Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 









Le pape termine sa tournée africaine par l'île Maurice


Lundi 9 Septembre 2019 modifié le Lundi 9 Septembre 2019 - 14:32




Après le Mozambique et Madagascar, deux des pays les pauvres au monde, le pape termine lundi sa tournée africaine d'une semaine par une visite-éclair à Maurice, une île multi-ethnique et touristique de l'océan Indien.

Dans un message vidéo adressé aux Mauriciens avant sa visite, le souverain pontife, fervent avocat du dialogue interreligieux, avait loué un peuple "riche de diverses traditions culturelles et aussi religieuses".

"Ce ne sera pas une visite du pape François aux catholiques, mais au peuple mauricien dans toute sa diversité religieuse", confirme le cardinal Maurice Piat, évêque de Port-Louis, la capitale.

La petite république majoritairement hindoue (52 %), compte 30 % de chrétiens, principalement catholiques, et 18 % de musulmans.

Le Premier ministre mauricien, Pravind Kumar Jugnauth, voit déjà la visite comme une vitrine du "succès de Maurice sur le plan économique et social, mais également comme un vrai modèle de pluralisme". "Notre diversité culturelle ne nous a jamais empêchés de créer un environnement favorisant le dialogue, la compréhension et la paix", a-t-il souligné.

Lundi, François fera son aller-retour à Maurice depuis Antananarivo, la capitale de Madagascar, avant de rentrer le lendemain à Rome.

Des milliers de personnes, certaines sur place depuis 04H00 du matin ou portant des T-shirts à l'effigie du pape, étaient déjà rassemblées dans la matinée face au monument "Marie reine de la paix", où François célébrera une messe après son arrivée en fin de matinée.

C'est au même endroit, qui surplombe Port-Louis depuis son flanc de colline, que Jean Paul II l'avait précédé en 1989.

"On est plus de 3.500 à être venus de la Réunion", a expliqué Josette, chapeau de paille sur la tête, assurant ne pas en vouloir à François d'avoir choisi de rendre visite à Maurice et Madagascar, deux autres îles de l'océan Indien. "Ce n'est pas grave, on vient ici quand on a la foi, on ne choisit pas".

Pèlerinage

"Pour nous, c'est très important de rencontrer le pape", a de son côté souligné Geneviève, Mauricienne de 47 ans venue avec sa famille et des amis. "C'est une occasion, c'est une joie".

"De plus, aujourd'hui, c'est la fête du Bienheureux père Laval, qui est l'apôtre de l'île Maurice et qui est aussi le pèlerin de la paix, comme le pape François", a-t-elle ajouté, tandis que sa soeur Magalie se réjouit de voir François, trente après avoir vu Jean-Paul II.

Car la visite de François coïncide avec le 155e anniversaire de la mort du père Jacques Désiré Laval, prêtre français décédé le 9 septembre 1864 et béatifié en 1979 par Jean Paul II. Le souverain pontife ira se recueillir sur la tombe du père Laval, considéré comme "l'apôtre des Noirs" et "l'apôtre de l'unité mauricienne".

Ce pèlerinage, qui rassemble chaque année quelque 100.000 personnes dans la nuit du 8 au 9 septembre, a été avancé cette année à la nuit du 7 au 8 septembre en raison de la visite papale.

En fin de journée, le pape argentin s'entretiendra aussi avec le président de la République, Barlen Vyapoory, au rôle principalement honorifique, et avec le Premier ministre, Pravind Kumar Jugnauth, avant de s'exprimer devant les autorités civiles et politiques du pays.

L'évêché entend accueillir le pape comme "un pèlerin écologiste" et a commencé à planter en son honneur quelque 200.000 arbres. Avant de repartir vers Madagascar dans la soirée, François procédera d'ailleurs à une bénédiction des plantes et de la nature.

Maurice, qui jouit d'une démocratie stable et d'une économie plus développée que celles ses voisins africains, contraste avec les deux autres pays visités par le pape lors de cette tournée, Madagascar et le Mozambique.

Sur place, la route qu'empruntera le pape est pavoisée des drapeaux jaunes et blancs du Vatican et de portraits de François.

Des écrans géants ont également été installé dans la capitale, où quelque 3.000 policiers ont été mobilisés pour assurer la sécurité du pape durant le visite.
Lundi 9 Septembre 2019 - 10:56

Atlasinfo (Source afp)




Nouveau commentaire :
Twitter