aux militants travaillistes.

"Ce sont dorénavant les Lib Dems qui représentent le parti de la justice", a-t-il déclaré, promettant réduction d'impô ts et emplois.

AFP

Les gardes-frontières égyptiens tuent deux Africains qui tentaient de gagner Israël  02/05/2010

Les gardes-frontières égyptiens ont tué deux Africains et en ont arrêté 11 autres qui tentaient d'entrer clandestinement en Israïl dimanche, a rapporté un responsable de la sécurité égyptienne.

D'après ce responsable, deux incidents distincts se sont produits à la frontière entre le Sina_ égyptien et Israïl, au sud de Rafah (Bande de Gaza). Il assure que les gardes-frontières ont fait des tirs de sommation.

Parmi les deux clandestins tués, l'un était Erythréen et l'autre n'a pas été identifié. Parmi les 11 autres candidats à l'immigration, qui ont été arrêtés, se trouvaient six Erythréens, quatre Ethiopiens et un Sud-Africain.

AP

1 2 3 4 5 » ... 28