Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 









Le président de l’ESJ-Paris indigné par l’agression de son étudiante-journaliste, Soha Elomari


Mardi 8 Novembre 2016 modifié le Jeudi 10 Novembre 2016 - 16:50

L’Ecole supérieure de journalisme de Paris (ESJ), par la voix de son président, Guillaume Jobin, a vivement dénoncé mardi l’agression subie par deux de ses étudiantes en journalisme, dont Soha Elomari, la fille du leader du PAM, Elyas Elomari, prise à parti dimanche 6 novembre », lors d’une manifestation organisée par un collectif maroco-algéro-tunisien et censée rendre hommage à feu Mohsen Fikri.




Le président de l’ESJ-Paris indigné par l’agression de son étudiante-journaliste, Soha Elomari
L’ESJ Paris se réserve le droit de « poursuivre en justice » les responsables de cette agression, a précisé son président dans un communiqué.

« Soha Elomari et Léa Thirion en 3e année de journalisme TV, ont été prises à parti par des militants identifiés du PSU, avec voies de faits et menaces, alors que les deux journalistes avaient juste quitté le carré de presse pour conduire des interviews », s’est insurgé l’ESJ Paris.

"Le motif exprimé par les agresseurs est que Soha ELOMARI est la fille d’Ilyes Elomari, secrétaire général du PAM, Parti Authenticité et Modernité, arrivé en deuxième place aux dernières élections législatives marocaines (« ton père est un homme de pouvoir (makhzen) et ça me dérange)", etc.", s’est indigné le président de l'ESJ, jugeant le procédé inadmissible.

Selon le communiqué, "L’ESJ Paris dénonce ces méthodes totalitaires contraires aux lois de la France, employées contre deux jeunes filles qui ne faisaient que leur travail, et ceci au mépris des valeurs de la démocratie, de la liberté d’expression et surtout de la liberté de la presse."

"Réservant sa possibilité de poursuivre en justice, l’ESJ Paris ne donne pas l’identité des agresseurs, pourtant identifiés après enquête, ce qui est aussi un des savoir-faire des journalistes", conclut le communiqué.

Des incidents ont par ailleurs éclaté entre le comité organisateur et des ressortissants marocains venus rendre hommage à feu Mohsen Fikri. Le collectif des organisateurs leur a interdit de brandir le drapeau national. "Eloignez-vous avec votre drapeau loin de notre cercle", a crié un organisateur aux visages de ces Marocains.


Mardi 8 Novembre 2016 - 22:33

Par Atlasinfo
Mardi 8 Novembre 2016 - 22:33





Nouveau commentaire :
Twitter