Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 









Le Maroc réaffirme son soutien aux efforts de l'OSCE pour faire face aux risques qui menacent la région (Boucetta)


Vendredi 7 Décembre 2018 modifié le Samedi 8 Décembre 2018 - 00:23

La Secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Mounia Boucetta, a réaffirmé, vendredi à Milan, le soutien du Maroc aux efforts de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) pour faire face aux risques qui menacent la région.




Le Maroc réaffirme son soutien aux efforts de l'OSCE pour faire face aux risques qui menacent la région (Boucetta)
S’exprimant lors de la 25ème réunion du Conseil ministériel de l’OSCE, Mme Boucetta a souligné que l'approche holistique de l'Organisation en matière de sécurité et son concept de sécurité indivisible peuvent contribuer aux réponses régionales en Méditerranée et dans la région du Sahel, précisant que "le Maroc est fortement engagé dans cette coopération et réaffirme son soutien aux efforts de l'OSCE pour faire face aux risques qui menacent notre région".

Après avoir souligné que le crime transnational et le terrorisme sont les deux faces d'une même médaille, elle a relevé que l'OSCE peut aider à développer des synergies au niveau régional et peut étendre l'utilisation des instruments de l'Organisation aux partenaires pour la coopération.

Elle a fait observer que les mesures sécuritaires pour lutter contre le terrorisme et l’extrémisme demeurent insuffisantes si elles ne s’inscrivent pas dans une approche globale et multidimensionnelle qui prend en considération d’autres initiatives dans des domaines aussi variés que la lutte contre la propagande, la promotion des véritables valeurs religieuses, mais au-delà, en s’attaquant aux causes profondes de la radicalisation que sont la marginalisation, le sous-développement et la résolution des conflits qui touchent les populations.

Par ailleurs, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, elle a appelé "à la réhabilitation des valeurs religieuses, culturelles, spirituelles et humaines, ainsi que la promotion d’un environnement de tolérance et de coexistence pacifique qui vise à priver les groupes terroristes du capital idéologique qu’ils exploitent pour justifier leurs actes barbares".

Pour ce qui est de la migration, elle a dit "regretter que cette question soit autant instrumentalisée et soit parfois réduite à un débat non constructif, parfois réducteur qui risque de priver la communauté internationale d’un rendez-vous important et de l’opportunité de traiter avec responsabilité et avec de nouvelles perspectives cette question combien sensible dans nos sociétés et d’en faire un levier pour faire émerger en commun accord des solutions durables et appropriées, loin des tensions internes et des tensions nord-sud".

Elle a rappelé, dans ce sens, que le Maroc abritera les 10 et 11 décembre 2018, la Conférence intergouvernementale relative au pacte mondial sur la migration, au cours de laquelle il sera procédé pour la 1ère fois de l’histoire de l’humanité, à l’adoption d’un document de référence sur cette question complexe.

Le Maroc, a-t-elle soutenu, plaidera pour qu’il y émerge des idées innovantes et des approches pragmatiques, transformables en actions et projets concrets, en dépassant la démarche qui ne se focalise que sur le migrant lui-même, pour s’attaquer en particulier à l’élément amplificateur de l’immigration irrégulière à savoir les réseaux de traite humaine, mais également aux causes, notamment l’exclusion et le manque de perspectives économico-sociales.

Le Maroc continuera également à défendre une approche qui ne se limite pas au traitement de l’immigration irrégulière au seul aspect sécuritaire, mais aborde la problématique dans une perspective économique de développement, a-t-elle enchainé.

"C’est cette conviction qui fonde la politique migratoire du Royaume du Maroc, initiée par le Roi Mohammed VI sur le socle de la solidarité, la responsabilité et l'action internationale", a ajouté Mme Boucetta.

Les participants à la 25ème réunion du Conseil ministériel de l’OSCE, qui a démarré jeudi ses travaux, se penchent sur l’examen des défis et menaces actuels auxquels font face les États membres de l’Organisation, outre des thématiques ayant trait aux questions sécuritaires en Europe, aux moyens de renforcer la stabilité politique sur les deux rives de la Méditerranée et aux récentes tensions entre la Russie et l’Ukraine.
Vendredi 7 Décembre 2018 - 16:45

Atlasinfo (avec MAP)




Nouveau commentaire :
Twitter