Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 









Sommet du G7 à Biarritz : L'heure est au bilan


Mardi 27 Août 2019 modifié le Mercredi 28 Août 2019 - 09:55

Emmanuel Macron le voulait « utile », le Sommet du G7, qui a rassemblé durant trois jours les chefs d’Etat et de gouvernement de sept pays parmi les puissances économiques mondiales, faute d'aboutir à des résultats concrets, aura eu comme mérite de discuter « franchement » de sujets brûlants sur la scène internationale, souvent source de dissensions: guerre commerciale, nucléaire iranien, taxe GAFA, environnement…




Ce genre de rencontres internationales budgétivores, qui n’aboutissent souvent à rien de concret vu leur caractère informel, est souvent dénoncé comme inutile par les anti-G7. Pourtant, dès le début du sommet à Biarritz, le président français a donné le ton en défendant avec force, l’idée d’une rencontre « utile ».

"Cette réunion est utile, importante". Elle devrait "pouvoir assurer la stabilité et protéger la paix dans le monde", a affirmé Emmanuel Macron en expliquant, dans une allocution télévisée « les enjeux » de ce G7.

Selon Le Monde, « l'événement international a permis d'étaler (au moins) sur la table les dossiers les plus urgents pour le cours du globe: le nucléaire iranien comme les tensions dans le Golfe, les incendies ravageant l'Amazonie autant que les risques de récessions économiques, la situation africaine, la guerre commerciale opposant la Chine et les Etats-unis, les conditions d'un retour de la Russie au sein d'un G8 retrouvé. Et la liste n'est pas exhaustive ».

Dès lors quel bilan tirer de cette rencontre des plus puissants? La photo de famille immortalisant la rencontre des dirigeants du G7 aux côtés d’autres chefs d’Etat de pays invités, affichant un sourire de circonstance est-elle un indicateur ?

Lors d’une conférence de presse commune, le Président français Emmanuel Macron et son homologue américain Donald Trump, se sont félicités d’un Sommet « réussi ». "Ce G7 a été une grande réussite, beaucoup d'unité. (…) C'était vraiment une très bonne réunion entre sept pays », a déclaré Donald Trump qui a tenu à exprimer ses remerciements au président français et « au formidable pays qu'est la France".

De son côté, le président français a salué un "travail extrêmement productif" et de "très bons échanges". "Il y a eu beaucoup de nervosité au début de ce G7, beaucoup d'attente, et je peux ici vraiment dire que ce à quoi nous avons tenu ensemble particulièrement c'est qu'un message d'unité, un esprit positif des discussions puissent ressortir, et c'est vraiment ce qui est ressorti de nos échanges", a-t-il déclaré.

Mais à part cet échange de mots protocolaires bienveillants, qu’en est-il exactement ? Le Sommet a-t-il abouti à des résultats ? Des avancées ont-elles pu être réalisées ?

Selon les observateurs, alors que l’on craignait un flop similaire à celui du G7 dernier au Canada, le Sommet de Biarritz a pu aboutir à quelques avancées notamment sur le dossier nucléaire iranien, sur les tensions économiques entre la Chine et les USA, sur la taxe GAFA ainsi que sur l’Amazonie.

Durant ces trois jours, le Sommet a réussi donc à faire bouger les lignes. Ainsi, le coup de théâtre de la visite surprise du ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, à Biarritz, a permis de relancer les discussions autour du nucléaire, alors que le Golfe était au bord de l'embrasement cet été après une série d'attaques de pétroliers et la destruction par l'Iran d'un drone américain.

Donald Trump s'est même dit prêt à rencontrer le président iranien Hassan Rohani. "Si les circonstances sont convenables, je serai certainement d'accord" pour le rencontrer, a déclaré le Président américain au côté d'un Emmanuel Macron, qui oeuvre activement depuis plusieurs semaines en faveur de ce scénario. Une rencontre qui pourrait avoir lieu "dans les prochaines semaines".

Sur la taxe des géants du numérique GAFA, sujet de discorde entre Paris et Washington, les discussions ont surtout permis d’aplanir et d’apaiser la situation. "Mais il reste encore tout à bâtir". En effet, observent les analystes, l’accord auquel sont parvenus Paris et Washington, après d’intenses discussions, repose sur la capacité de tous les pays du G7 de s'entendre en 2020 sur une taxe internationale pour les multinationales du numérique.

Le Président français, qui a lui même reconnu « une taxe très imparfaite », a indiqué qu’une fois cette fiscalité multilatérale entrera en vigueur, la France "supprimera" sa taxe et « remboursera aux entreprises leur versement sous forme de déduction ».

Les pays du G7 ont, par ailleurs, annoncé leur intention de débloquer une aide d'urgence de 20 millions d'euros pour lutter contre les incendies dans les forêts amazoniennes, alors que les images du "poumon de la planète" en feu suscitent une émotion mondiale.

La guerre commerciale entre la Chine et les USA, qui s’est imposée avec force lors de ce G7, semble elle s’acheminer vers une issue, avec l’annonce par le président Trump, en marge du G7, d’une reprise "très prochainement" des négociations commerciales avec la Chine.

L’Afrique n’est pas du reste. Le continent s’est invité au sommet d'un G7, placé sous le vœu pieux de « la lutte contre les inégalités ».

Une réunion de travail sur le thème «Partenariat du G7 avec l’Afrique », a rassemblé, dimanche après-midi à Biarritz, autour de la même table, les dirigeants du G7 et les chefs d’Etat de cinq pays africains : Faso Roch Marc Christian Kaboré, en sa qualité de président du G5 Sahel, Macky Sall, en tant que président du Nouveau Partenariat pour le développement de l’Afrique (Nepad), Abdel Fattah al-Sissi, actuel président de l’Union africaine, Paul Kagame, qui a exercé en 2018 la présidence de l’Union africaine (UA), ainsi que le président Sud-africain Cyril Ramaphosa.

Moussa Faki, président de la commission de l’Union africaine et Akinwumi Adesina, président de la Banque africaine de développement, étaient également présents à cette session élargie.

L’accélération économique en Afrique, les enjeux de sécurité dans la région du Sahel, la situation en Libye, les inégalités du genre… Autant de questions qui ont été évoquées lors de cette réunion de travail inédite dont l’objectif, assure l’Elysée, est de bâtir « un partenariat renouvelé", "d'égal à égal avec ce continent d'avenir".

Le Président français, qui s’est exprimé samedi sur « les enjeux de ce G7 pour la France », avait expliqué les raisons qui ont poussé son pays, qui assure la présidence annuelle du G7, à consacrer une session à l’Afrique. « J’ai décidé (…) de mettre l’Afrique au cœur de l’Afrique. C’est notre voisin le plus proche. C’est notre quotidien d’aujourd’hui et de demain », a dit Emmanuel Macron.

« Nous allons donc investir fortement sur ce sujet avec nos partenaires africains», a également indiqué le chef de l’Etat français affirmant que le G7 aura « des initiatives fortes et nouvelles pour l’Afrique ».

Le Sommet de Biarritz s’est soldé par un « pacte de partenariat entre le G7 et l’Afrique ». Les pays membres du G7 et les pays africains invités ont ainsi conclu un partenariat pour la « promotion de l’entrepreneuriat fe minin », la « transformation nume rique » et la « transparence des marche s publics et la lutte conjointe contre la corruption » en Afrique. Un document intitulé « déclaration de Biarritz pour un partenariat entre le G7 et l’Afrique » a même été signé à cette occasion.

Mais la seule initiative concrète reste la décision du G7 d’accorder un prêt global de 251 millions de dollars à la BAD, pour soutenir l'initiative AFAWA, en faveur de entrepreneuriat féminin en Afrique. Il s’agit, selon le président de la BAD, de l’effort financier en faveur des femmes « le plus important » de l’histoire du continent.

Lancée en 2016, l’Action positive pour le financement en faveur des femmes en Afrique (AFAWA), vise à débloquer l’accès au financement pour les femmes entrepreneuses, et établit un mécanisme d’autonomisation économique.

Bref ! Au cours des trois jours qu’aura duré le Sommet du G7, la diplomatie a retrouvé pleinement ses droits. En faisant le pari de ne pas chercher d’accord à tout prix, le président français, Emmanuel Macron a gagné celui de créer des avancées, soulignent les observateurs.

Rendez-vous donné pour le prochain Sommet du G7 qui se déroulera en 2020 en terre américaine. La proposition de Donald Trump de l’accueillir sur l’une de ses propriétés à Miami commence déjà à faire jaser!!!
Mardi 27 Août 2019 - 12:33

Atlasunfo avec agences




Nouveau commentaire :
Twitter