Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 








Jérusalem : réunion vendredi du Conseil de sécurité de l'ONU


Jeudi 7 Décembre 2017 modifié le Jeudi 7 Décembre 2017 - 07:48

Le Conseil de sécurité des Nations unies se réunira vendredi en urgence pour discuter de la reconnaissance controversée de Jérusalem comme la capitale d'Israël par le président américain Donald Trump, a annoncé la mission française auprès de l'ONU.




A la demande de huit pays, dont l'Egypte, la France et le Royaume-Uni, une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU a été fixée à vendredi matin.

La Jordanie, pays gardien des lieux saints musulmans à Jérusalem, a dénoncé "une violation du droit international" et de la charte des Nations unies. La Turquie a condamné une décision "irresponsable". L'Iran, bête noire de M. Trump, a jugé que la décision américaine provoquerait une "nouvelle Intifada".

Le président français Emmanuel Macron a qualifié cette décision de "regrettable" et appelé à éviter à tout prix les violences. "Nous ne sommes pas d'accord avec la décision américaine", a déclaré la Première ministre britannique Theresa May, tandis que l'UE faisait part de sa "sérieuse préoccupation".

Avant même son discours, des dirigeants du monde entier avaient appelé Donald Trump à peser ses mots et mesurer les conséquences de ses actes, tant Jérusalem est un chaudron diplomatique.

"Je ne peux taire ma profonde inquiétude", a déclaré le pape François qui ne peut qu'accorder un intérêt tout particulier à la ville qui abrite les lieux les plus saints des trois grandes religions monothéistes, y compris le Saint-Sépulcre.

Reconnaissant que son annonce était loin de faire l'unanimité, M. Trump a lancé un appel "au calme et à la modération", espérant que "les voix de la tolérance l'emportent sur les pourvoyeurs de haine".

Pour Richard Haass, président du Council on Foreign Relations, le risque de reconnaître Jérusalem comme capitale n'est en réalité pas de faire dérailler un processus de paix de toute façon moribond. "Le risque est que cela exacerbe les tensions et mène à la violence à un moment où il y a plus qu'assez de tension et de violence dans le monde".

La communauté internationale ne reconnaît pas Jérusalem comme la capitale de l'Etat d'Israël. Les Palestiniens revendiquent Jérusalem-Est, occupée par Israël en 1967 lors de la guerre israélo-arabe des Six-Jours, comme la capitale de leur Etat futur.

Atlasinfo avec AFP

Jeudi 7 Décembre 2017 - 07:21





Nouveau commentaire :
Twitter