Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 








Mayotte : un accord de principe trouvé pour sortir de la crise


Mercredi 14 Mars 2018 modifié le Jeudi 15 Mars 2018 - 12:36

Après plus de cinq heures de négociations, un compromis a été trouvé. Ainsi, une levée des barrages routiers sera proposée mercredi à la population.




Mayotte : un accord de principe trouvé pour sortir de la crise
L'un des porte-parole du mouvement social qui secoue Mayotte depuis près de quatre semaines a annoncé mardi soir, au bout de cinq heures de négociations avec la ministre des Outre-mer Annick Girardin, qu'une levée des barrages routiers serait proposée mercredi à la population. « On a des avancées réelles, le plan de lutte contre l'insécurité est acté », a déclaré ce porte-parole, Fatihou Ibrahime, à la sortie des négociations à Dzaoudzi. « Nous avons demandé 15 mesures d'urgence supplémentaires, la ministre s'est engagée à remettre plus d'État sur le territoire », a-t-il ajouté.

Vers un mois de travail intensif

« Nous allons rassembler demain la population place de la République », au chef-lieu Mamoudzou. « Nous allons proposer cela et voir avec eux s'ils voient favorablement la levée des barrages. Ils seront les seuls à décider », a-t-il néanmoins déclaré. « Je souhaite le retour au calme dans le territoire le plus vite possible puisque nous avons devant nous un court mois de travail », a de son côté annoncé Annick Girardin. Au bout de ce délai, seront évalués par le gouvernement et l'intersyndicale les travaux engagés par trois « missionnaires » ayant accompagné la ministre dans ce voyage : Jean-Jacques Brot, ancien préfet de Mayotte, le général Lucas Lambert, directeur de la gendarmerie de l'Outre-mer et Jean Courtial, conseiller d'État.

Dans l'entourage de la ministre, repartie de Mayotte mardi soir avec l'intention de se rendre au conseil des ministres à Paris mercredi, on évoquait « un accord de principe pour une nouvelle méthode, des mesures pour la sécurité et mieux d'État ». « Nous espérons que l'État n'est pas en train de nous mener en bateau », a exprimé de son côté Fatihou Ibrahime. « C'est un travail qui est fait sur la base de la confiance, nous allons juger pendant un mois. Il faut qu'on se donne le temps de restaurer la confiance. »

Des manifestations ont lieu pendant les négociations


Avant ces négociations, plusieurs milliers de personnes avaient manifesté à Mamoudzou contre l'insécurité et l'immigration clandestine en provenance des Comores, à 70 kilomètres de là, mais aussi pour réclamer davantage d'actions de l'État. Mayotte est secouée depuis mardi 20 février par un mouvement de contestation populaire prenant de multiples formes : manifestations dans les rues du chef-lieu, opération escargot, opération « île morte », blocage de la liaison maritime entre Grande-Terre et Petite-Terre, et barrages érigés sur les axes routiers principaux paralysant une partie de la circulation toute la journée.

Dans le même temps, entre 200 à 300 manifestants ont investi le conseil départemental pour dénoncer la « trahison » de certains élus qui avaient accepté la veille de discuter avec la ministre, à Dzaoudzi. Le porte-parole du collectif des citoyens a qualifié l'événement d'« absolument regrettable ».

Avec afp
Mercredi 14 Mars 2018 - 07:40





Nouveau commentaire :
Twitter