Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 








Manifestation massive à Madrid pour "la dignité" de l'emploi


Samedi 27 Mai 2017 modifié le Lundi 29 Mai 2017 - 23:38

Plusieurs dizaines de milliers d'Espagnols ont participé samedi à une "marche de la dignité" à Madrid pour rejeter la politique du gouvernement conservateur et dénoncer "conditions de travail misérables" et "salaires infimes".




Manifestation massive à Madrid pour "la dignité" de l'emploi
L'une des cibles des manifestants était la réforme du Code du travail adoptée en 2012 par le gouvernement de Mariano Rajoy, qui a contribué au reflux du chômage au prix d'une grande précarisation.

M. Rajoy, qui gouverne sans majorité parlementaire, a toujours exclu de revenir sur cette réforme.

C'est une manifestation "pour démontrer que l'Espagne idyllique qu'ils nous vendent n'est pas celle que nous connaissons", "ce gouvernement nous broie", avait déclaré un organisateur, Victor Jiménez, dans une vidéo diffusée avant la marche à laquelle appelaient des dizaines de syndicats et organisations de gauche.

Derrière la banderole "pain, travail, toit et égalité", plusieurs colonnes de manifestants - venus de tout le pays - ont convergé pour remonter la principale avenue, Gran Via.

Après sept années de crise économique, l'Espagne avait retrouvé en 2014 la croissance. Son taux de chômage, ayant frôlé les 27% début 2013, avait ensuite nettement reflué. Il s'est établi à 18,7% au premier trimestre 2017.

Mais "l'emploi actuellement créé, c'est un emploi précaire, avec des conditions de travail misérables et des salaires infimes", avait dénoncé avant la marche une organisatrice, Silvia Salamanca, ajoutant: "Le droit du travail, ils nous l'ont réduit au droit à travailler aux conditions que nous impose le patronat".

La réforme de 2012 a notamment réduit drastiquement les indemnités de licenciement et autorisé les licenciements collectifs sans motif économique.

Maria Luisa Rodriguez, aide à domicile de 44 ans, employée par une société privée pour la ville de Léon (nord), se plaignait de gagner moins de 800 euros, à temps partiel subi: "Nous sommes à disposition du matin au soir mais ils me paient seulement 27,5 heures, car c'est sans compter les temps morts ni les trajets", a dit à l'AFP cette manifestante.

Le salaire minimum - augmenté de 8% en début d'année - est de 825 euros mensuels (sur 12 mois) en Espagne.

De nombreuses pancartes appelaient au départ du Parti populaire (PP) de M. Rajoy au pouvoir depuis 2011, fustigé comme "le parti le plus corrompu d'Espagne", miné par les affaires.

La première grande "marche pour la dignité" avait eu lieu le 22 mars 2014 à Madrid.

Avec AFP
Samedi 27 Mai 2017 - 20:31





Nouveau commentaire :
Twitter