Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 









Trump menace de libérer les jihadistes européens détenus en Syrie dans leur pays d'origine


Mercredi 21 Août 2019 modifié le Jeudi 22 Août 2019 - 14:58




Trump menace de libérer les jihadistes européens détenus en Syrie dans leur pays d'origine
Donald Trump a menacé mercredi de libérer dans leur pays d'origine les jihadistes européens détenus en Syrie si les pays européens, comme la France et l'Allemagne, ne les rapatriaient pas eux-mêmes.

Au cours d'un échange avec les journalistes sur la pelouse de la Maison Blanche à propos de la résurgence du groupe Etat islamique (EI), le président américain a évoqué le problème des combattants étrangers de l'EI faits prisonniers par les Forces démocratiques syriennes, la coalition arabo-kurde sur laquelle les Etats-Unis se sont appuyés pour déloger l'EI de la région qu'il contrôlait à cheval sur la Syrie et l'Irak.

"Nous détenons des milliers de combattants de l'EI en ce moment. Et l'Europe doit les reprendre", a dit le milliardaire américain.

"Si l'Europe ne les reprend pas, je n'aurai pas d'autre choix que de les libérer dans les pays d'où ils viennent, c'est à dire la France, l'Allemagne et d'autres endroits", a-t-il ajouté. "Nous les avons capturés, nous en avons des milliers et maintenant, comme d'habitude, nos alliés n'en veulent pas".

"Les Etats-Unis ne vont pas les garder à Guantanamo pendant 50 ans et payer pour ça", a poursuivi le milliardaire américain.

Il a aussi rappelé que le "califat" géographique de l'Etat islamique avait été rayé de la carte, appelant les pays confrontés à l'EI à en faire davantage pour éviter une résurgence du groupe jihadiste.

"A un certain moment, la Russie, l'Afghanistan, l'Iran, l'Irak, la Turquie, il va bien falloir qu'ils se battent eux aussi", a-t-il dit. "Parce que est-ce que nous voulons rester là-bas 19 ans de plus? Je ne crois pas, non."
Mercredi 21 Août 2019 - 22:42

Atlasinfo (Source afp)




Nouveau commentaire :
Twitter