Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 









Sommet sur la sécurité nucléaire : Vers une déclaration non contraignante


Mardi 13 Avril 2010 modifié le Mardi 13 Avril 2010 - 18:43

À Washington, le président américain Barack Obama a ouvert la deuxième et dernière journée du sommet sur la sécurité nucléaire, mardi, en soulignant que l'acquisition d'une bombe atomique par Al-Qaïda constituerait une « catastrophe pour le monde ».




Sommet sur la sécurité nucléaire : Vers une déclaration non contraignante
« Deux décennies après la fin de la guerre froide, nous devons constater l'ironie cruelle de l'histoire : le risque d'un affrontement nucléaire entre des pays a diminué, mais le risque d'une attaque nucléaire a augmenté », a-t-il déclaré.

Le sommet doit se conclure cet après-midi par une déclaration politique non contraignante dans laquelle les 47 États participants s'entendraient pour sécuriser l'ensemble des matériaux nucléaires d'ici quatre ans.

Le sommet a donné lieu à un premier engagement, lundi. Selon la Maison-Blanche, l'Ukraine a promis de se débarrasser d'ici 2012 de tout son uranium hautement enrichi, une quantité suffisante pour produire plusieurs bombes nucléaires.

Le président Obama a par ailleurs annoncé que le prochain sommet sur la sécurité nucléaire aura lieu à Séoul, en Corée du Sud, en 2012.

L'Iran dans la ligne de mire

Parallèlement à ce sommet, l'administration Obama a tenu une rencontre bilatérale avec le président chinois Hu Jintao. La rencontre a permis d'aborder une fois de plus le dossier du programme nucléaire iranien.

Mardi, une porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Jiang Yu, a réitéré que Pékin persistait à croire que le dialogue et la négociation constituent le meilleur moyen de résoudre ce problème.

Elle a cependant précisé que la Chine appuyait une stratégie combinant une approche diplomatique et la possibilité de sanctions internationales envers la République islamique.

Washington et ses alliés occidentaux préconisent de telles sanctions, et Moscou a récemment envoyé des signaux plutôt favorables à cette approche.

L'appui de Pékin à cette approche pourrait permettre au Conseil de sécurité de l'ONU de se pencher formellement sur le sujet.
Mardi 13 Avril 2010 - 18:41

D'après Radio-Canada




Nouveau commentaire :
Twitter