Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 








Xavier Bertrand quitte "définitivement" Les Républicains


Lundi 11 Décembre 2017 modifié le Mardi 12 Décembre 2017 - 15:18

Xavier Bertrand a annoncé lundi sur France 2 qu'il quittait Les Républicains, sans avoir "l'intention de rejoindre un parti politique".




Moins de 24 heures après l'élection de Laurent Wauquiez à la tête des Républicains (LR), Xavier Bertrand a annoncé son départ définitif du parti sur France 2. "Je ne reconnais plus ma famille politique alors j'ai décidé de la quitter", a justifié sur le plateau du 20 Heures le président des Hauts-de-France, en dénonçant des "dérives" de LR. "Je n'ai pas l'intention de rejoindre un parti politique ou de créer un parti politique", a-t-il ajouté, "mon parti c'est la région".

Invité à la même heure sur TF1, Laurent Wauquiez a répondu que "c'est son choix". "Je le respecte, mais je ne vais pas regarder dans le rétroviseur", a affirmé le nouveau président des Républicains, assurant vouloir "avancer" pour "faire émerger une nouvelle génération".

"Mon parti c'est la région, où j'ai l'impression d'être utile, de servir des gens", a insisté Xavier Bertrand, en estimant que "ça ne se joue plus dans les partis politiques". "C'est une décision qui n'est pas facile, mais qui s'est imposée à moi", a ajouté celui qui fut secrétaire général de l'UMP entre 2007 et 2010.

" Je n'aime pas sa politique de l'agressivité et des boucs émissaires "

Xavier Bertrand a expliqué s'être mis en retrait "quand [sa] famille n'a pas voulu dire clairement qu'il fallait voter Emmanuel Macron pour faire barrage à l'extrême droite" au second tour de la présidentielle. "Je n'aime pas sa politique de l'agressivité et des boucs émissaires", a dit Xavier Bertrand de Laurent Wauquiez, critiquant notamment ses déclarations sur "le cancer de l'assistanat", "comme si tous les gens choisissaient d'être au RSA".

Interrogé pour savoir si sa décision signifiait qu'il renonçait à une ambition nationale ou à être candidat à la présidentielle en 2022, il a répondu : "Celui qui dit vous dit aujourd'hui qu'il sait ce qu'il fera dans quatre ans, alors c'est un vrai représentant de l'ancien monde". (afp)
Lundi 11 Décembre 2017 - 21:24





Nouveau commentaire :
Twitter