Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 









Le Conseil de sécurité devrait prochainement discuter du Golan


Mercredi 27 Mars 2019 modifié le Mercredi 27 Mars 2019 - 16:02

Le Conseil de sécurité de l'ONU devrait discuter prochainement de la souveraineté sur le plateau du Golan, à la demande de la Syrie qui exige la restitution de ce territoire annexé par Israël, et que Donald Trump considère aussi maintenant comme israélien.




La question a ressurgi brusquement avec la décision des Etats-Unis lundi de reconnaître la souveraineté de l'Etat hébreu sur ce territoire occupé, conquis en 1967 et annexé en 1981.

Damas a demandé mardi une réunion d'urgence du Conseil de sécurité, ont indiqué mardi des sources diplomatiques.

Une date doit être déterminée par la présidence du Conseil. La France, qui la tient en mars, peut donc la convoquer d'ici à dimanche. Sinon, à partir de lundi, ce sera le tour de l'Allemagne de la programmer.

Il n'y a pas de certitude que la réunion ait lieu, a relevé un diplomate. Il suffirait qu'un des 15 pays membres du Conseil demande un vote de procédure, et que lors de ce vote neuf pays s'opposent à sa tenue.

Mardi matin, lors d'une réunion mensuelle consacrée au conflit israélo-palestinien, plusieurs membres du Conseil avaient laissé transparaître leur exaspération face au choix des Etats-Unis de briser le consensus international. Des résolutions de l'ONU attribuent à la zone un statut de "territoire occupé" illégalement.

Ces Etats dénoncent la politique du "fait accompli" suivie par la Maison Blanche, qui avait déjà décidé en 2018 de reconnaître unilatéralement Jérusalem comme capitale d'Israël.

En particulier, les cinq pays européens membres du Conseil (Allemagne, France, Royaume-Uni, Belgique et Pologne) avaient rappelé dans une déclaration solennelle qu'ils ne reconnaissaient "pas la souveraineté d'Israël sur les territoires occupés par Israël depuis juin 1967, incluant le plateau du Golan".

"L'annexion d'un territoire par la force est interdite par le droit international", avaient-ils souligné. "Toute déclaration sur un changement unilatéral de frontière va à l'encontre des règles sur l'ordre international et la Charte des Nations unies".
Mercredi 27 Mars 2019 - 09:04

afp




Nouveau commentaire :
Twitter