Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 









Jane Birkin/harcèlement: "c'est bien que tout ça sorte au grand jour"


Samedi 18 Novembre 2017 modifié le Dimanche 19 Novembre 2017 - 22:03




Jane Birkin/harcèlement: "c'est bien que tout ça sorte au grand jour"
Elle n'a jamais subi vraiment de harcèlement sexuel, mais Jane Birkin voit le torrent d'accusations qui a suivi l'affaire Weinstein comme une bonne chose pour tous ceux qui ont souffert.

"Personne n'a tenté de me faire des avances que j'aurais mal prise, mais il faut dire que j'étais mariée à 17 ans (au compositeur de musique de film James Barry), puis avec Serge (Gainsbourg) à partir de 20 ans", a indiqué Jane Birkin lors d'une interview à New York, où elle est venue présenter une édition spéciale de son nouvel album, "Birkin/Gainsbourg: Le symphonique".

"Bien sûr il y avait des réalisateurs qui vous proposaient d'aller avec eux en week-end à Rome et si vous n'y alliez pas, vous n'aviez pas le rôle. Ca faisait partie du jeu", dit-elle.

Mais la chanteuse franco-britannique de "Je t'aime... moi non plus", aujourd'hui âgée de 70 ans, se dit consciente que d'autres ont beaucoup souffert, et espère que les choses commencent à changer.

"Quand vous voyez le malheur que certaines personnes ont traversé, vous ne pouvez pas vous empêcher de penser que c'est bien que tout ça sorte enfin au grand jour".

"Probablement dans des pays latins comme la France, (le changement) est plus lent, dans le sens où les gens sifflent, font des oeillades, et que jusqu'ici c'était considéré comme normal, pas du harcèlement, juste un comportement plus +sexy+."

"Peut-être qu'on va devenir comme les Américains, où aucun homme n'ose prendre l'ascenseur avec vous de peur que se retrouver en procès. J'espère que non".

Jane Birkin, militante de longue date pour les droits de l'homme, s'est aussi dite "déçue" par l'attitude d'Aung San Suu Kyi face à la crise des rohingyas, elle qui lui avait dédié une chanson à l'époque où la lauréate du prix Nobel de la Paix était encore assignée à résidence par la junte birmane.

Suu Kyi a été vivement critiquée pour ne pas avoir dénoncé fermement la campagne sanglante menée contre cette minorité. Quelque 600.000 réfugiés rohingyas ont fui vers le Bangladesh voisin.

Cette tragédie a montré que partout les gens ne sont "ni bons ni mauvais, juste quelque part entre les deux", dit Jane Birkin.

"On espérait que des peuples entiers, en raison de leur passé et des tortures qu'ils avaient endurées, allaient se conduire de façon plus nobles que nous. Mais en fait ils ont autant de méchanceté dans leur coeur", a-t-elle ajouté. (afp)
Samedi 18 Novembre 2017 - 22:12





Nouveau commentaire :
Twitter