Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 









Maroc: trois "grands" barrages seront construits dans le Nord


Vendredi 19 Avril 2019 modifié le Dimanche 21 Avril 2019 - 13:50




Maroc: trois "grands" barrages seront construits dans le Nord
Trois "grands" barrages seront édifiés dans le nord du Maroc pour répondre à des besoins en eau de plus en plus importants, a annoncé le Palais royal alors que la question de la gestion de l'eau a été érigée en priorité à Rabat.

La décision a été prise au cours d'une réunion présidée jeudi soir par le roi Mohammed VI, en présence du chef du gouvernement Saad-Eddine El Othmani, de ministres et de conseillers royaux, a annoncé le cabinet royal.

Le roi Mohammed VI a notamment "mis l'accent sur la question de l'approvisionnement en eau dans les zones couvrant le nord et nord-est du royaume", qui s’étendent d’Oujda à Tanger.

Ces régions voient leurs besoins en eau plus que doubler en été et actuellement toute l’année, du fait du développement du tourisme et de la dynamique remarquable générée par les importants projets industriels déjà installés ou projets et emplois créés par ces domaines, a-t-on ajouté de même source.

Ces projets socio-économiques à l’image de l’écosystème de production automobile Renault ou encore du projet de Cité Tanger Tech Mohammed VI mené en partenariat avec des opérateurs chinois, requièrent un renforcement de la capacité d’approvisionnement en eau, selon le communiqué royal.

"Ces besoins seront satisfaits grâce à des schémas d’interconnexions et aux trois nouveaux grands barrages qui seront édifiés dans cette zone, dont celui de Bni Mansour qui aura une capacité de plus d’un Milliard de mètres cubes", a-t-on affirmé.

Le souverain a par ailleurs ordonné au gouvernement de finaliser "le programme prioritaire national concernant l'eau et sa gestion", qui devra répondre aux problèmes d'approvisionnement dans les zones les plus touchées.

Le Maroc est en situation de stress hydrique en raison d'un déficit pluviométrique chronique combiné à la surexploitation des nappes phréatiques par l'agriculture, selon les experts.



Vendredi 19 Avril 2019 - 18:01





Nouveau commentaire :
Twitter