Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 









Laurent Gbagbo durcit le ton contre l'ONU et la France


Samedi 18 Décembre 2010 modifié le Samedi 18 Décembre 2010 - 22:38

Le gouvernement de Laurent Gbagbo a demandé le départ de la Côte d'Ivoire des casques bleus de l'ONU et du contingent militaire français "Licorne"."




Laurent Gbagbo durcit le ton contre l'ONU et la France
Le gouvernement demande le départ de l'ONUCI et de la force Licorne de Côte d'Ivoire et s'oppose au renouvellement de son mandat", a dit Jacqueline Oblé, ministre de l'Enseignement et porte-parole du gouvernement, dans une déclaration lue à la RTI. Laurent Gbagbo conteste la victoire à l'élection présidentielle d'Alassane Ouattara, pourtant reconnue par la communauté internationale. L'ONUCI est notamment stationnée autour de l'Hôtel du Golf, où s'est réfugié Alassane Ouattara.

Le gouvernement de Gbagbo accuse l'ONU d'avoir "transporté et fourni des armes" pour les ex-rebelles alliés au rival de M. Gbagbo, Alassane Ouattara, et de s'être "rendue coupable de graves dérapages qui font d'elle, indubitablement, un agent de déstabilisation ayant contribué davantage à diviser le peuple ivoirien".

L'ONUCI, qui compte quelque 10.000 Casques bleus, avait été déployée en 2004 pour aider à la réunification de la Côte d'Ivoire, divisée en deux depuis le coup d'Etat raté de 2002 contre le président Gbagbo.

Laurent Gbagbo refuse de céder le pouvoir à Alassane Ouattara dont l'élection avait été proclamée par la Commission électorale et certifiée par le représentant spécial de l'ONU en Côte d'Ivoire, le Sud-Coréen Choi Young-jin.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a appelé à plusieurs reprises Laurent Gbagbo à transmettre le pouvoir à M. Ouattara, mettant en garde contre toute attaque contre les troupes des Nations unies présentes sur place.

Mais l'ONUCI a annoncé que son siège a essuyé des tirs de la part d'"hommes armés vêtus de tenues militaires" dans la nuit de vendredi à samedi.

Sur le terrain, et après la journée meurtrière de jeudi marquée par la mort de 10 à 30 personnes selon les sources lors de la marche des partisans de Ouattara en direction de la télévision, un calme précaire régnait samedi à Abidjan et dans d'autres villes du pays, au moment où les deux camps ont appelé leurs partisans à la "mobilisation" pour les prochains jours.



Samedi 18 Décembre 2010 - 16:21

Atlasinfo avec MAP





1.Posté par YOVO le 18/12/2010 21:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous avons eu l'indépendance depuis 1960.Que sarkozy et toute la communauté intèrnationnale ne mettent pas leur bouche dans les affaires de la cote d'ivoire.

Nouveau commentaire :
Twitter