Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 









Mauritanie: un député antiesclavagiste jugé pour "menaces" contre un journaliste


Lundi 31 Décembre 2018 modifié le Mardi 1 Janvier 2019 - 14:22




Le procès du député d'opposition et antiesclavagiste mauritanien Biram Ould Dah Ould Abeid, accusé de "menaces" contre un journaliste, s'est ouvert lundi devant un tribunal de Nouakchott, a constaté un journaliste de l'AFP.

Le procès se déroulait sous forte surveillance policière dans un tribunal correctionnel de la capitale, où des centaines de supporteurs de M. Ould Abeid et des militants de son ONG antiesclavagiste s'étaient regroupés lundi pour réclamer sa relaxe, selon un journaliste de l'AFP.

M. Ould Abeid, président de l'Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA, ONG antiesclavagiste), est en détention préventive depuis août.

Il est jugé sur plainte du journaliste mauritanien Deddah Abdallah pour "atteinte à l'intégrité d'autrui et menace d'usage de la violence" dans des messages sur les réseaux sociaux.

M. Ould Abeid est jugé avec un militant de son ONG, Abdallahi Ould Housseine, inculpé et écroué en même temps que lui, en août, pour "complicité".

Dès l'ouverture du procès, le bâtonnier de l'ordre des avocats, Me Cheikh Ould Hindi, membre du collectif des avocats de la défense de M. Ould Abeid, a déclaré "l'impossibilité pour un député d'être jugé sans que soit levée son immunité parlementaire par l'Assemblée nationale".

La levée de cette immunité "s'impose même si les poursuites contre lui avaient été engagées avant son élection", a dit Me Cheikh Ould Hindi.

Le militant antiesclavagiste a été élu député lors des législatives de septembre remportées par le pouvoir, sous les couleurs du parti Assawab, aux orientations baassistes (nationaliste arabe), qui a fait alliance avec l'aile politique de l'IRA.

Le journaliste Deddah Abdallah, à l'origine de la plainte contre M. Ould Abeid, avait réalisé un documentaire sur cette alliance, qualifiée de "contre nature", au cours duquel étaient interrogés des alliés et adversaires du militant antiesclavagiste sur son parcours politique et humanitaire.

Lundi 31 Décembre 2018 - 15:20

Atlasinfo (AFP)




Nouveau commentaire :
Twitter