Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 








la Libye interdit "tout navire étranger" près de ses côtes


Vendredi 11 Août 2017 modifié le Vendredi 11 Août 2017 - 02:21




 la Libye interdit "tout navire étranger" près de ses côtes
La marine libyenne a annoncé jeudi la création au large du territoire d'une zone de recherche et de sauvetage, qu'elle interdit sauf autorisation aux navires étrangers, en particulier aux ONG patrouillant en eaux libyennes pour secourir des migrants.

La mission des ONG engagées dans les secours aux migrants au large de la Libye suscite des tensions dans la région.

L'Italie, qui a vu débarquer plus de 600.000 migrants depuis 2014, essentiellement via la Libye, tente de fermer la route et a mis en place début août un code de conduite imposant transparence et coopération maximum aux ONG de secours en mer, dont plusieurs ont refusé de signer.

La Libye a déclaré "officiellement une zone de recherche et de secours", a déclaré jeudi en conférence de presse le général Abdelhakim Bouhaliya, commandant de la base navale de Tripoli, sans préciser l'étendue de cette zone. "Aucun navire étranger n'a le droit d'y accéder, sauf demande expresse de la part des autorités libyennes", a-t-il souligné.

Un porte-parole de la marine libyenne, le général Ayoub Kacem, a précisé que la décision visait explicitement "les ONG qui prétendent vouloir sauver les migrants clandestins et mener des actions humanitaires".

Les gardes-côtes libyens sont souvent montrés du doigt par les navires des ONG qui patrouillent au large de la Libye afin de secourir des migrants clandestins et les tensions sont vives. De nombreux migrants sont retenus dans des camps sordides, soumis au travail forcé, à la torture, aux abus sexuels et aux extorsions.

Des trafiquants profitent du chaos qui règne dans le pays depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011 pour faire passer chaque année des dizaines de milliers de migrants à destination de l'Italie, en échange d'importantes sommes d'argent.

Avec des capacités diminuées dans un pays divisé et affaibli, la marine libyenne n'est pas en mesure de sécuriser ses frontières maritimes et a récemment sollicité l'aide de l'Italie.

(Avec AFP)




Vendredi 11 Août 2017 - 00:22





Nouveau commentaire :
Twitter