Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 









Peine de mort pour les assassins de deux touristes scandinaves au Maroc


Jeudi 18 Juillet 2019 modifié le Samedi 20 Juillet 2019 - 01:38




-Un tri­bu­nal an­ti­ter­ro­riste marocain a condamné jeudi à la peine de mort trois hommes pour l'as­sas­si­nat de deux tou­ristes scan­di­naves dé­ca­pi­tées en dé­cembre au Maroc au nom du groupe Etat is­la­mique (EI).

Le pre­mier, Ab­des­sa­mad Ej­joud, un mar­chand am­bu­lant de 25 ans, avait avoué avoir or­ga­nisé l'ex­pé­di­tion meur­trière avec deux com­pa­gnons, Younes Oua­ziyad, un me­nui­sier de 27 ans, et Ra­chid Afatti, 33 ans, qui avait filmé la scène.

Louisa Ves­te­ra­ger Jes­per­sen, une étu­diante da­noise de 24 ans, et son amie Maren Ue­land, une Nor­vé­gienne de 28 ans, ont été tuées alors qu'elles cam­paient sur un site isolé dans le Haut-At­las, une ré­gion mon­ta­gneuse du sud du Maroc pri­sée des ran­don­neurs.

Un groupe de 24 hommes soup­çon­nés d'être liés à ces meurtres et/ou d'ap­par­te­nir à une cel­lule ji­ha­diste était jugé de­puis début mai à Salé, près de Rabat. Les 21 autres ac­cu­sés ont écopé de peines al­lant de cinq ans de pri­son à la per­pé­tuité.

Parmi eux fi­gure un His­pano-Suisse converti à l'is­lam, condamné à 20 ans de pri­son pour « consti­tu­tion de bande ter­ro­riste ». Il était notamment accusé d'avoir appris aux principaux suspects à utiliser une messagerie cryptée et de les avoir "entraînés au tir".

Le tri­bu­nal a éga­le­ment condamné les trois hommes re­con­nus cou­pables d'as­sas­si­nat, ainsi qu'un de leurs com­plices, à ver­ser deux mil­lions de di­rhams (190.000 euros) de dé­dom­ma­ge­ments aux pa­rents de Maren Ue­land.

Mais il a re­fusé la de­mande de la fa­mille de Louisa Ves­te­ra­ger Jes­per­sen qui ré­cla­mait 10 mil­lions de di­rhams (930.000 euros) de la part de l'Etat marocain pour sa « res­pon­sa­bi­lité mo­rale ».

"Il n'y a de Dieu que Dieu (...) Qu'il me pardonne", avait lancé le cerveau du groupe Abdessamad Ejjoud, dans ses derniers mots avant le délibéré. Il s'est présenté à l'audience vêtu de l'habit traditionnel des salafistes, portant barbe et un "kufi", bonnet blanc vissé sur la tête.

Le marchand ambulant radicalisé avait diffusé sur les réseaux sociaux des images de la décapitation et une déclaration d'allégeance à l'EI, organisation jihadiste qui n'a jamais revendiqué le double assassinat.

Jeudi 18 Juillet 2019 - 19:49





Nouveau commentaire :
Twitter