Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 









Prothèses vaginales: Johnson & Johnson accepte de verser 117 millions de dollars


Jeudi 17 Octobre 2019 modifié le Jeudi 17 Octobre 2019 - 22:24




Johnson & Johnson a accepté de verser près de 117 millions de dollars pour régler un différend judiciaire avec plusieurs Etats américains sur la commercialisation de prothèses vaginales, selon un communiqué publié jeudi par les procureurs généraux de 41 Etats et de Washington.

Le géant pharmaceutique était accusé d'avoir mis en vente des prothèses vaginales dangereuses pour la santé de certaines femmes, pouvant notamment causer des douleurs chroniques, des inflammations ou des cicatrices.

Au courant de ces possibles complications médicales, Johnson & Johnson n'a pas suffisamment averti les consommateurs ou les médecins posant les prothèses, selon les procureurs généraux.

"La santé et la sécurité sont plus importantes que les profits", a déclaré la procureure de l'Etat de New York, Letitia James.

"Tant que Johnson & Johnson et sa filiale (Ethicon, NDLR) privilégiaient les revenus à la santé des citoyens, les femmes étaient en danger. Mon bureau ne ménagera jamais ses efforts pour tenir responsables les entreprises qui mettent en danger la santé de ses consommateurs", a poursuivi Mme James.

En plus des sommes versées aux Etats, le géant pharmaceutique est sommé de mieux avertir les consommateurs au sujet des risques de ces prothèses, utilisée par des femmes souffrant d'incontinence urinaire ou de descentes d'organe.

Johnson & Johnson fait face à de nombreux autres fronts judiciaires, notamment pour sa responsabilité dans la crise des opiacés et pour la commercialisation d'un talc pour bébé accusé d'être responsable du cancer des ovaires.

Le groupe a par ailleurs été condamné la semaine dernière par un jury de Pennsylvanie à payer huit milliards de dollars de dommages et intérêts pour n'avoir pas prévenu qu'un de ses médicaments utilisés en psychiatrie faisait pousser la poitrine chez les hommes.

Ce jugement a été immédiatement dénoncé par le géant pharmaceutique qui va faire appel.
Jeudi 17 Octobre 2019 - 22:23

Atlasinfo (AFP)




Nouveau commentaire :
Twitter