Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 









Tunisie: limogeage du ministre de l'Energie poursuivi pour corruption


Vendredi 31 Août 2018 modifié le Samedi 1 Septembre 2018 - 00:05

Le Premier ministre tunisien Youssef Chahed a limogé le ministre de l'Energie et des Mines Khaled Kaddour, poursuivi depuis 2017 pour corruption, ainsi que d'autres hauts responsables de ce ministère, selon un communiqué officiel publié vendredi.




Tunisie: limogeage du ministre de l'Energie poursuivi pour corruption
Ministre de l'Energie depuis septembre 2017, M. Kaddour, 60 ans, avait comparu en novembre 2017 devant un juge du pôle financier pour "corruption administrative et financière" au sein du ministère, mais était resté à son poste. Son procès est toujours en cours.

Le secrétaire d'Etat du ministère de l'Energie, Hachem Hmidi, les deux directeurs généraux --respectivement des affaires juridiques et des carburants-- ainsi que le PDG de l'Entreprise tunisienne d'activités pétrolières (Etap) ont aussi été démis de leurs fonctions.

"Tous les responsables seront convoqués et entendus par la justice pour avoir permis à une personne d'exploiter des puits pétroliers et d'en avoir tiré profit sans autorisation", a déclaré vendredi le porte-parole du gouvernement, Iyed Dahmani.

"Il y a un problème réel dans la gouvernance du secteur de l'Energie", a-t-il ajouté.

Outre l'ouverture d'une enquête sur le fonctionnement du ministère de l'Energie, il a été décidé de former une commission d'experts pour restructurer ce ministère qui va être rattaché à celui de l'Industrie, selon le communiqué qui ne précise pas si cette mesure est temporaire.

Fadhel Abdelkéfi, ministre des Finances par intérim et ministre de l'Investissement, avait également été contraint à démissionner en août 2017 après une condamnation à trois ans de prison pour corruption, à l'issue d'un procès par contumace dont il avait indiqué ne pas avoir été informé. Après avoir fait appel, il avait finalement bénéficié d'un non-lieu.

La corruption, qui était déjà un fléau sous le président Zine el Abidine Ben Ali, déchu en 2011, est aujourd'hui endémique, selon plusieurs responsables de l'Etat et des ONG.

M. Chahed assure quotidiennement que la lutte contre la corruption est l'une de ses priorités.
Vendredi 31 Août 2018 - 16:30

Avec afp




Nouveau commentaire :
Twitter