Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 









Présidentielle au Sénégal : le Conseil constitutionnel confirme la liste définitive de 5 candidats


Lundi 21 Janvier 2019 modifié le Mardi 22 Janvier 2019 - 08:14

Le Conseil Constitutionnel a publié, dimanche soir, la liste définitive des candidats à l'élection présidentielle au Sénégal, prévue le 24 février prochain, comprenant le président sortant, Macky Sall, Idrissa Seck, Ousmane Sonko, Madické Niang et Issa Sall.




Macky Sall
Macky Sall
L'ancien maire de Dakar Khalifa Sall et Karim Wade, fils de l’ancien président Abdoulaye Wade, qui avaient introduit des recours sont définitivement écartés de la course. Lundi dernier, le Conseil constitutionnel, composé de "sept sages", avait publié une liste provisoire de cinq candidats. Le candidat de la majorité présidentielle réunie autour de la coalition Benno Bokk Yakaar Macky Sall, aura en face de lui, le 24 février prochain, l'ancien Premier ministre Idrissa Seck (Rewmi), Ousmane Sonko (Pastef/ Patriotes du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité), l'ancien ministre des Affaires étrangères Madické Niang (dissident du Parti démocratique sénégalais/PDS) et le député Issa Sall (Parti de l’unité et du rassemblement/PUR).

Le président Macky Sall, en poste depuis 2012, brigue un second mandat de 5 ans.

A rappeler que Khalifa Sall, qui séjourne en prison depuis plus de 2 ans, a été révoqué de la mairie de Dakar après sa condamnation en appel et radié de l'assemblée nationale après l'arrêt de la Cour suprême. Khalifa Sall, hors course pour cette élection présidentielle désormais, est condamné pour les délits d'escroquerie, faux et usage de faux en écriture publique et privée sur des derniers publics.

Quant à Karim Wade, fils aîné de l'ex-président Abdoulaye Wade et candidat déclaré du PDS, il a été condamné par la Cour de répression de l'enrichissement illicite (Crei) à 6 ans ferme et une amende de 138 milliards FCFA à payer à l'Etat, avant d'obtenir, après trois ans de peine, une grâce présidentielle.
Lundi 21 Janvier 2019 - 11:05

Atlasinfo (avec MAP)




Nouveau commentaire :
Twitter