Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 









Plan pauvreté : Macron annonce la création d'un revenu universel d'activité


Jeudi 13 Septembre 2018 modifié le Vendredi 14 Septembre 2018 - 23:24




Emmanuel Macron a dévoilé, jeudi, un plan très attendu de lutte contre la pauvreté, d'un montant de huit milliards d'euros sur quatre ans en appelant à « ne pas oublier les derniers de cordée » de la société française. « Nous nous sommes trop souvent habitués » au « scandale de la pauvreté », a déclaré le chef de l'État devant quelque 400 personnes au musée de l'Homme à Paris. Il a donc appelé à « lancer un combat neuf, indispensable, vital pour notre pays, celui de décider résolument de ne plus oublier personne ». Il a annoncé une « loi en 2020 » visant à créer « un revenu universel d'activité » qui fusionnerait plusieurs prestations sociales pour « garantir un seuil minimal de dignité » à tous.

En présentant lui-même la « stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté », Emmanuel Macron cherche à briser l'image de « président des riches » que lui colle l'opposition et qui a contribué à sa forte baisse dans les sondages. Il donne aussi des gages à l'aile gauche de sa majorité, qui appelait à un tournant social de la politique gouvernementale jugée trop libérale par certains élus.

Au début de son discours, il a ainsi repris sa formule sur les « premiers de cordée » qu'il avait utilisée à l'automne 2017 et qui lui avait valu une volée de bois vert. « Personne n'est premier de cordée si le reste de la société ne suit pas », a-t-il souligné, en appelant « les premiers de cordée à ne pas oublier les derniers de cordée ».

« Refuser la fatalité sociale, c'est lutter contre ce déterminisme qui, dès l'enfance, détruit des trajectoires de vie. [...] Il y a dans chaque enfant, à commencer par un enfant qui naît dans une famille pauvre, un Mozart qu'on assassine parce qu'on décide de fait qu'il n'a aucune chance de devenir Mozart », a ajouté le chef de l'État. Il a annoncé que 50 millions seraient consacrés à l'aide sociale à l'enfance et sa volonté d'étendre le repas à un euro dans les cantines pour les plus fragiles.

8,8 millions de personnes pauvres

Avant de s'exprimer devant plusieurs ministres, dont celle des Solidarités Agnès Buzyn, Emmanuel Macron a entendu les témoignages « de personnes vivant dans la précarité ou ayant réussi à en sortir » interrogées par le délégué interministériel chargé du dossier, Olivier Noblecourt. La France comptait en 2016 quelque 8,8 millions de personnes pauvres, soit 14 % de la population, selon l'Insee. Ce taux monte à 19,8 % pour les moins de 18 ans. Sont considérés comme pauvres celles et ceux qui perçoivent moins de 1 026 euros par mois (pour une personne seule), c'est-à-dire moins de 60 % du revenu médian de la population.

Le montant de la « stratégie nationale » s'élèvera à huit milliards d'euros répartis sur quatre ans, jusqu'à la fin du quinquennat, et ses mesures sont déjà « entièrement financées », selon l'Élysée. Elle s'appuiera sur deux « piliers » : la prévention de la précarité, notamment chez les plus jeunes, et l'aide à la réinsertion vers l'emploi. Sur le premier volet, le plan prévoit notamment d'ouvrir davantage les crèches aux enfants de quartiers prioritaires ou défavorisés – via des bonus financiers aux collectivités –, de créer un fonds pour financer des petits-déjeuners dans les écoles prioritaires.

« L'accès à la cantine sera rendu plus universel en développant les repas à un euro », a précisé Emmanuel Macron. Pour les jeunes, l'obligation de formation passera de 16 à 18 ans. Des moyens supplémentaires seront attribués aux missions locales pour qu'elles repèrent les décrocheurs du système scolaire et leur proposent des formations. En outre, le dispositif « garantie jeune », pour les 16-25 ans les plus éloignés de l'emploi, sera étendu à « 500 000 jeunes avant la fin du quinquennat », contre 100 000 actuellement.

Jeudi 13 Septembre 2018 - 14:40

Atlasinfo (AFP)




Nouveau commentaire :
Twitter