Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 









Voeux 2019 : Emmanuel Macron veut réparer une France déchirée


Lundi 31 Décembre 2018 modifié le Mardi 1 Janvier 2019 - 14:09

Le président de la République a exprimé ses voeux devant les Français pour l'année 2019. Il est notamment revenu sur la colère exprimée par les Gilets jaunes.




Voeux 2019 : Emmanuel Macron veut réparer une France déchirée
Pour ses voeux 2019, Emmanuel Macron n'a pas prononcé une fois les mots Gilets jaunes, mais le mouvement était bel et bien à l'esprit du président. Lors de son allocution depuis le palais de l'Élysée, le chef de l'État, dont la cote de confiance continue de chuter, a reconnu que la France avait vécu, en 2018, "de grands déchirements" et une "colère a éclaté qui venait de loin". Pour Emmanuel Macron, une chose est sûre, cette colère exprimée depuis le mois de novembre par les Gilets jaunes, traduit une volonté des Français de ne pas se résigner.

Sans citer les Gilets jaunes, le chef de l'Etat a donc évoqué dans son allocution "une colère contre les injustices, contre le cours d'une mondialisation parfois incompréhensible, colère contre un système administratif devenu trop complexe et manquant de bienveillance, colère aussi contre des changements profonds qui interrogent notre société sur son identité et son sens." "Cette colère", a-t-il poursuivi, "a dit une chose à mes yeux, quels que soient ses excès et ses débordements : nous ne sommes pas résignés. Notre pays veut bâtir un avenir meilleur reposant sur notre capacité à inventer de nouvelles manières de faire et d'être ensemble. Telle est à mes yeux la leçon de 2018". Le chef de l'Etat a également estimé que "les résultats" des réformes engagées depuis le début du quinquennat "ne peuvent pas être immédiats et l'impatience que je partage ne saurait justifier aucun renoncement".

L'ordre républicain avant tout

Mais le président a aussi condamné les violences qui ont pu être observées lors des diverses manifestations du mouvement des Gilets jaunes. Dans son allocution, il s'est ainsi élevé contre "les porte-voix d'une foule haineuse", affirmant dans une allusion aux débordements de la mobilisation que "l'ordre républicain sera assuré sans complaisance". "Que certains prennent pour prétexte de parler au nom du peuple (...) et n'étant en fait que les porte-voix d'une foule haineuse, s'en prennent aux élus, aux forces de l'ordre, aux journalistes, aux juifs, aux étrangers, aux homosexuels, c'est tout simplement la négation de la France", a ainsi déclaré le président lors de ses voeux aux Français.

Emmanuel Macron a également appelé les Français à "faire mieux". "Cessons de nous déconsidérer ou de faire croire que la France serait un pays où les solidarités n'existent pas, où il faudrait dépenser toujours davantage", a-t-il déclaré. "Nous pouvons faire mieux et nous devons faire mieux", a affirmé le chef de l'Etat. "Nous assurer que nos services publics restent présents partout où nous en avons besoin. Que les médecins s'installent où il en manque, dans certaines campagnes ou dans des villes ou des quartiers où il n'y en a plus".

Gare aux fake news !

Le chef de l'État a également dénoncé lundi la désinformation, les "manipulations" et les "intoxications" qui entament selon lui la "confiance démocratique". "Parler vrai, c'est parler de la réalité", a-t-il lancé dans son allocution exprimant ainsi un "voeu de vérité". Voeu qui selon lui est "aussi celui qui doit nous conduire, afin de demeurer une démocratie robuste, à mieux nous protéger des fausses informations, des manipulations et des intoxications".

"On peut débattre de tout", a-t-il poursuivi, "mais débattre du faux peut nous égarer, surtout lorsque c'est sous l'impulsion d'intérêts particuliers. A l'heure des réseaux sociaux, du culte de l'immédiateté et de l'image, du commentaire permanent, il est indispensable de rebâtir une confiance démocratique dans la vérité de l'information reposant sur des règles de transparence et d'éthique". Le mouvement des Gilets jaunes a notamment donné lieu au partage de nombreuses fausses informations, et de théories complotistes, notamment au sujet du pacte de l'ONU sur les migrations signé début décembre à Marrakech, au Maroc.

Lundi 31 Décembre 2018 - 21:52

Atlasinfo (source AFP)




Nouveau commentaire :
Twitter