Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 








Marine Le Pen veut relever à Lille un parti en proie au doute


Vendredi 9 Mars 2018 modifié le Vendredi 9 Mars 2018 - 18:45




Marine Le Pen veut relever à Lille un parti en proie au doute
Marine Le Pen va tenter lors du congrès de "refondation" du Front national, à Lille samedi et dimanche, de relever un parti en proie au doute, parasité par les critiques de son père, les ambitions de sa nièce et les affaires, mais prêt à changer de nom.

"L'échec n'est pas fatal, ce qui compte, c'est le courage de continuer", assure en évoquant Winston Churchill la finaliste à l'élection présidentielle, battue par Emmanuel Macron mais qui a engrangé un record de près de 11 millions de voix (33,9 %) au second tour.

Seule candidate à sa succession, la présidente du FN est assurée d'être réélue et viendra dimanche avec trois lignes directrices: "s'implanter, s'allier, gouverner", une petite révolution pour un parti d'extrême droite marqué par une culture d'opposition, peu familier des alliances.

Elle entend à cet égard présenter une liste de "rassemblement" des "nationaux" contre les "mondialistes" aux européennes.

Pour parachever le ravalement "du sol au plafond", la dirigeante frontiste proposera un nouveau nom, même si la perte de l'appellation historique ne fait pas l'unanimité. Un vote aura lieu après le congrès.

Les militants ont validé à une "courte majorité" le principe d'un changement de nom, dans un questionnaire envoyé aux 51.000 adhérents, et dont les résultats seront présentés samedi.

Reste à savoir si le nouveau comité central (parlement) reflètera ce nouveau départ. Les congressistes y guetteront l'ordre d'arrivée des élus, baromètre d'influence au sein du parti.

Beaucoup de militants, voire des cadres, s'interrogent sur la capacité de Marine Le Pen à diriger encore le FN depuis son débat "raté" entre les deux tours, qui a contribué à la dégradation de son image auprès des Français, selon un sondage Kantar Sofres. "Subir un trou d'air" après sept ans "d'expansion" pour le FN "n'a rien d'étonnant", rétorque-t-elle.

Avec afp
Vendredi 9 Mars 2018 - 09:38





Nouveau commentaire :
Twitter